Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 10:51
      Au hasard des nouvelles qui ont du mal à devenir nationales, un mauvais coup réservé au Volcan, la Maison de la Culture du Havre.
Pour l'histoire, c'est la première Maison de la Culture du programme André Malraux, elle a été construite en 1961 et, le temps ayant fait son office, 48 ans après, le bâtiment a besoin de travaux.
      Très bien, sauf que ... il ne s'agit pas de simples travaux d'entretien. Ruffenacht, le maire du Havre, compte bien y mettre sa marque, histoire de liquider un élément de plus de l'héritage ( il faut signaler que la mairie du temps de la construction était communiste et l'est restée jusqu'en 2001 où elle est passée à droite ).
      Au nombre des menus travaux envisagés, il y aurait la suppression de la salle de cinéma.
Les mauvais esprits que nous sommes observent que, simultanément, le groupe Gaumont construit un multiplexe à proximité. Il paraît que c'est une simple coïncidence ...soit.
       Il n'y a guère de moyens d'éviter la réalisation du projet sauf ... l'architecte lui même.
Un édifice est une oeuvre d'art régie par les lois gouvernant la propriété littéraire et artistique. En particulier, on ne peut le modifier substantiellement ni changer son usage ou sa destination sans le consentement explicite de son créateur.
        Le salut du Volcan appartient à son architecte : Oscar Niemeyer.
Il n'est pas vraiment n'importe qui. C'est l'architecte de Brasilia et de nombreux monuments du XXème siècle. En France, on lui doit, entre autres, le siège du PCF, un immeuble futuriste affectueusement surnommé le "bunker".
 Il ne saurait être question de bricoler son oeuvre ni de faire du commerce dans un lieu qu'il a conçu pour la culture.
       Espérons ! Oscar ne peut pas laisser dénaturer son travail.
Les esprits chagrins rétorqueront qu'il a 101 ans et qu'il ne sera pas éternel.
Peut-être ..., mais longue vie à lui, et lorsqu'il nous aura quittés, croyons en ses héritiers.
 Que son exécuteur testamentaire, le jour venu, veille à garder intégrité et dignité à l'Oeuvre d'Oscar Niemeyer. 

Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 18:47

    Nous sommes en 2005.
Depuis quelques années, au vatican, les ambitieux fourbissent leurs armes ;  le moment fatidique de la succession se prépare dans la sénilité et l'obstination déraisonnable d'un monarque moribond qui ne se résout pas à abdiquer.
C'est la mise en place d'un scénario devenu habituel, le film d'horreur de la fin de vie des grands personnages. Tito, Boumediene, Franco ... ils ont tous été maintenus dans un semblant de survie, le temps nécessaire à l'attribution des dépouilles. De quoi se féliciter de rester petit et obscur ...
Enfin, le décès de Jean-Paul II permet de lancer la curée (sans jeu de mot !)
C'est toute une affaire, un conclave se prépare comme une élection à l'Académie Française, en courtisant les plus influents et en plaçant des hommes-clés où il faut. Les manoeuvres produisent le résultat attendu : le nom sorti des votes est Ratzinger, un cardinal bavarois qui a fait carrière à la Curie romaine avec un but, la consécration suprême, être pape.
Pour les flingueurs et les rieurs, il est le "Panzer-cardinal", surnom qu'il doit à son goût de l'autorité et à son passé dans les Jeunesses Hitlériennes.
C'est une tache difficile à effacer, donc sa communication efficace et organisée se charge de rassurer les inquiets : on nous explique qu'il était impossible, sous le régime nazi, de suivre des études prestigieuses sans entrer aux jeunesses hitlériennes et beaucoup ont été contraints d'y appartenir sans avoir été coupables d'aucun des crimes commis par le régime. Tout le monde rentre dans le rang, on ne veut voir qu'une seule tête ...
   Bien sûr, son prédécesseur était beaucoup plus charismatique, il a senti le vent de la libération à l'Est et l'a récupéré jusqu'à faire croire qu'il en a été l'initiateur ; il a réussi à sauvegarder son image de libérateur alors même  qu'il s'est montré impitoyable avec la Théologie de la Libération, ce qui a contribué à ouvrir en Amérique Latine un boulevard tout tracé pour les sectes évangéliques. Il a réussi à tout faire passer mais les dernières années de son pontificat jalonnées de pertes de conscience ont duré trop longtemps. Alors, même si la personne du nouveau pape ne fait pas l'unanimité, on opte pour lui laisser une chance, wait and see...
Et on a vu ...
Le moins qu'on puisse en dire c'est qu'il n'est pas un spécialiste du dialogue inter-religieux, mais c'est un autre débat qui appellera, en son temps, d'autres développements. Actuellement, ce qui déchaîne la critique, même chez les catholiques les moins contestataires, c'est le retour en grâce des lefebvristes.
Dès son élection, Benoît XVI ( le pseudo que Ratzinger s'est choisi) réhabilite la messe en latin.
Depuis le concile Vatican II, chacun est resté inébranlable sur ses positions. C'est le type même de question où il paraît impossible d'introduire un minimum d'intelligence et de dialogue.
Le latin semble inextricablement associé avec une liturgie refusée par le concile, en particulier l'existence de prières antisémites inacceptables, surtout depuis la Shoah. Difficile de comprendre pourquoi il serait impossible de garder, pour ceux qui l'aiment, l'usage du latin avec les partitions anciennes qui faisaient les belles messes du patrimoine européen, tout en éliminant les prières antijuives, le prêtre qui tourne le dos à l'assemblée et autres usages refusés par le concile. Aucune concession possible de part et d'autre, l'extrême-droite catholique  se laisse dire intégriste, ce qui la définit comme un mouvement religieux, en négligeant sa réalité intolérante et judéophobe. Elle va jusqu'au schisme en organisant sa propre hiérarchie dirigée par Mgr Lefebvre.
Pour un organisme centralisé et pyramidal comme l'Eglise catholique, c'est une situation insupportable. Très logiquement, les lefebvristes sont excommuniés.
L'autorité papale est sauve mais l'Eglise est fragilisée, ce qui est insupportable à beaucoup d'ecclésiastiques, dont Benoît XVI.
Très vite, il apparaît que, pour lui, le caractère réactionnaire et antisémite des schismatiques est moins grave que leur séparation du corps ecclésial. Le pape est décidé à avaler toutes les couleuvres, même les déclarations publiques d'un évêque négationniste. Priorité au rassemblement, l'excommunication est levée, les lefebvristes pardonnés et réintégrés.
Pendant ce temps, les cathos tiers-mondistes peuvent toujours attendre la même attitude généreuse vis-à-vis de la théologie de la Libération... ce n'est pas pour demain.
Qu'on cesse de critiquer nos écarts de langage.
 Non seulement, nous continuerons à appeler le pape Panzer-cardinal, mais la flétrissure n'est pas suffisante et elle suivra les catholiques qui ne se désolidariseront pas clairement de lui.
L'Eglise catholique est mal partie.
Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 11:10
    Vous ne trouvez pas cela curieux, vous, ces campagnes de dénigrement régulièrement lancées à propos des THS, dans l'intention évidente de faire peur ?
Moi, oui.
 Elles me rappellent furieusement les menées anti-pilule d'il y a trente ans.
 Pour décourager les femmes de prendre les bons côtés de la féminité sans les inconvénients, on leur prédisait cancers, maladies cardio-vasculaires et dépression.
 Avec les THS, on retrouve le même raisonnement, à décrypter de la manière suivante :
 la sexualité de la femme n'a qu'un but, faire des enfants. Lorsqu'elle a quitté son métier de pondeuse, ce qu'il reste de sa libido n'a plus d'intérêt.
Les jeunes filles et les vieilles dames ont en commun le devoir d'être chaste. La pilule qui autorise l'amour sans risque reproductif aux plus jeunes et le THS qui permet à des femmes ménopausées en bonne santé de prolonger leurs amours, sont des menaces contre l'équilibre social. Il faut donc les combattre.
Et quelle arme serait plus efficace que la peur ?
Je n'ai pas de compétences médicales permettant de juger la réalité de telle ou telle menace, donc je ne m'y risquerai pas ; mais je suis convaincue que ce qui stimule la propagation de telles alarmes, ce n'est pas le souci désintéressé de la santé des femmes.
Repost 0
Published by Tipanda - dans humeur
commenter cet article
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 10:47
      L'ONU continue à soutenir les terroristes qui menacent Israël. Ses derniers hauts faits à Gaza sont sans ambiguité.

Extait d'un article de Michel Garroté, avec les références de son site pour plus ample information) :

Ainsi, la guerre des chiffres se poursuit. La poussière et la fumée se sont dissipées, mais la vérité a du mal à éclater au grand jour. Il convient ici de rappeler que le Hamas a sciemment interdit à l’UNRWA de distribuer les vivres, avant et pendant la guerre, pour provoquer une famine et l’utiliser contre le blocus. Ce mensonge a failli fonctionner si les bombardements israéliens n’avaient pas détruit les entrepôts de l’agence onusienne, et provoqué un important incendie pendant deux jours.

