Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 23:09

Le producteur de Dieudonné en Franche-Comté déprogramme trois spectacles

La société de production chargée des spectacles de l'humoriste Dieudonné prévus en février et mars à Besançon, Belfort et en Haute-Saône a décidé de les déprogrammer, après que ce dernier eut invité sur la scène du Zénith de Paris le négationniste Robert Faurisson  

"En voyant Faurisson se faire remettre un prix par une personne déguisée en déporté juif, je me suis dit: +ou tu cautionnes, ou tu as une conscience et tu annules les spectacles+, - ce que j'ai fait", a indiqué mardi à l'AFP Hamid Asseila, responsable de la société bisontine Nouvelle Génération Production, en charge de l'organisation des spectacles.

"J'ai eu mal au coeur pour le peuple juif qui a beaucoup souffert. On ne peut pas s'asseoir sur 2 millions de morts", a-t-il ajouté, précisant qu'il avait visionné de "longs extraits du spectacle au Zénith".

Pour Yves-Michel Dahoui, adjoint à la culture de Besançon, "les organisateurs ont pris leurs responsabilités. Ce n'était pas aux politiques de censurer, et c'est à chaque citoyen de se rendre compte des dérives nettement condamnables de Dieudonné".

L'humoriste "a une fâcheuse tendance à comparer le malheur des peuples et à faire des amalgames douteux, sous-entendant qu'il y en a toujours trop pour les juifs et pas assez pour les noirs", a dénoncé M. Dahoui.

Près de 500 places étaient déjà vendues pour le spectacle prévu le 4 février à Besançon, 300 pour celui programmé le 5 février à Belfort, et entre 150 et 200 pour le 28 mars à Port-sur-Saône, a indiqué Hamid Asseila qui estime ses pertes à près de 20.000 euros, dont 5.000 euros déjà déboursés en communication.

"J'avais signé trois contrats avec la boîte de production de Dieudonné qui peut désormais me demander des dommages et intérêts", redoute-t-il.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire "aux fins de vérifier dans quelles conditions Dieudonné Mbala Mbala a remis" le "prix de l'infréquentabilité et de l'insolence" à Robert Faurisson.

Trois spectacles ... On peut considérer que c'est négligeable mais ça met du baume au coeur à un moment où nous en avons bien besoin.

Cette haine antisémite qui s'avance masquée par un faux nez d'antisioniste ... Elle nous assiège. Pour un peu, elle nous déprimerait.

Il faut savoir tirer parti de chaque bonne nouvelle, et toutes les fois que Dieudonné se prend une claque, nos contemporains reprennent face humaine.

Accessoirement, ce genre d'accroc nous permet de comprendre pourquoi il veut entreprendre une carrière au Canada. L'air d'ici lui paraît probablement trop malsain.

Bon débarras ! Sauf que ... la France va "se payer la honte" : et si les Canadiens allaient s'imaginer que les comiques français ressemblent à ce sinistre même pas drôle ...?

Il est vrai qu'outre-Atlantique le négationnisme n'est pas un délit mais une opinion dont la liberté est garantie par la constitution, et que la plupart de ses éditeurs y sont domiciliés.  Dieudonné ne fera peut-être pas scandale.

Mais nous espérons dans le bon goût des Canadiens. Ils renverront à l'oubli ce prétendu comique qui ne fait même pas rire.


