Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 16:02

  En attendant la fête catholique des lumières, le 8 décembre et la sainte Lucie nordique du 13 décembre, voilà un acompte avec Hanoucca, lumineuse fête juive.

    Hanoucca, c'est l'art de faire durer la flamme, tout un programme !

 

Vous avez huit jours pour enflammer la vie.

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 21:20

    Vendredi 13 septembre au soir, commence Yom Kippour, la plus grande fête de l'année juive. 

Yom Kippour, pour les non-hébraïsants, c'est "Le Grand Pardon", une sorte de "super-shabbat" où les fidèles doivent redoubler d'observance religieuse.

C'est aussi la célébration du pardon, prérogative de Dieu, essentielle pour les croyants, chacun demande l'indulgence divine. Il importe de ne pas réduire le geste au rite, seuls les repentants sincères seront pardonnés, les hypocrites n'ont aucune chance d'être exaucés.

La cérémonie religieuse n'est pas fermée sur ses pratiquants, ceux qui demandent pardon ne s'adressent pas seulement à la divinité, c'est aussi le jour de la grande réconciliation. Chacun  se fait un devoir de rechercher la paix avec les autres, on reconnait ses fautes et on promet de s'amender.

     Sinistre ironie du sort, c'est à Kippour 1973, il y a juste quarante ans, que l'habituelle coalition des ennemis d'Israël menée par la Syrie et l'Egypte fondit sur l'état juif pour se venger de la défaite subie lors de la guerre des six jours. La victoire resta aux Israéliens mais les contemporains garderont le souvenir d'un acte déloyal.

Pouvait-on attendre une autre attitude de la part de gens obsédés du désir de détruire Israêl ?

    Aujourd'hui, les problèmes de la région ne sont toujours pas résolus, même si l'état d'Israël a l'air d'un ilôt de paix à côté du désordre et des massacres sévissant chez ses voisins.

     Au milieu du carnage, faisons un rêve : que l'esprit de Yom Kippour s'étende sur tous les humains.

Partager cet article

Repost0
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 14:19

       25 mai, c'est la fête des Sophie.

 

Sophie, c'est sophia : la sagesse. Sainte Sophie n'est pas un personnage, c'est une part de la divinité, Dieu ne pouvant qu'être sage et omniscient.

Les croyants ont toujours personnalisé les principes. Très vite, le peuple ordinaire a cru qu'il existait une sainte nommée Sophie à qui la grande basilique de Constantinople aurait été dédiée.

Les turcs musulmans ont pris Constantinople et l'ont rebaptisée Istanbul, ils ont recyclé la basilique en mosquée. Les grecs orthodoxes avaient perdu leur capitale mais ils ont continué à baptiser leurs filles Sophie et l'usage s'en est répandu dans toute la chrétienté.

La popularité de ce prénom associé au monde enfantin a traversé les siècles. Qui n'a pas lu "les malheurs de Sophie" de la Comtesse de Ségur ?

Sa dernière heure de gloire est le coup de génie d'un créateur de jouet. Il baptisa Sophie une girafe en caoutchouc, sonore et douce aux mains des tout petits. Quel bébé n'en a pas reçu une ?

Postérité garantie.

Mais pourquoi Sophie ?

La girafe n'est pas spécialement connue pour son intelligence.

C'est un mauvais coup à l'endroit des Sophie ; quand on les appelle, l'image qui vient d'abord à l'esprit n'est pas celle d'une savante mais d'un jouet couineur.

Consolez-vous, Sophie, faîtes nous un sourire, les bébés vous aiment presque autant que leur doudou et l'amour, n'est-ce pas, ça n'a pas de prix.

Bonne fête, Sophie.