Des dizaines de millions de dollars de denrées alimentaires sont ainsi partis en fumée. L’UNRWA ayant menti sur les stocks alimentaires, l’agence a perdu toute crédibilité, notamment quand elle dément que des combattants ont tiré des missiles depuis une école, suscitant la riposte israélienne et le massacre de dizaines de civils... Cette nuit, l’UNRWA paie aussi le prix de sa complaisance avec le Hamas avec l’attaque et le détournement de treize camions chargés d’aides offertes par la Jordanie. Selon « Al Arabiya », des hommes armés ont tiré sur le convoi dès son entrée en territoire palestinien et ont détourné les dons (fin de l’article Mediarabe.info).

© Miguel Garroté
http://monde-info.blogspot.com/


Il est gravissime que l'ONU dont la raison d'être est le maintien de la paix s'implique dans le soutien à une milice mafieuse et terroriste.
  L'ONU complètement discréditée, cessons de financer des auxilliaires du crime organisé ;
il reste à refonder une politique  internationale  reposant sur d'autres intervenants vraiment dignes de confiance.
Encore du boulot pour Obama ... dans le cas, improbable, où il s'ennuierait (!)

02/02/2009 : derniers échos .

Aucune bombe n’a touché l’école de l’UNRWA
Selon l’enquête du journal canadien «Globe and Mail», sur le bombardement de l’école de l’UNRWA dans la bande de Gaza, qui avait valu à Israël un concert international de protestations véhémentes, aucune victime n’est morte à l’intérieur de l’enceinte du complexe scolaire.

Les Palestiniens avaient annoncé que 43 personnes avaient trouvé la mort au cours de l’attaque de l’aviation israélienne sur cette école de Jebaliyah, dans laquelle elles s’étaient réfugiées. Or les journalistes canadiens ont interrogé de nombreux témoins sur place qui ont déclaré que, bien que plusieurs personnes aient été touchées par des projections, aucun de ceux qui étaient présents dans le bâtiment n’a été tué.
Selon un des témoignages recueillis, trois élèves sont morts au cours de cette riposte de Tsahal, mais ils étaient à l’extérieur de l’école.
Un cadre supérieur de l’UNRWA à Gaza, John Jing, a reconnu pour sa part que les bombes israéliennes étaient toutes tombées hors des bâtiments scolaires.

CQFD ...

Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 10:30
    Dimanche 18 janvier, au programme de France 2, "La liste de Schindler".
N'en déplaise aux puristes, on ne dira jamais assez la place de ce film dans l'enseignement populaire de la Shoah et, surtout, dans la définition du terme de "Juste parmi les Nations".
Oskar Schindler était, au départ, tout le contraire d'un héros : c'était un profiteur de guerre, exploitant et exploiteur de la main d'oeuvre juive mise à sa disposition par les nazis. Au long d'un processus plus personnel que philosophique ou politique, sa conscience s'éveille et il finit par sauver plusieurs milliers de juifs en y laissant sa fortune, son ménage et tout ce qui avait compté pour lui avant la découverte d'une nécessité supérieure.
    Le film se termine comme un hommage à Israël, refuge des survivants. Avec, comme fond sonore, l'hymne à Jérusalem, les juifs sauvés par Schindler viennent lui rendre hommage sur sa tombe, en Israël.
Emotion garantie, tout le monde essuie une larme ou renifle discrètement.
On remarquera forcément le télescopage entre cette programmation et l'attitude généralement pro-palestinienne et anti-israélienne de France-télévision. Les hasards du calendrier sont parfois réjouissants.
Finie la récréation, on cesse de ricaner, c'est l'occasion de se pencher sur Israël et la Shoah.
ll faut dire et répéter que la Shoah n
'est pas à l'origine de l'état d'Israël. Les adversaires de sa création aiment le laisser croire mais c'est une histoire beaucoup plus ancienne.
Si on voulait rattacher la naissance d'Israël à un événement de l'histoire européenne, ce serait l'affaire Dreyfus
plutôt que la Shoah. Les juifs d'Europe avaient parié sur l'assimilation au monde des lumières et, dans les pays les plus prometteurs, comme la France, la réponse à leur désir d'ouverture a été le rejet, la discrimination, l'exclusion et la haine.
Dès lors, naquit et se renforça le sionisme, l'espoir et la volonté de fonder un état juif pour les juifs, un refuge et un endroit qu'ils pourraient organiser et diriger dans la liberté et le droit. Après des luttes héroïques racontées dans les livres d'histoire, l'état  d'Israël fut conquis, et non accordé, en 1948.
En même temps, le jeune état accueillait des groupes de plus en plus nombreux de survivants de l'extermination et devenait, en quelque sorte, l'épicentre de sa mémoire.
 C'est un élément fondamental mais ce n'est pas le seul. D'ailleurs, on apprend, à intervalles, que les rescapés de la Shoah ne sont pas traités comme ils le méritent par l'Etat Juif.
Israël est l'Etat de tous les Juifs, d'Europe mais aussi, d'Afrique du Nord, d'Asie et du monde entier, sans oublier les Sabras, Israéliens autochtones nés en Israël. Tous ont en commun le judaïsme mais pas la Shoah, la "destruction des juifs d'Europe", selon l'expression consacrée par Raul Hilberg.
  C'est une réalité qui échappe en grande partie aux étrangers. Les symboles les plus cités sont Yad Vashem et la Médaille des Justes ; la modernité israélienne, ses scientifiques passent souvent à l'arrière-plan.
De temps en temps, des ignorants hostiles rappellent, pour le déplorer, que l'armée israélienne est forte, qu'elle détient l'arme nucléaire et qu'Israel est l'allié indéfectible des Etats Unis. "Les amis de mes ennemis sont mes ennemis"  dit le proverbe, donc Israël est associé aux USA dans la détestation ordinaire.
Pourtant le Peuple de l'Etude est aussi un peuple de savants, d'artistes, d'entrepreneurs. Il crée au profit de tous.
Là se trouve la victoire finale de ceux qui n'ont même pas eu de sépulture.