Partager cet article
Repost0
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 09:34
            Claude Levi-Strauss, donc, a  eu cent ans. L'anniversaire n'a pas pu nous échapper. Journaux, radios et télés ont abondamment traité l'événement et c'est tant mieux, cela nous change agréablement des festivités-spectacles et de la politique du même nom.
Néanmoins, dans le concert de louanges, un silence assourdissant : celui des bonnes âmes rancunières, une certaine catégorie d'antiracistes fâchés depuis longtemps avec Claude Levi-Strauss. 
Que lui reprochent-ils, à ce défenseur des peuples menacés, lui qui traite de sauvage celui qui dit que l'autre est un barbare ?
Ils lui en veulent de parler de races. Fi, quelle horreur !
La bien-pensance a décrété une fois pour toutes qu'il n'y a pas de races humaines.
Tous les jours, nous devons chercher des arrangements avec ce casse-tête : lorsque sous décrivez quelqu'un, il faut surtout éviter de préciser qu'il est noir, ce serait trop affreux, immédiatement vous seriez étiqueté "raciste". Pour échapper à l'anathème, vous devez utiliser de ridicules périphrases qui diront la même chose sans utiliser le mot fatidique qui vous déshonorerait à tout jamais. 
Tant pis, plutôt se déshonorer auprès des cons dont le jugement nous importe peu que patauger dans le vague et, pire, l'hypocrite.
Quand nous parlons des noirs, nous utilisons un concept utile à la description et au débat. Rien ne permet aux antiracistes auto-proclamés de nous tr
aiter de racistes.
Dire d'Untel que c'est un noir ou un métis n'a rien de péjoratif.
La haine raciale doit être combattue, énergiquement mais il n'est pas certain que la négation des races soit une arme efficace. Quand les choses se sont pas dites clairement, le non-dit peut opérer insidieusement ses dégâts.
Depuis la disparition de l'homme de néandertal, il n'y a qu'une espèce humaine  mais celle-ci se répartit en sous-groupes qui se prolongent en transmettant des gènes spécifiques, ce sont des races. Certains, de bonne ou mauvaise foi, prennent un malin plaisir à compliquer la situation en embrouillant les concepts,   Lorsque Claude Levi-Strauss utilise le mot "races", il ne fait pas la confusion et il n'y a pas de quoi fouetter un chat (pauvre bête !)