Partager cet article

Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 15:34
   A quoi tiennent les dictons, les agendas et les calendriers ?
 - A bien peu de choses, ma pauvre dame, à de pontificales fantaisies.
Quand un pape prend un saint en grippe, quand le temps, pour lui, est venu de faire un peu de ménage au calendrier, d'anciennes valeurs sûres disparaissent et, ôte-toi de là que je m'y mette, leur place est dévolue à des petits nouveaux aux dents longues.
   C'est ainsi qu'en 1960, le bon pape Jean XXIII remit à jour le code des saints. C'était une sorte de mise en forme, d'entraînement, en vue de l'exercice autrement plus sportif que sera Vatican II.
   A l'occasion, les bigotes dévotes et les plus laïques almanachs des postes firent leurs adieux à Barbe ou Charlemagne.
Christophe échappa de justesse au couperet ; il ne s'agirait pas d'un vrai personnage mais d'un mythe autour d'un prénom : christo-phoros, porte-christ. Comme il protégeait toute une industrie de la breloque, il fallut bien composer avec elle.
    D'autres, à la popularité vacillante, furent remplacés. Nous avons le cas, ces jours-ci, des Saints de Glace honnis. Ils existent toujours, les 11, 12 et 13 mai, mais ils ont changé d'identité. Le trio Mamert, Pancrace et Servais a laissé place, dans le froid et les intempéries, à Estelle, Achille et Rolande.
Qu'avaient fait les anciens pour déplaire et perdre leur place ?
   Le pauvre Mamert, certes, est démodé. C'est l'inventeur des Rogations, antiques processions champêtres destinées à attirer la protection divine sur les cultures. Il reste de moins en moins de personnes assez âgées pour les avoir pratiquées et les assurances contre les Calamités Agricoles les ont efficacement remplacées.
Il a donc cédé la place à Estelle, du latin Stella : étoile. Ne lui reprochons pas de se prendre pour l'étoile polaire. C'est une sainte de glace.
   Le bien oublié Pancrace est remplacé par Achille, pas celui d'Homère mais un obscur évêque de Larissa (en Grèce, tout de même). Évidemment, le héros de l'Illiade n'avait rien d'un saint mais  Pancrace, de son côté, portait le nom d'un art martial antique. Gnon pour gnon, nous n'y aurions pas vu tant de différence.
   Rolande a remplacé Servais. Elle n'était ni la femme ni la sœur du sonneur d'olifant de Roncevaux mais une de ses contemporaines, une fille de Didier, roi des Lombards. Elle n'avait aucun sens des intérêts de la famille et refusa un mariage diplomatique pour un emploi de vierge consacrée. On ne lui connaît pas d'autre haut fait. Son CV plutôt mince ne l'empêcha pas de piquer sa place à Servais qui avait pourtant bien lutté contre les ariens, (pas des nazis, non, des hérétiques qui ne voulaient pas croire qu'un seul Dieu existât en trois personnes. Aujourd'hui, l'arianisme a disparu du panorama des sectes, le brave Servais est au chômage et ne veut plus rien dire pour nous, tandis que les vierges..., même si elles se font rares, peuvent encore représenter un idéal pour quelques originales.

     Les nouveaux élus n'ont pas remporté le gros lot. Ils ne sont jamais que des Saints de Glace, les plus détestés du calendrier.

                                                          Bien fait pour eux !

Partager cet article

Repost0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 10:10

 On tient le bon bout.

Avec Georges, nous inaugurons la saison des saints cavaliers, Saint Georges(23 avril), saint Marc(25 avril), Saint Eutrope(30 avril), Sainte Croix(3 mai) et Saint Jean-Porte-Latine(6 mai).

Grands pourfendeurs de dragons, nous leur ferions bon accueil s'ils n'apportaient pas froid et nuées.

Le 10 mai, ils seront relayés par les saints de glace et ensuite ... Ouf! Plus rien ne s'opposera à l'installation du printemps.

Bonne fête aux Georges que nous embrassons.

Partager cet article

Repost0
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 17:09

Ne laissons pas les incivils et mal-venus insinuer que votre prénom serait démodé.

Certes, on n'appelle plus beaucoup de fillettes ODETTE mais ne vaut-il pas mieux être seule qu'en mauvaise compagnie ?

Et puis, Odette est une petite ode, solennelle mais pas écrasante.