Changeons les regards ; ce peuple veut vivre. Tout simplement.
Repost 0
Published by Tipanda - dans histoire
commenter cet article
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 22:59
  

Telle que la situation paraît évoluer, la bataille de Gaza va se terminer mais, comme il fallait s'y attendre, les questions resteront patentes.
 La guerre continuera autrement.
Une accusation fait fureur, ces derniers temps : les israéliens utiliseraient contre Gaza des nouveautés meurtrières, des obus incendiaires au phosphore blanc.
 Les accusateurs viennent de découvrir l'eau tiède !
... Quelle arme a fait flamber Hambourg pendant les combats qui ont vaincu Hitler ? C'étaient des bombes au phosphore, et toutes les armées du monde en utilisent,, à partir du moment où elles disposent d'avions bombardiers.
 Selon le goût du jour, le succès médiatique attendu, on stigmatise plus ou moins une arme ou une autre.
En réalité, elles sont toutes barbares et meurtrières par définition, même un vulgaire coupe-coupe peut servir à exécuter des crimes de masse ...  demandez aux victimes du génocide rwandais. C'est tuer qui est hideux, peu importe l'outil.
Laissons les vieilles histoires au placard, essayons d'envisager l'avenir.
Malheureusement, il est prévisible que les islamo-fascistes du Hamas et autres fous de Dieu se remettent à nuire par tous les moyens qu'ils trouveront. Ils continueront à nous faire bénéficier de quelques joyeuses spécialités comme les attentats-suicides.
Des gens capables de se précipiter dans la mort, uniquement pour y entraîner leurs ennemis avec, en prime, ...un bon paquet d'inconnus, font peur, et c'est logique.
Ils sont capables de tout contre un monde qu'ils vont quitter.
Les moyens de provoquer des dégâts sont légions mais les terroristes ont un faible pour les armes peu coûteuses et meurtrières. On peut légitimement craindre les bombes sales.