Justement, les chats vont nous donner l'occasion d'une comparaison éclairante.
Les amateurs de chiens et de chats ont une attitude radicalement différente.
L'espèce "chiens" se répartit en races très variées, du St Bernard au chihuahua. Leurs propriétaires cultivent la race pure. La reproduction est contrôlée, parfois jusqu'à la consanguinité, et les métis, sous l'appellation infamante de "corniauds", n'ont pas droit de cité.
Parmi les chats, il n'y a pas de corniauds. Certes, il y a des amateurs exclusifs du chartreux ou du persan, mais le minet de "pures-races-au-pluriel" n'est pas rejeté comme un rebut. Dans les concours de beauté féline, il a sa catégorie. Il peut se faire admirer, et même obtenir un prix, en tant que "chat de compagnie" ou "chat européen".
Il faut paix et raison garder ; avec les êtres humains conduisons nous en chats. Autrement dit, donnons caresses et ronrons au lieu d'aboyer et de mordre, ne soyons pas chiens ! 
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 10:13
 ... et surtout de leurs familles.
J'entends déjà les cris d'orfraie : "comment peut-on s'en prendre à des victimes ?! Le malheur mérite empathie et commisération."
Rassurez-vous, le sort des victimes ne m'est pas indifférent et j'affirme que la justice doit s'en occuper.
... puisque nous sommes sensés vivre dans un état de droit.
L'état de droit commence précisément lorsqu'une justice codifiée remplace la loi du plus fort ou la vengeance.
Jusqu'à peu, nous étions assurés d'avoir atteint ce niveau de civilisation. Mais l'actualité s'acharne à nous en faire douter.
    Voici le tableau d'un procès tel que les medias en raffolent :
Un enfant, forcément adorable, a été enlevé puis assassiné, avec ou sans viol et actes de barbarie, par un individu forcément haïssable et, cerise sur le gâteau, récidiviste. Le procès a lieu devant une cour d'assise.
 La presse n'est pas autorisée à filmer les débats mais elle tourne autour du palais de justice comme une nuée de vautours se réserve une charogne, et fond sur les bons morceaux, c'est- à- dire les proches de la victime.
Les familiers du meurtrier pourraient tenir des propos différents du consensus. On les évitera donc consciencieusement, à moins qu'ils ne soient préposés au rôle d'imprécateurs, dans le registre : "il fera mourir sa mère de chagrin " ou "à le voir battre sa femme, les soirs de cuite, il fallait s'en douter". En revanche, les micros s'attardent complaisamment sur les parents de la victime et présentent le châtiment du meurtrier comme le seul moyen pour eux de "faire leur deuil"....(tiens, c'est curieux, j'ai toujours cru que seul le temps pouvait faciliter le travail du deuil ...)
Très vite, il apparaît que ces familles ne recherchent pas la justice, extérieure et réfléchie, mais la vengeance. Elles ont besoin de lyncher un coupable, elles regrettent de ne pas y être autorisées physiquement et compensent avec les mots, l'étalage du pathos et de la haine. Elles ne sont accessibles à aucune forme de doute ; plutôt risquer de punir un innocent qu'être privé de vengeance ; c'est une réaction qui fait froid dans le dos. Entre les lignes ou même ouvertement, certains envisagent le retour de la peine de mort, et même son exécution publique, une espèce de sommet dans la jouissance de leur vengeance. Navrant.
Que la presse de chiottes et de caniveaux y trouve de quoi augmenter son tirage, pas de quoi s'étonner.
Ce qui devrait, en revanche, nous inquiéter c'est la faveur que les vindicatifs rencontrent auprès du pouvoir politique. Le populisme joue à l'apprenti-sorcier.
Une garde des sceaux (dur de résister à la tentation d'écrire :" sots" .) trouve toutes les occasions de rabaisser la justice et de soutenir les victimes auto-proclamées, avant même le bouclage des enquêtes.
Elle veut être populaire.
 Mais ce n'est pas sa fonction d'être populaire.
Son ministère, c'est la justice, tâche ardue et sans "glamour". Si le côté rébarbatif lui déplaisait, nul ne l'a obligée d' accepter le job.
Elle sape le pouvoir judiciaire pour séduire la populace et complaire au pouvoir exécutif, son maître inconditionnel. Ceux qui ferment les yeux devant le processus en cours sont mûrs, selon les goûts, pour l'éclosion d'une forme de fascisme ou, au minimum, l'installation de big brother.
Une telle stratégie défait l'équilibre des pouvoirs, condition impérative de l'état de droit.
La refuser n'a rien à voir avec une complaisance envers le crime.
 Il s'agit de respecter un certain nombre de procédures qui sont la garantie du droit. Elles sont parfois lourdes, vécues comme frustrantes, mais c'est lorsqu'on ne les respecte plus que l'état se déshonore et augmente les risques. Plus les peines encourues sont féroces et impitoyables, plus la criminalité est violente, ce qui provoque un durcissement supplémentaire des sanctions. C'est un cercle vicieux de plus.
De temps en temps, il peut être salutaire de relire "l'Esprit des lois" et la théorie des climats de Montesquieu .
La répression des crimes ne regarde pas les victimes.
C'est assez facile à démontrer pour les affaires de droit commun, celles qui vont du banditisme au crime passionnel.
Mais il ne peut exister d'exception, de domaine protégé.
La répression du crime contre l'humanité doit se défaire également de l'intrusion des familles. A moins de s'en remettre à des médiations, leur règlement judiciaire doit passer par des tribunaux.
La justice doit dire et faire respecter la vérité. Pour ce faire, elle a besoin, en plus des preuves matérielles, de témoins qui aideront à établir les faits. Ces témoins peuvent être des survivants ; les victimes ont donc toute leur place mais les familles des victimes ne doivent pas s'immiscer dans les procès.
Il m'a fallu du temps pour faire ce chemin. Aujourd'hui, je suis persuadée qu'il existe une place pour les familles, en particulier les descendants, dans des fondations, des mouvements d'opinion, pour faire vivre la mémoire et lutter contre le négationnisme, pas comme demandeurs ni auxilliaires de justice.
Il ne faut pas confondre les genres et les fonctions.
En aucun cas, les familles n'ont de place dans les décisions de justice.
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 14:37