Les pauvres littéraires du temps passé se rappellent avec peine combien les grandes odes pindariques les ont fait dormir. Avec les Odette, pas d'ennui, ce sont des odes légères, légères comme un souffle de vent printanier.

Embrassons les !

 

Partager cet article

Repost0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 09:46

Le 4 avril, on fête Saint Isidore de Séville, patron des informaticiens.

Docteur de l'Eglise, tête à maths et néanmoins théologien, comment est-il devenu le protecteur de la souris et du mulot ?

D'autres partageaient les mêmes qualités mais il avait un petit plus :

Isidore de Séville, au sixième siècle, écrivit Les étymologies, une encyclopédie avant la lettre. Son but avoué : recenser toutes les connaissances disponibles à son époque. Isidore serait une sorte de précurseur de google et autres moteurs de recherche. Il était donc bien logique d'en faire le patron des informaticiens.

Voilà un digne représentant de la science mais un savant n'est pas forcément un saint.

C'est que, bien avant Rabelais, Isidore n'était pas satisfait devant les têtes bien pleines, il les voulaient bien faites et riches de vertus, surtout les puissants.

Etrangement, certaines pensées d'Isidore prennenr aujourd'hui un relief singulier.

« Reges a recte agendo vocati sunt, ideoque recte faciendo regis nomen tenetur, peccando amittitur : les rois doivent agir vertueusement et donc on maintient un roi s'il règne vertueusement, sinon on le renvoie ».

On s'y croirait...

Partager cet article

Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 16:35

 

    Peu importe votre religion ou votre absence de religion,

Image : Carte Pessa'h

    

 

La fête de la libération d'un peuple est notre fête à tous !

Partager cet article

Repost0
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 10:38

Bon, on vous l'a déjà servie, celle-la...Difficile d'y échapper.

Alors bonne fête à vous, les Rodrigue. Ne laissez pas les vieux, père et beau-père, vous pourrir la vie.

Soyez heureux avec votre Chimène.

 

Pierre Corneille a choisi le Cid campeador, une espèce de Charles Martel ibérique, pour en faire un héros romantique avant l'heure. Plongé dans Corneille, on se croit chez Victor Hugo. En précurseur du drame, il a brisé les murs de la tragédie , rejoint Shakespeare et Hugo pour mettre de la chair où les âmes restaient figées.

Un jour, Rodrigue a pris les traits de Gérard Philipe, ce fut sa chance, un coup de génie. Pas si démodé le vieux Pierrot...

Partager cet article

Repost0
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 15:27

... n'ont rien de commun, sauf le 12 mars, jour de leur fête.

   Si vous portez le prénom de Justine, sachez que votre sainte patronne avait opté pour un plan de carrière fort répandu au IIème siècle, elle fut vierge et martyre. Son amour pour le Christ fit que des païens la transpercèrent à coups d'épée. Espérons que vos amours moins divines et plus charnelles, si elles vous pénètrent, ne le fassent pas à coups d'épée.

   Aurélien, plusieurs saints ont porté votre prénom qui fut aussi celui d'un empereur romain du IIIème siècle, une des dernières pointures impériales avant la décadence.

    La journée des droits des femmes est passée, nous ne gâcherons pas la fête en rappelant qu'un des hauts faits d'Aurélien fut de soumettre la révolte de Zénobie, la reine de Palmyre. Ils étaient tous deux riches et beaux, leur histoire aurait pu finir en roman Harlequin mais ils ont préféré se faire la guerre. Zénobie lui donna bien du fil à retordre mais, en fin de compte, ce fut Aurélien qui l'emporta.

Il faut dire qu'il était coriace. Ses généraux cherchant à s'en débarrasser pour prendre sa place, forme de succession ordinaire dans l'empire romain, durent se liguer pour l'assassiner, aucun ne se sentait de taille à l'affronter seul.

   Alors, Justine et Aurélien, Peace and love.

Bonne fête !

Partager cet article

Repost0

Recherche

Articles Récents

Liens