A l'époque des enveloppes à la poudre d'anthrax, les médias s'étaient montrés un peu curieux. Nous avions eu droit à quelques descriptions d'armes plus originales les unes que les autres, utilisables dans la discrétion par des terroristes peu équipés.  Depuis, les foules ont changé de préoccupation, nous n'entendons plus parler des bricoleurs
Pourtant, le problème est toujours là et j'aimerais revenir sur les inquiétantes bombes sales.
Rappelons brièvement de quoi il s'agit.
On se souvient de la chanson de Boris Vian "La java des bombes atomiques" ; c'était un grand moment d'humour, cet oncle, un fameux bricoleur, qui fabriquait des bombes atomiques dans un atelier, au fond de son jardin. La bombe sale est beaucoup moins drôle, car réaliste.
Il ne s'agit pas d'une bombe atomique dont la technologie n'est à la portée que de quelques états ; elle utilise la nocivité du nucléaire banal. Partout où il existe des installations de radiologie, médicale ou industrielle, sont stockées et utilisées des matières radio-actives, en principe protégées par des installations sécurisées mais, de toute façon, plus accessibles que l'industrie d'armement. Il suffirait à un groupe terroriste de cambrioler des sites radiologiques et de s'emparer des produits radio-actifs pour les introduire dans des bombinettes bricolées.
Le poison serait dispersé là où la bombe exploserait.
La nocivité serait plus ou moins importante suivant la difficulté à décontaminer l'endroit visé.
Dans un lieu bien choisi, les dégâts pourraient condamner durablement la place.
C'est une arme à la portée de n'importe quel petit casseur.
Pas de risque tant que le malfaiteur se soucie de son avenir, mais, pour des candidats au suicide  ?... le nihilisme fait perdre tout instinct de conservation.
La perspective est bien plus inquiétante que le cataclysme atomique. Là où la raison est absente, la dissuasion n'a pas de sens.
Qui peut m'expliquer pourquoi personne ne paraît s'en soucier ?
Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 10:20
    Décidément, nous n'avons pas fini de "nous esbaudir" devant les prises de position des belles âmes de la gauche démocratique.
 Elles ont au moins une qualité : elles sont fidèles.
Très logiquement,  elles ont toujours été opposées au racisme et à la colonisation. Qui pourrait les en blâmer ?
En vertu de ces principes humanistes et généreux, elles soutiennent les combattants qui s'illustrent dans ces grandes causes.
Très bien, sauf que ... ça sa gâte lorsqu'elles négligent de rectifier le tir.
 Des héros de la décolonisation ont "oublié" d'évoluer. Les grands espoirs se sont changés en déception pour les décolonisés. Mais il est des rectifications bien difficiles aux belles âmes. 
Le portait du Che, le soleil tropical et les cigares de Cuba aident les fossiles du communisme-canal-historique à fermer les yeux sur la faillite du régime castriste.
 Au nom du souvenir des combats contre l'apartheid, un voile pudique recouvre la gestion erratique de Mugabe;
Ce sont des citoyens noirs du Zimbabwe qui osent regretter l'ancienne Rhosésie, quand "la vie était dure mais on parvenait à élever ses enfants". Les belles âmes des pays bien nourris tiennent  la ruine du pays pour accident négligeable . Il en faudrait, plus pour qu'ils renoncent à leur rêve.
Les premiers coups de semonce remontent à plus de trente ans. L'exode des boat-people vietnamiens, la découverte du génocide cambodgien et des exactions commises en Chine au nom de la Révolution Culturelle laissent impavides les nostalgiques des manifs étudiantes. Se dire qu'on a usé des semelles de chaussures, pris des coups de matraque et parfois raté ses examens pour rien,  à n'en pas douter, c'est déprimant.  
Les belles âmes préfèrent se réfugier dans leurs rêves, même au prix de la négation des réalités.
Hélas, elles en deviennent aveugles. L'expérience n'a pas servi .
Chaque nouvel événement est soumis au même filtrage.
Un mouvement islamo-fasciste s'approprie la revendication palestinienne ? Qu'importe, les belles âmes ont décidé de soutenir la cause et, dans la foulée, tous ses représentants. 
Il vaut la peine de s'y attarder. 
D'abord, la gauche serait-elle antisémite ? Si vous lui posez la question, soyez certains de recevoir une dénégation indignée. On vous citera en exemple la participation des mouvements de gauche à toutes les cérémonies commémoratives de la Shoah et la loi Gayssot initiée par un communiste. C'est même dans leurs rangs qu'on trouve le gros des bataillons de la mémoire.
La victime juive a du succès auprès des militants, du moment qu'ils peuvent l'associer à d'autres combats. On aime la porter en emblème, entre "des sous !" et "nos retraites !"...
Mais un bon juif est un juif mort...
S'il est vivant et décidé à le rester, de Vallès à Guesde, la gauche retombe dans les vieux démons de l'antisémitisme populiste où elle opère d'improbables jonctions avec les thèmes les plus éculés de la vieille droite catho. Les juifs seraient tous riches (voir l'affaire Siné). On oublie le petit tailleur, le savant, l'artiste, on ne voit plus que le banquier, on a même pris un malin plaisir à souligner la judéité de Madoff soupçonné d'escroquerie.
Surtout, le peuple juif serait le seul peuple qui n'aurait pas droit à un état. Lorsqu'Israël est attaqué, il faudrait que le juif retrouve son éternelle position de victime, il n'a pas le droit de se défendre.
Certes, les gens de gauche ne se voient pas en suppôts de l'antisémitisme mais beaucoup n'hésitent pas à se dire antisionistes. Ils reprennent et popularisent une vieille scie : "on" aurait donné un état aux juifs en dédommagement de la Shoah. Il n'est pas difficile d'en avoir la confirmation en interrogeant les foules, on arrive forcément à bourrer les crânes quand on néglige d'enseigner l'histoire.
Un minimum de connaissances suffirait pour mettre à mal de tels contes à dormir debout.
Israël n'a pas été donné ; les militants sionistes présents dans le pays se sont battus pour faire naître un état, particulèrement contre la puissance mandataire, une Grande-Bretagne qui avait d'autres vues sur cette terre et ne voulait surtout pas contrarier sa politique arabe.
 Ils n'ont pas dépossédé la Palestine ; elle n'existait pas. On se trouvait en réalité dans une ancienne colonie ottomane. La défaite de la Turquie, alliée de l'Allemagne pendant la première guerre mondiale, avait placé sous mandat britannique ce territoire qui abritait de nombreuses communautés religieuses, des juifs et des musulmans mais, aussi, des chrétiens de toutes obédiences ... globalement des représentants de toutes les religions du Livre, tous convaincus d'y avoir des lieux saints.  Parmi eux, les premiers à revendiquer la création d'un état furent les sionistes ; ils avaient acheté de la terre aux colons turcs et constitué depuis longtemps un embryon d'état reconnu par la déclaration de Balfour comme un Foyer National Juif. On ne peut jamais refaire l'histoire mais, pour ceux qui voudraient absolument s'y risquer, il faut reconnaître qu'à l'époque, il n'existait  aucun projet arabe cohérent pour concurrencer la revendication d'un état d'Israël. Et il n'en existe toujours pas. Ceux qui parlent de La Palestine sont incapbles de se mettre d'accord pour en donner une définition.
Ni l'histoire, ni le droit international ne justifient de déclarer
Israël illégitime.
Les gens de gauche, particulièrement soucieux du Droit et de la Mémoire, sont mal placés, en contradiction avec leurs propres certitudes, s'ils contestent l'existence de l'Etat d'Israël et son droit à l'autodéfense qui est en est la conséquence directe.
Malgré toutes ces considérations, une grande partie de la gauche est hostile à Israël. Elle va jusqu'à soutenir des religieux intégristes, des islamo-fascistes à l'opposé de toutes ses convictions.
Il existe heureusement des amis d'israël à gauche mais, comme moi, ils se sentent bien seuls.
  Comment justifier tant d'incohérence ?
Hélas, par de petits calculs franco-français.
Tout parti politique a besoin d'électeurs et de militants, il doit cultiver, ménager tous les viviers possibles. Pour l'opposition, il faut travailler les moins bien traités par le pouvoir en place, parmi eux, les familles et amis des immigrés. Il est facile d'imaginer que ces électeurs potentiels sont des musulmans antisémites...
...c'est peut-être vite dit.