Citez-moi un métier dont les diplômes sont très difficiles à obtenir,
qui bénéficie d'une importante notoriété,
dont l'utilité sociale est universellement reconnue,
dont personne ne prendrait le risque de se passer
mais que tout un chacun, du plus ignorant au plus érudit, prétend juger : .. ? 
Laissez-tomber les majors de promo de toutes les grandes écoles. Il ne s'agit pas non plus des experts en produits financiers, ils sont en train de nous ruiner mais vous verrez qu'ils s'en tireront avec les honneurs. Figurez-vous que ce métier  tellement envié et malmené est celui de médecin.
Autrefois, les familles possédaient un gros volume nommé  "livre de médecine". C'était un outil pratique pour faire le plein des salles d'attente ; la lecture d'un tel ouvrage avait un effet automatique, vous en sortiez persuadé(ée) d'être affligé(e) de toutes les maladies dont vous veniez de lire la description. Les femmes étaient persuadées de ne pas souffrir de la prostate, les hommes se félicitaient d'avoir échappé à l'endomètriose. C'étaient à peu près les seules affections qui ne pouvaient les affecter. De tout le reste vous étiez atteints ou menacés, peu ou prou. 
Vous preniez d'assaut la salle d'attente de votre médecin, il vous recevait en consultation et vous le quittiez satisfait(e), en général parce qu'il ne vous avait trouvé aucune des épouvantables maladies que vous lui avez racontées et, parfois, aprés qu'il vous a détécté une petite chose qui ne deviendra pas grave puiqu'elle aura été prise à temps.
Et puis, survint Internet qui mit au rancart le vieux livre de médecine et communiqua la sainte parole à tous ... sans discrimination. Alors, chacun se crut savant. On rencontra des coiffeuses se prenant pour des dermatologues et des mères de famille accomplissant leur vocation de pédiatres.
L'attirance est plus forte vers ce qui paraît le plus accessible. Les soignants-amateurs ont peu d'appétit pour les formules scientifiques et les matériels réservés à un usage professioinnel. Ils aiment la nature (prouvant ainsi qu'ils ne sont pas rancuniers). Ils ne sont pas capables d'assumer les risques induits par leur attitude irresponsable. Ils recherchent ce qui fera de l'effet sur les naïfs sans courir trop de risques. Passons sur les sectes guérisseuses qui font le malheur de leurs adeptes en les décourageant de recourir à la médecine. Vous l'avez certainement remarqué : ils ont une véritable prédilection pour l'homéopathie, elle soigne très bien les maladies qui guérissent toutes seules, l'ostéopathie qui fait des miracles dans un laps de temps où la maladie laissée à elle-même  n'aurait pas fait d'histoire pour guérir.
Ils nous agacent, ils font monter notre tension ... mais ce sont de doux rêveurs, pas le temps de les pourchasser.
Néanmoins, parfois, l'autodésignation d'expertise et d'autorité peut faire des dégats. . 
Il vient de survenir un fait divers révélateur d'une autre dérive :
 Une personne âgée est victime chez le coiffeur d'une perte de connaissance qui nécesssite l'appel du SAMU .        Un médecin urgentiste prend donc la victime en charge et tente de la ranimer. Des "témoins", ni médecins ni pompiers, sont interloqués par les manipulations effectuées par l'urgentiste. Au lieu de lui demander le sens de ses gestes, ils rameutent des gens plus qualifiés mais qui n'ont pas assisté à la scène et, sans plus s'inquiéter du bien-fondé de leur étonnement, ils déposent plainte contre l'urgentiste. L'homme de justice, à qui Outreau n'a rien appris, enfourche la monture si complaisamment offerte et fait embastiller le médecin ... jusqu'au moment où les vérifications effectuées l'amènent à libérer piteusement le praticien trop vite incriminé.
Tout est bien qui finit bien, certes... Il en reste la constatation désagréable que l'usager moyen, et malade en puissance, se comporte avec son médecin comme il n'oserait pas le faire avec son plombier ou sa coiffeuse.
Après cela, allez expliquer aux enfants que s'ils ont d'excellents résultats scolaires, ils pourront devenir médecins !
Bon courage !

