Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 00:13

Ces temps-ci, histoire et littérature ont mis en exergue un nouvel aspect de la shoah.
 On ne parle plus des camps, il paraît que le public se lassait. Le thème à la mode dans les émissions littéraires, c'est la Shoah par balles, nom qui a été donné aux massacres systématiques des juifs et des communistes par les einzatsgruppen dans les territoires de l'Est envahis par les nazis. 
Pendant longtemps on n'a pas eu d'information là-dessus, en grande partie à cause du rideau de fer. Donc il serait mal venu de déplorer qu'enfin la question soit amenée au grand jour, il faut même s'en féliciter.
Beaucoup ont découvert l'existence de cette horreur à la lecture des "bienveillantes" ; malgré tous les reproches qu'on peut faire au roman, il faut au moins lui reconnaître ce mérite. Ensuite, des auteurs moins controversés ont consolidé l'information, qu'il s'agisse du Père Desbois ou de Daniel Mendelsohn. 
Bref, la question est devenue très tendance, on se remet à traiter de l'extermination des juifs.
Et les "relativistes" profitent de la situation pour se faire entendre. 
D'après eux, les tueries dans l'ex URSS sont des massacres comme il y en a eu, hélas dans toutes les guerres. Dans la plus haute antiquité, lorsqu'un chef de guerre prenait une ville, il n'était pas rare qu'il fît massacrer toute la population. C'est bien la preuve que la Shoah ne mérite pas l'exceptionnalité qu'on lui confère, disent-ils.
Et puis, dans ces tueries, on ne tuait pas que des juifs, on tuait aussi des communistes ; donc il s'agissait bien d'une guerre politique et non de destructions racistes comme il est d'usage de l'écrire.
A propos des camps, les négationnistes essaient de destabiliser leurs interlocuteurs en se livrant à des apparences de décomptes scientifiques pour aboutir sans succès à une seule conclusion : "les juifs ont menti".
 La shoah par balles leur donne l'occasion de banaliser l'horreur à défaut de pouvoir la nier ; "malheur, la guerre, partout l'homme est un loup pour l'homme"  etc.. Et ils aboutissent forcément à la conclusion que les juifs ont bien profité de la guerre pour leur publicité et faire payer tout le monde.
Et voilà le retour de l'antisémitisme le plus abject.
Décidément, rien ne peut l'ébranler. 
Il faut renoncer à convaincre, c'est le combat qui continue.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 22:24

Les médias se sont abondamment répandus sur le fiasco de l'Arche de Zoé. Un autre scandale authentiquement dérangeant est passé presque inaperçu ... Trop de gens auraient pu s'en trouver gênés.
Entre Noël et Nouvel An, à l'entrée de la bande de Gaza, des garde- frontière israeliens (chanceux ou renseignés ?) ont visité un chargement de sucre en provenance de l'Union Européenne au titre de l'aide alimentaire aux Palestiniens. Ces colis étaient destinés à l'administration de Gaza, donc au Hamas.
Devinette : que contenait réellement ce chargement ? 
Du nitrate de potassium, sans intérêt alimentaire mais utile à la fabrication d'explosifs.
Chacun en tirera les conclusions qui renforcent ses opinions.
On ne peut éviter le rapprochement avec les "penchants criminels de l'Europe démocratique"(J.C. Milner).
L'antisionisme ne serait qu'un péché véniel ? En réalité, c'est le masque habituel de l'antisémitisme qui n'est pas mort en Europe. On saisit toutes les occasions de proclamer "plus jamais ça" tout en calinant la bête immonde.
 Elle finira bien par se réveiller et seuls les idiots auront le droit d'être étonnés.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 09:14