Il est, de toute façon, indigne de faire reposer l'essentiel, le socle de ses convictions sur d'aussi  misérables petits calculs.














Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 21:47
  Où réside la force du Hamas ?...
Ce sont les autres qui le rendent fort. Un tas de gens qui n'ont pourtant pas l'air plus idiots que les autres abdiquent tout esprit de questionnement pour relayer ses informations et nous laver le cerveau.
L'effet est saisissant sur la presse et les médias.
Histoire de rire un peu, France 2 s'est fait avoir encore une fois. Obligés de se fendre d'un démenti et de plates excuses pour une video bricolée acceptée sans discernement, il faut croire que l'affaire Al-Dura ne leur avait pas servi de leçon, sauf à Charles Enderlin qui est devenu beaucoup plus circonspect ; c'est un grand professionnel, il a su ne pas persévérer dans l'erreur, on est content pour lui.
Le catalogue des médias contaminés serait trop long à établir (un bon point pour l'édito de Val dans Charlie Hebdo, une lucidité rare), nous remarquerons seulement, avec chagrin, que la radio spécialiste des programmes de qualité, France Culture, n'échappe pas à la contagion. Dès les premiers jours de l'offensive, les plats étaient passés bien poliment à Henry Laurens ou Pascal Boniface. Il n'y avait probablement pas d'autres commentateurs disponibles ...
Ils ont une excuse imparable : l'armée israélienne ne laisse pas les journalistes passer dans la zone des combats. Etant donnée l'absence de neutralité des médias, difficile de leur en faire le reproche. Et surtout, au cas où cela vous aurait échappé, c'est la guerre, des bombardements, c'est dangereux. Si un reporter était blessé ... je vous laisse deviner les commentaires, l'occasion rêvée d'en "repasser une couche".
Pour résumer, l'information et, à la suite, l'opinion générale sont docilement alignées sur la propagande du Hamas.
Car il faut appeler un chat un chat. Le lavage de cerveau par la communication de guerre s'appelle de la propagande ; le terme n'est plus à la mode mais la réalité est toujours la même.