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 08:25
               Les génies qui nous gouvernent se tortillent comme un candidat au suicide au bord du trou de la sécu.  Quand faut-y aller, faut -y aller,... mais on essaie d'abord quelques exercices, dans le cas improbable où ça marcherait.
Dernière trouvaille : on va noter les hôpitaux.
Non-dit, mais implicite : pour sanctionner les plus mauvais résultats.
Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de mettre une note de satisfaction ... Bon courage !
Pour que la note soit le moins discutable possible, il faut trouver des éléments chiffrables. C'est comme la correction d'une copie de maths ; plus facile de mettre une note qu'à un devoir de philo. "Bon ou faux"... peu de risques de contestation.
Un statisticien de génie, comme seule l'ENA est capable de nous en fournir, a trouvé le critère : le taux de mortalité.
Plus on décède dans votre service, plus votre note sera mauvaise.
Et le grand public, avec son petit esprit, d'approuver : "on pourra évaluer les risques et choisir le meilleur hôpital".
 Le statisticien est content ; sa trouvaille permettra de réduire des établissements au régime sec dans une ambiance de consensus. C'est toujours ça de pris.
Une question semble leur échapper complètement : de quoi meurt-on dans un hôpital ? Les inconscients, ils ne se croient pas concernés !
Réponse limpide, à la limite du pléonasme : on meurt d'une maladie mortelle.
Conséquence d'une logique imparrable : tout hôpital qui veut une bonne note doit éviter à tout prix de soigner ce genre de maladies.
Tous les malades incurables sont indésirables dans les hôpitaux. A qui vont-ils s'adresser ? Aux cliniques privées ? Surtout pas !
Les cliniques privées ont compris depuis longtemps : elles ne pratiquent que de très profitables interventions chirurgicales. Le risque est moindre et le profit indiscutable.
On commence à comprendre où notre statisticien veut nous amener : remplacer nos bons vieux hôpitaux par des entreprises chirurgicales "high tech", avec des patients qui accepteront de payer parce qu'ils auront l'impresssion de choisir et quand on aime, on ne compte pas, chacun le sait.
Le rêve ...
Petite interrogation en passant : "que deviennent les incurables ?"
Un ange passe ... il faut être bien mal élevé pour oser proférer une telle incongruité, une question aussi déplacée.
L'incurable, donc, il doit rester bien enfermé et bien invisible, mourir chez lui en causant le moins  de frais  possibles  à la société.
Vous n'avez pas envie de finir incurable ? - c'est fou comme ils vous font penser aux intouchables, caste maudite.
Ne vous posez pas la question, de toute façon, le moment venu, personne ne demandera votre avis.
Un conseil : Priez, mes frères, priez pour ne jamais vous trouver dans cette situation.  
De toute manière, l'avenir n'a pas beaucoup de chances de s'améliorer. Il ne vous reste que la foi.
Les étudiants en médecine vont, de ce pas, fuir les maladies graves, à grandes enjambées. A leur place, je ferais de la chirurgie esthétique : rien que des patients volontaires, qui paient le prix et vous permettent d'être rapidement propriétaire d'une villa cossue dans un paradis touristique.
A ce train-là, nous aurons tous un nez mignon, plus de culotte de cheval ; et nous confierons nos cancers en phase terminale à la Bonne Vierge de Lourdes ... qui en a vu d'autres.
Partager cet article
Repost0
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 09:28
La mémoire, c'est vivant. Nous gardons le souvenir des faits et des gens ... un certain temps.
Plus un événement ou une personne nous ont marqués, plus longtemps nous en conservons le souvenir.
C'est la mesure de la survie pour les incroyants : la trace des morts demeure dans notre vie, le temps que nous nous les rappelons. Le jour où plus personne ne se souvient, on est bien mort.
Et les événements anciens ? Que deviennent les générations que nous n'avons pas connues, que nous avons oubliées ?
Ils sont l'histoire.

Des faits et des gens viennent à notre mémoire pendant que d'autres en glissent pour devenir histoire.
Parfois, ils s'attardent et ne peuvent nous quitter. C'est qu'il leur reste encore quelques comptes à régler.
Paradoxalement, les négationnistes qui s'acharnent à détruire le souvenir du génocide
entretiendront sa mémoire après la mort du dernier témoin,  en nous interdisant de ranger leurs victimes dans les savoirs historiques.
La mémoire n'est donc pas l'histoire car elle est terriblement affective.
Elle vit en nous le temps que nous nous sentons concernés et que nous sommes capables de nous battre pour elle. L'histoire
est beaucoup plus tranquille, elle est question de savoir, nul ne vous demande de prendre parti.
Prenons un exemple pour illustrer : deux massacres.
La Shoah est toujours dans notre mémoire ; il reste des témoins, des survivants douloureux et, malheureusement, des nostalgiques qui rêvent de "finir le travail".
La Saint Barthélémy fut une abominable tuerie mais je ne connais personne qu'elle obséderait encore aujourd'hui. Il y a des chercheurs, des historiens intéressés mais ils le sont en scientifiques. Si un groupe de protestants en affronte un de catholiques (en Irlande, par exemple) ce n'est pas en mémoire de la St Barthélémy.
Mais il ne faut jamais sous estimer la capacité humaine de nuire .
Il y a toujours des nuisibles prêts à ranimer l'histoire pour la changer en mémoire.
La guerre, pas si ancienne, au Kosovo a été déclenchée par le rabachage de la bataille du Champ des Merles par des nationalistes serbes. Il y a fort à parier que le jeune kosovar moyen se fichait du fameux champ comme d'une guigne jusqu'au jour où les tenants de la Grande Serbie le lui ont rappelé.
Je vois d'ici le parallèle qui va être établi : Jérusalem.
"Lorsque les juifs et les musulmans s'étripent allègrement pour la possession de Jérusalem, c'est une instrumentalisation de l'histoire et on n'est pas près de résoudre la controverse s'il faut remonter jusqu'à Abraham pour retrouver le premier occupant qui ferait valoir ses droits." Dit-on.
Eh bien, non. Jerusalem n'entre pas dans ce processus. Sa mémoire est toujours restée vive.
"L'an prochain à Jérusalem ...", voilà des générations que ces mots rythment l'espoir des juifs dispersés.
Jérusalem est plus que jamais dans la mémoire d'un peuple, donc dans son coeur.
La question n'est pas forcément insoluble mais il faut certainement faire appel à d'autres ressorts que la démonstration historique.
Il faut parler aux coeurs, pas aux ordinateurs.