Du réchauffement climatique au trou abyssal de l'assurance-vieillesse, notre avenir (comme l'Afrique noire ) est mal parti. Mais c'est la saison des cadeaux et un miracle vivant nous redonne de l'espoir ...: Etienne-Emile Beaulieu. 
Invité de Frédéric Mitterand sur France-culture samedi 15 décembre, il nous a présenté, comme toujours, un jeune homme invaincu comme nous voudrions tous devenir. 
En présence d'un tel modèle, nous n'avons plus peur de l'avenir, nous espérons avoir la chance de vieillir comme lui, physiquement - il n'a pas un air d'octogénaire - et mentalement - le propos est alerte et aigu. Immédiatement, on se dit qu'il a de la chance mais, très vite, il nous donne une piste en soulignant l'importance de l'affectivité dans le fonctionnement de la mémoire.
Compris ! Pour rester jeune et en bon état,  cultivons nos passions.
Merci, professeur, grace à vous nous n'oublierons qu'une chose : la peur de vieillir.

Pour rester avec Etienne-Emile Beaulieu, il a participé, à son corps défendant, à un exemple des dérives rencontrées par la télévision dans un genre d'émission très à la mode. C'était le 6 décembre sur FR3 en fin de soirée, sacrifiant donc à l'usage en vogue, un plateau réunisssait  des pipoles, des acteurs, un écrivain et notre scientifique avec un seul point commun : être des octogénaires. On pouvait s'attendre à n'importe quoi ; ce fut pire. Un véritable aréopage de saltimbanques, ignorant la présence du Pr Beaulieu, s'est lancé dans une apologie dont l'urgence ne sautait pas aux yeux, celle de Sacha Guitry qu'on cherchait à nous faire plaindre avec des accents proches de l'antisémitisme de l'occupation. Le concert des pleureuses était indécent et ridicule en présence d'un juif résistant. Beaulieu, en intelligence supérieure, n'a rien manifesté mais c'était un spectacle pénible.  Comme démonstration du vieilir bien c'était raté, on se rappelait plutôt l'adage de Brassens "Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est con, on est con." 

Oublions très vite cette soirée et, pour rester en forme, défendons nos amours et nos convictions.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 00:00

Enfonçons allègrement des portes ouvertes, il vaut mieux être riche et bien portant que pauvre et malade.
Une menace pèse, depuis déjà quelque temps, sur les malades en ALD ( Affections de Longue Durée ). Jusqu'à présent, leurs traitements sont pris en charge à 100% par l'Assurance Maladie.
Que sont-ils pour les économistes à la mode ?
" Ils coûtent cher et ne rapportent pas, avec leur consommation de médicaments il y a souvent une incapacité de travail indemnisée.
Et peu d'espoir d'amélioration ( ALD veut souvent dire Affection Lourde et Définitive ). Moins longtemps ils resteront à charge de la société moderne et compétitive et mieux cela vaudra".  
Ils ne sont pas nombreux à oser tenir ouvertement ce discours ; pudiques, gênés ou seulement faux-culs ? Alors, ils se contentent de vitupérer les "abus", de couvrir d'opprobre les "profiteurs" qui devraient avoir honte de coûter si cher à la sécu.
Un peu de bon sens, s'il vous plait ! Le principal objectif des malades, c'est guérir ; ce n'est jamais se gaver de médicaments, même hors de prix, ni se payer des vacances dans des hôpitaux, même de pointe.
 Déchirer sa carte de prise en charge ALD devenue inutile parce qu'on est guéri, c'est le seul rêve à la portée des malades.
Les tristes sires qui accumulent les erreurs de jugement n'ont jamais vécu la maladie, tant mieux pour eux, mais qu'ils évitent d'ajouter le cynisme à la bêtise et la vie sera beaucoup plus belle.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 21:45

Elémentaire, mon cher Watson, Ils sont morts jeunes et ils ont bien fait.
Imaginer Romeo et Juliette en vieux ménage se chamaillant à propos des gosses ou de la belle-mère ... Leur couple est resté intact parce qu'il n'a pas connu les ravages du temps. 
Et Guevara, s'il n'avait pas été assassiné ...  On a du mal à l'imaginer adipeux, perdant ses cheveux, crachant ses poumons de gros fumeur... S'il avait survécu, il aurait rejoint Castro au musée des horreurs du stalinisme attardé. On n'aurait jamais connu la figure christique, emblème romantique et mondial de la révolution, avec un parfum troublant de Robin des Bois.
Ernesto Guevara, ta chance a été de rencontrer un photographe de génie. Ce n'est pas ta mémoire qui séduit encore les foules, c'est ton portrait.
 C'est un tombeau mille fois plus enviable que le mausolée de Lénine ; quand je disais que tu avais de la chance, for ever and ever.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 22:34