   Goebbels, souvenez-vous, c'était l'inventeur et l'organisateur de la propagande nazie. A la fin de sa noire aventure, il s'est donné la mort. Il n'a donc pas été jugé à Nuremberg, ce qui ne l'a pas empêché de laisser une réputation de spécialiste dans l'art de la manipulation mentale au service d'un pouvoir totalitaire.
A la base, il se fondait sur quelques idées simples.
Pour arriver à ses fins, il faut s'appuyer sur la majorité, les masses, les foules.
Comme les imbéciles sont plus nombreux que les génies, ils sont le gros des troupes ; leur tenir un langage simple et même simpliste mais qui leur laisse entendre qu'ils sont les plus intelligents, les plus forts.
Personne ne se tourne spontanément vers l'autocritique ; pour séduire les masses, leur présenter en toute circonstance des coupables à lyncher, des bouc-émissaires qui assumeront tous les problèmes.
Le premier de la classe est à la fois envié et détesté par les nuls ; il convient de livrer à la vindicte des foules les sujets brillants qui pourraient mettre des bâtons dans les roues du maître.
Car le maître est le sommet de l'édifice social ; sans lui tout s'écroulerait. Les masses travaillent pour lui. Il les utilise comme il le désire ; elles sont une tourbe malléable, sacrifiée et consentante.
Le grand art du maître est d'obtenir ce consentement, puis de le conserver, n'importe comment, la fin justifie les moyens.
Il paraît impossible de surpasser Hitler dans ce rôle mais ... l'idée n'est pas abandonnée.
Les idées fondatrices de sa folie continuent à hanter les candidats-dictateurs et autres nostalgiques du totalitarisme.
Où peut-on trouver en circulation de nos jours la noire littérature nazie ? 
Elle infiltre assez peu les démocraties occidentales ; ses ouvrages-vedettes n'y sont pas introuvables mais leur diffusion se limite à des milieux bien circonscrits, sectes négationnistes et autres activistes d'extrême-droite. Ils sont capables de nuire et même, parfois, de gagner des succès d'estrade mais ils ne prêchent que des convertis. Pour se montrer authentiquement dangereux, ils doivent se greffer à d'autres mouvements intérieurs ou extérieurs. Et justement, il existe un terrain qui partage les mêmes haines que les nazis, leurs idées y ont droit de cité dans les marchés, les librairies, les télévisions. C'est le Proche et Moyen-Orient depuis longtemps (le grand Mufti de Jerusalem était au mieux avec Hitler).
Justement le Hamas a bouclé la boucle. Contaminer à la fois ses proches et ceux à qui on veut nuire,voilà le fin du fin de la propagande fasciste.
En l'absence de réaction vigoureuse de la part des démocraties, la logique sera de réhabiliter Goebbels.
Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 23:09

Le producteur de Dieudonné en Franche-Comté déprogramme trois spectacles

La société de production chargée des spectacles de l'humoriste Dieudonné prévus en février et mars à Besançon, Belfort et en Haute-Saône a décidé de les déprogrammer, après que ce dernier eut invité sur la scène du Zénith de Paris le négationniste Robert Faurisson  

"En voyant Faurisson se faire remettre un prix par une personne déguisée en déporté juif, je me suis dit: +ou tu cautionnes, ou tu as une conscience et tu annules les spectacles+, - ce que j'ai fait", a indiqué mardi à l'AFP Hamid Asseila, responsable de la société bisontine Nouvelle Génération Production, en charge de l'organisation des spectacles.

"J'ai eu mal au coeur pour le peuple juif qui a beaucoup souffert. On ne peut pas s'asseoir sur 2 millions de morts", a-t-il ajouté, précisant qu'il avait visionné de "longs extraits du spectacle au Zénith".

Pour Yves-Michel Dahoui, adjoint à la culture de Besançon, "les organisateurs ont pris leurs responsabilités. Ce n'était pas aux politiques de censurer, et c'est à chaque citoyen de se rendre compte des dérives nettement condamnables de Dieudonné".

L'humoriste "a une fâcheuse tendance à comparer le malheur des peuples et à faire des amalgames douteux, sous-entendant qu'il y en a toujours trop pour les juifs et pas assez pour les noirs", a dénoncé M. Dahoui.

Près de 500 places étaient déjà vendues pour le spectacle prévu le 4 février à Besançon, 300 pour celui programmé le 5 février à Belfort, et entre 150 et 200 pour le 28 mars à Port-sur-Saône, a indiqué Hamid Asseila qui estime ses pertes à près de 20.000 euros, dont 5.000 euros déjà déboursés en communication.