Partager cet article
Repost0
6 août 2008 3 06 /08 /août /2008 09:12
Vous vous rappelez certainement les rouges-bruns, ces adeptes d'une improbable alliance d'antisémites de gauche avec un délicat parfum de haine de soi.
A l'occasion de l'affaire Charlie/Siné, ils se sont réveillés.
Je laisse Nathalie vous dresser le tableau.
A gerber ...

Siné, la boucle est bouclée
par Nathalie Gunther
Je reviens cette semaine sur le licenciement de Siné, dessinateur et caricaturiste, par Philippe Val, directeur de Charlie Hebdo, pour propos antisémites.

Rappel des faits : dans une chronique publiée début juillet par le célèbre journal satirique, Siné avait écrit à propos de Jean Sarkozy, fils cadet du Président de la République française : " Il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d'épouser sa fiancée juive, héritière des fondateurs de Darty : il fera du chemin dans la vie".
Refusant de présenter ses excuses pour des propos faisant appel aux ressorts les plus vils d'un veil antisémitisme et de l'équation juifs = argent et réussite sociale, y compris grâce à des manoeuvres dolosives, la conversion en l'espèce, Siné a été licencié par son employeur. Somme toute, rien que du tristement banal, qui nous pousserait presque à lever les yeux au ciel et soupirer en signe de dépit fatigué.


Là où l'affaire prend néammoins une tournure surprenante ( à moitié...), c'est lorsque l'on s'interesse à la pétition de soutien au gentil Siné, qualifié affectueusement "d'anar" qui "dénonce d'un ton fleuri l'opportunisme du fils du Président" et qui regrouperait pas moins de 2000 à 3000 signatures de soutien de dessinateurs comme Geluck ( dont le chat doit miauler très fort ), de philosophes comme Michel Onfray ou Daniel Bensaid, d'enseignants, de journalistes et autres personnalités de renom qui n'ont aucune difficulté, comme chacun le sait; avec leur judéité, tels Alain Krivine ou Gisèle Halimi.

Pourtant, c'est sur la chronique de Guy Bedos paru dans le Nouvel Observateur le 16 juillet 2008, qu'on atteint les sommets du pervers : l'humoriste y explique que Philippe Val n'y comprend bien, puisqu'en Israel même, des auteurs aussi célèbres qu'Amos Oz ou David Grossman critiquent le gouvernement israélien en place.
Quel rapport avec tout ça, me direz-vous ? Eh bien voilà, la boucle est blouclée : Bedos et autres consorts ont amalgamé juifs et Israel et, sur une question d'antisémitisme avéré, se sont crus autorisés à parler d'Israel et du conflit israélo-palestinien comme une légitime défense, avec une nouvelle équation juifs rusés = israéliens méchants.
L'amalgame va plus loin puisque Plantu représente dans une caricature de l'express du 24 juillet 2008, Philippe Val avec rangers, crâne rasé et brassard rouge, mimant le salut nazi. Quand on sait que Val croule sous les mails d'insultes et est traité chaque jour "d'ordure sioniste", on se dit que tous ces donneurs de leçons sont bien inquiétants...et que les détracteurs d'israel savent faire feu de tout bois... Bonne vacances quand même.