A quoi sert la mémoire ?
A pas grand chose  et surtout pas à tirer les leçons des erreurs et des fautes du passé. A chaque commémoration de la seconde Guerre Mondiale, il se trouve des historiens pour vilipender les signataires de l'accord de Munich, en rappelant la célèbre sentence de Churchill : "Vous aviez le choix entre la guerre et le déshonneur, vous avez choisi le déshonneur, vous aurez le déshonneur et la guerre". Ces mêmes prêcheurs, aujourd'hui, poussent des cris d'orfraie parce que Kouchner considère une bombe atomique iranienne comme un motif de guerre. Ils sont prêts à tous les accomodements en vertu du même pacifisme bêlant que leurs prédécesseurs qui ont fait semblant de croire en la possibilité de négocier avec Hitler. A Munich, les démocraties européennes ont essayé de sauver leur tranquillité ; ce faisant, elles ont laissé commettre la shoah. Si  les islamistes furieux, au pouvoir en Iran, construisent leur bombe atomique, sa première destination sera Israël, tout le monde le sait. Encore une fois, les victimes seront la démocratie, l'intelligence et le savoir.
Perspective insupportable. 
Laisser faire n'est pas construire la paix ; on ne peut se vanter d'être gentil si on ne se donne pas la force d'être méchant.

Partager cet article
Repost0
18 août 2007 6 18 /08 /août /2007 22:46

Dans ce monde trop souvent désespérant, par chance, de temps en temps une bonne nouvelle encourage à croire encore en l'humanité, du moins à croire qu'il y a des hommes d'exception pour racheter l'espèce humaine.

Je parcourais distraitement un article du journal "Le Monde" à propos d' Etienne-Emile Baulieu et j'apprends, rapporté incidemment comme un fait anodin, qu'il n'a jamais touché un centime de royalties sur sa découverte majeure, la pilule RU 486 qui a fait le tour du monde. Des esprits chagrins le soupçonneront d'en avoir tiré profit autrement, on ne croit plus aux actes désintéressés. Les ricaneurs le traiteront d'imbécile pour n'avoir pas bien managé son plan de carrière.

... Les chiens aboient, la caravane passe ...

 La nouvelle est immensément réconfortante. On redécouvre l'allégresse. Les bienfaiteurs de l'humanité ne se rencontrent pas que chez les consolatrices et les caritatifs. Baulieu, c'est l'alliance inespérée de la compétence et du désintéressement ; et ça fait un bien fou d'y penser.

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 21:44

Une info au journal d'Arte : l'antisémitisme exerce ses ravages en Israël.

Ce n'est pas une plaisanterie. En Israël vivent des neo-nazis qui agressent et brutalisent des juifs.  L'humour du paradoxe, comment un état-refuge créé pour protéger les juifs de l'antisémitisme peut-il être victime de hordes antisémites ?

 Il paraît que l'enfer est pavé de bonnes intentions. Dans les années 80, Israël a ouvert massivement ses portes aux juifs russes victimes de persécutions et, par extension, à des russes, parfois non juifs, qui voulaient émigrer, sans enquêter sur eux. Ces gens là, à n'en pas douter, voulaient quitter l'Union Soviétique mais ils ne voyaient en Israël qu'un point de chute favorable.  Souvent antisémites en URSS, ils ont apporté avec eux leurs traditions.

Résultat : La bête immonde est toujours vivante, des juifs sont agressés en Israël, même d'anciens déportés qui ont le plus grand mal à réaliser ce qui leur arrive... nous aussi, d'ailleurs. 