"J'avais signé trois contrats avec la boîte de production de Dieudonné qui peut désormais me demander des dommages et intérêts", redoute-t-il.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire "aux fins de vérifier dans quelles conditions Dieudonné Mbala Mbala a remis" le "prix de l'infréquentabilité et de l'insolence" à Robert Faurisson.

Trois spectacles ... On peut considérer que c'est négligeable mais ça met du baume au coeur à un moment où nous en avons bien besoin.

Cette haine antisémite qui s'avance masquée par un faux nez d'antisioniste ... Elle nous assiège. Pour un peu, elle nous déprimerait.

Il faut savoir tirer parti de chaque bonne nouvelle, et toutes les fois que Dieudonné se prend une claque, nos contemporains reprennent face humaine.

Accessoirement, ce genre d'accroc nous permet de comprendre pourquoi il veut entreprendre une carrière au Canada. L'air d'ici lui paraît probablement trop malsain.

Bon débarras ! Sauf que ... la France va "se payer la honte" : et si les Canadiens allaient s'imaginer que les comiques français ressemblent à ce sinistre même pas drôle ...?

Il est vrai qu'outre-Atlantique le négationnisme n'est pas un délit mais une opinion dont la liberté est garantie par la constitution, et que la plupart de ses éditeurs y sont domiciliés.  Dieudonné ne fera peut-être pas scandale.

Mais nous espérons dans le bon goût des Canadiens. Ils renverront à l'oubli ce prétendu comique qui ne fait même pas rire.


Repost 0
Published by Tipanda - dans humeur
commenter cet article
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 00:00
       Un jour, Golda Meir a déclaré : "Si nos ennemis aimaient leurs enfants autant qu'ils nous haïssent, nous serions en paix depuis longtemps".
Bien qu'elle nous ait quittés depuis trente ans, ses propos restent furieusement(
c'est le cas de le dire !) actuels ...
Actuels, mais toujours incompris. 
      Le Hamas a changé la bande de Gaza en nid de scorpions, les localités israéliennes qui l'entourent sont obstinément arrosées de roquettes et autres obus. A leur grand soulagement, le gouvernement d'Israël se décide enfin à réagir pendant que le Hamas garde  les gens de Gaza enfermés sous les bombardements.
Illico, les pleureuses professionnelles reprennent du service, se lamentent et manifestent. Comme d'habitude, elles accusent  Israël de tous les maux, en particulier le pire, l'impardonnable : des femmes et des enfants sont  les victimes d'une agression.
Il va de soi que, lorsqu'il pleut des bombes, ceux qui se trouvent dessous en sont victimes. Par un curieux hasard, les combattants courageux  du Hamas ont logé leur petite famille dans les dépôts de munitions et les bases de tir. C'est bête ...
       Les pleureuses et autres bonnes âmes plus apitoyées que futées n'y voient pas malice, sortent les mouchoirs et dégainent leur indignation contre Tsahal et sa violence disproportionnée ; elles soulignent qu' il y a beaucoup plus de victimes à Gaza qu'à Sdérot ... qui subit, pourtant, une pluie d'obus depuis plus de dix ans.
Ce qui fait toute la différence, c'est qu'à Sdérot les enfants sont protégés. En cas d'alerte, ils sont les premiers à bénéficier d'abris, ils ont même une école avec toit blindé. Ils sont précieux pour leurs parents et toute la société.
     Les pauvres enfants de Gaza et leurs mères sont d'abord victimes de l'islamo-fascisme qui règne autour d'eux.


Ils subissent l'assaut  d'Israël comme les enfants de toutes les guerres, comme ceux de Dresde ou Berlin ont subi les bombardements des Alliés à la fin de la deuxième guerre mondiale.
Mais, à l'époque, très justement, il ne s'est pas trouvé de bonnes âmes pour en faire le reproche aux libérateurs.
Lutter contre le nazisme et, plus généralement tous les fascismes, justifiait les destructions et les victimes.
Il est temps d'ouvrir les yeux sur la nature exacte du Hamas. Il ne cherche à libérer personne. A la suite d'un tel guide, le peuple palestinien est sûr de se mettre au service d'un maître.
 Serait-ce trop demander aux pleureuses que de ne pas prêter la main au maintien d'une dictature ?

Il est possible de faire la paix entre Israéliens et Palestiniens de bonne volonté, mais elle ne pourra se faire qu'après l'élimination de tous les obscurantistes, dont le Hamas.
Tipanda http://www.jacquelinesimon.com

 


Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article

Recherche

Articles Récents

Liens