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 08:54

Mercredi 16 Juillet. La journée commence dans la douleur.
On savait depuis plusieurs mois que Reguev et Goldwasser étaient morts ; mais la connaissance n'est pas un antidote au chagrin.
Pénible, ce retour des cercueils, en fait : des caisses noires, comme volontairement déshumanisées par l'ennemi.  Les  juifs religieux ont peut-être  connu une forme de consolation  : les  morts font partie des enfants d'Israël, ils sont rentrés et reposeront dans la terre de leur peuple. Pour les religieux, c'est important.
Les autres restent inconsolés et, plus grave, insultés par le carnaval indécent du Hezbollah.
Ils fêtent leur victoire. On a trop de chagrin pour leur démontrer que leur prétendue victoire n'est qu'un gros coup de bluff médiatique.

Samir Kuntar, au cours du rassemblement à Beyrouth Cette photo (merci Infolive TV), c'est Kuntar saluant ses partisans libanais...
Elle ne vous rappelle rien ?

Hier soir, Beyrouth ressemblait à Nuremberg en 1936. Samir Kuntar et Nasrallah ressemblaient à Goebbels et à Hitler lorsque des milliers et des milliers de sympathisants criaient mort à Israël, portaient des uniformes noirs et levaient le bras en signe de salut. Ceci ne peut qu’apporter la violence, la guerre et le chaos.



Ils n'ont pas gagné, ils ne sont que des supplétifs de l'Iran et ils cesseront d'exister quand leur protecteur n'aura plus besoin d'eux.  Leur sort ne sera pas plus enviable que celui des hiwis ou des harkis, jetés comme des kleenex.
Logiquement, il faudrait consacrer un peu de temps à cette démonstration, mais le temps n'en est pas encore venu. Il faut d'abord digérer notre peine.
Nous avons pris l'habitude de revendiquer notre droit à la mémoire ; il faut y ajouter notre droit au chagrin.

Mais il sera dit que la journée ne pouvait pas être complètement désespérée.
 Le courrier arrive. Comme tous les mercredis, j'ouvre Charlie hebdo.
Joie ! Laudate ! Siné ne fait plus partie de la rédaction.
Il y avait longtemps que ses débordements antisémites nous échauffaient ; on avait de plus en plus de mal à supporter l'indulgence de Philippe Val.
Comment un éditorialiste aussi correct, judicieux dans ses critiques, pouvait-il supporter un Siné dans sa rédaction ?
On avait fini par se dire que  le grand âge de Siné et sa qualité de "membre des pères fondateurs" du journal faisaient accepter de sa part des écarts qui n'auraient pas été tolérés autrement.
Mais c'était de plus en plus insupportable... et enfin !
 Il n'a plus été supporté. OUF !

La journée reprenait couleurs ; et ... l'apothéose !
Dieudonné a fait baptiser sa gamine par Laguérie, le catho intégriste ; et le parrain est ... Jean-Marie Le Pen !!!
Merci les gars ! Dans une journée si mal commencée, vous nous avez bien fait rire.
Surtout, ça nous fait des vacances.
D'habitude, on triture nos méninges, on attrape des crampes dans les doigts et on fait chauffer nos claviers pour démontrer que l'antisémitisme est le ciment de haine qui  fait des alliances improbables.  C'est du boulot ; par moments, on aimerait se reposer.
 Alors, la grosse farce pipole du comique pas drole et de l'apprenti fuhrer sur le retour, c'est du bonheur !
Ils ont fait tout le boulot.
Si on trouve un rayon de soleil, on peut sans remords profiter du farniente.


Quand je vous disais qu'une journée ne pouvait pas être entièrement pourrie.

 

A propos de Le Pen, chacun peut lui reconnaître un vrai talent : celui de faire parler.