,

Partager cet article
Repost0
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 11:09

Lucie Aubrac nous a quittés, elle nous manque déjà et nous pensons à Raymond, c'est dur de rester seul après tant d'années ensemble. C'est le lot de ceux qui vivent longtemps mais c'est une des pires épreuves du grand âge. Néanmoins, nous cherchons tous à vivre vieux, nous voudrions reculer la mort le plus posssible. Allez comprendre ...

Ce n'est pas n'importe qui, celle qui vient de partir, et tous les commentateurs y vont de leurs louanges attristées. Malgré le chagrin, on ne peut éviter le sarcasme. Même ceux qui lui balançaient, il y a peu, des tombereaux d'injures, se répandent en dithyrambes. La bienséance obligée leur fait perdre la mémoire et la pudeur. Si, par hasard, il existe une vie après la mort et que tu les entends, Lucie, j'espère au moins que ça te fait bien rigoler, tu n'auras pas tout perdu.

Dans un autre domaine d'activité, la capacité de rancune des historiens semble particulièrement solide. Depuis quelque temps, sur les ondes de FranceCulture, nous avons pu entendre plusieurs émissions traitant du moyen-âge, des barbares, de l'histoire des femmes, en particulier de Christine de Pisan ou d'Héloïse. Pas une seule fois nous n'avons entendu prononcer le nom de Régine Pernoud qui fut l'auteur de nombreux travaux sur ces différents sujets. Même Jacques Le Goff, co-auteur avec R. Pernoud d'au moins un ouvrage, ne l'a jamais citée. Il est vrai qu'elle accordait beaucoup d'importance aux individualités et que cette manière d'aborder l'histoire n'est plus à la mode. A la fin de sa vie, son attachement à la religion chrétienne l'avait amenée à écrire la vie de plusieurs saintes et, horreur (!), elle avait prêté son nom à des textes de promotion pour la commémoration du baptème de Clovis, ce qui l'a rangée, un peu vite, parmi les auteurs cléricaux et réactionnaires. Le reproche était-il justifié ? Je ne le crois pas, mais le problème  n'est même pas là. Oublier ses travaux jusqu'à faire comme si elle n'avait jamais rien écrit, c'est ignorer les vocations d'historiens qu'elle a suscitées. Les séismes éditoriaux que furent "Pour en finir avec le Moyen-Age" et "La femme au temps des cathédrales" ont modifié profondément le regard  porté sur l'époque féodale et démarré une vaste entreprise de nettoyage des idées reçues.  C'est à elle que je dois un goût toujours vivant pour l'histoire et je regrette l'injustice qui l'accable parmi ses pairs .  

Partager cet article
Repost0
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 23:00

Les uns aspirent à devenir français pendant que d'aures cherchent tous les moyens de prendre une autre nationalité. 

Jonathan Littell vient d'obtenir la nationalité française à sa troisième demande, après deux refus pour insuffisance de liens avec la France. Entre temps, il a remporté le Goncourt  et le prix de l'Académie Française, sans doute des liens suffisants, cette fois. On imagine quel ridicule aurait entouré un nouveau refus. La maîtrise de la francophonie vaut tous les actes d'état civil et la France est très honorée de compter parmi ses citoyens un auteur de qualité.

Pendant ce temps, d'autres semblent fatigués d'être français et veulent obtenir des papiers exotiques, en tout cas, défiscalisés. S'ils arrivent à leurs fins, vont-ils manquer à la France ? Il se trouve parmi eux des fortunes boutiquières, boursières, sportives, rien que de très ennuyeux ou vite oublié. Un cas particulier : celui des chanteurs dits "populaires". Je préfère utiliser le diminutif "populo" qui leur va beaucoup mieux. J'ai la faiblesse de le croire, un artiste vraiment populaire croit que le peuple mérite le mieux. Il ne prend pas son public pour des illettrés ou des débiles mentaux. Les expatriés fiscaux n'ont aucun respect pour le public qui les enrichit ; pourquoi devrions nous les retenir ? S'ils trouvent d'autres volontaires pour supporter leur médiocrité, nous leur laissons bien volontiers.

 

Partager cet article
Repost0

Recherche

Articles Récents

Liens