La carrière de Le Pen ne repose que sur un réel talent de bateleur. D’un point de vue conceptuel, l’extrême-droite comporte des théoriciens beaucoup plus forts que lui. Il les a toujours surclassés auprès de foules parce qu’il est un homme de spectacle, avant tout. C’est un outil d’une valeur inestimable pour un démagogue.
A l’autre extrémité de l’éventail des opinions, Coluche a représenté le même phénomène. Il a été à deux doigts de réussir un coup politique ; il s’est arrêté en cours de route mais le succès de ses “restaurants du coeur” repose en grande partie sur ses talents d’homme de spectacle. La rançon de sa réussite c’est que toutes sortes de politiciens ont récupéré l’idée pour faire prendre en charge par les bénévoles des “restos” des fonctions qui revenaient normalement à l’aide sociale.
Choquant de rapprocher Coluche et Le Pen ?
Oui, si on regarde les intentions, non si on considère la méthode. Les foules sont comme les femmes qui s’ennuient, elles se laissent séduire par les hommes qui les font rire.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 09:01
  Ingrid Betancourt libérée.
 C'est une bonne nouvelle, incontestablement.
Alors, pourquoi
ce petit arrière goût d'insatisfaction, cette impression tenace d'avoir été bernés ?
Elle est revenue au monde des vivants épanouie, en pleine santé, avec un discours bien étudié. Tant mieux. Encore une fois, personne ne le regrette.
La jungle serait donc le lieu de guérisons miraculeuses.
Cette victime à bout de force dont la photo de moribonde nous hantait, elle souffrait, à ce qu'il paraît, de maladies gravissimes. La voilà rétablie, avec une mine de retour de vacances ...
Qui s'est moqué de nous ?
Qui avait intérêt à forcer le trait, comme si d'être prise en otage n'était pas, en soi, une situation intolérable ?
Qui a pris le risque de semer le doute, de décrédibiliser ceux qui luttent encore un peu partout pour la liberté d'autres otages ?
Nous aimerions tellement retrouver
dans le même état Guilad Shalit et les deux otages du Hezbollah ... Mais leur histoire finira moins bien.
Même si nous sommes heureux pour Ingrid, il ne faut pas se laisser prendre à un leurre, comme une carpe par un pêcheur.
 Restons mobilisés contre l'horreur vécue par beaucoup de prisonniers et d'otages, surtout lorsqu'ils sont inconnus  "de chez inconnus".

Ce n'est pas la guerre en dentelles pour tout le monde.

Complément d'information -Israël Infos du 04/07/08 - :

L'opération commando grâce à laquelle Ingrid Bétancourt et 14 autres otages ont été libérés, et comparée par la presse à "un film de James Bond", a été programmée par les forces israéliennes, qui ont également entrainé l'équipe. "Il n'y a pas de précédent historique à une opération aussi parfaite ; sauf dans les commandos israéliens" a déclaré l'ancienne sénatrice colombienne, avant même d'en être informée.

Décidément, en toutes choses, rien de tel que de faire appel aux pros !


Partager cet article
Repost0
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 23:00
Coup d'oeil sur l'édito du Monde :
 ...
"S'ils étaient ministres du budget en quête de coupes claires, les usagers s'attaqueraient aux services fiscaux (61 %), à ceux de la Sécurité sociale (60 %), de l'emploi (56 %), de l'environnement (55 %) et du logement (55 %). En revanche, ils ne sont que 48 % à juger les économies réalisables dans la justice, et 40 % dans la police". Extrait de l'enquête "Les Français et les services publics",..
Traduisons.
Les Français  moyens également appelés beaufs, voudraient moins de contrôleurs des impôts, alors qu'ils n'en paient pas ou très peu, moins d'inspecteurs de l'URSSAF, alors que les patrons sont les principaux visés, moins d'agences pour l'emploi (bien fait pour les chômeurs !)
 Pour eux, les usines ont le droit de polluer tranquillement et les marchands de sommeil peuvent louer leurs taudis aux prix qu'ils veulent,  les locataires sont libres de trouver mieux.
Ne croyez pas les beaufs  inconscients ni inconséquents . Au contraire, ils sont très cohérents. 
Le gouvernement qu'ils appellent de leurs voeux déclenchera des réactions brutales, individuelles et collectives,  chez les mécontents et autres racailles. Les beaufs ne veulent à aucun prix qu'on les place dans ces catégories ; ils sont fauchés mais certains d'avoir quelque chose à perdre et, donc, à défendre. Pour leur protection, ils ont besoin des flics, de leurs matraques et leurs menottes si bien adaptées aux radiateurs des commissariats ; et pour régler son compte à la cueillette des flics, il faut des juges. Les argousins de Brassens ont encore de beaux jours devant eux. Là, ne reculant devant aucun sacrifice, les beaufs sont prêts à payer pour plus de police et plus, non de justice, mais de juges (nuance ...)
Les étonnés sont des amnésiques.
Les beaufs ont fait l'élection de Sarko.  Ils ont cru en ses promesses ; aujourd'hui, très logiquement, c'est la mise en application.
Pour aider les riches, on fera payer les pauvres.
Tant qu'il s'en trouvera assez pour jouer contre leur intérêt, les riches et les puissants auraient tort de se gêner.
Partager cet article
Repost0

Recherche

Articles Récents

Liens