Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 15:48

En Irak et en Syrie, le patrimoine de l'humanité prend des coups. Les belles âmes trempent leur mouchoir et déclarent à qui veut les entendre que seuls d'épouvantables barbares peuvent commettre de tels attentats. Heureusement, nous sommes loin de ces horreurs, ce ne sont pas nos dirigeants civilisés qui se livreraient à de telles exactions.

Enfin, c'est ce que nous pensions...

Nos dirigeants ne sont pas des fous de Dieu attachés à la perte de tout ce qui n'est pas estampillé "islam". Ne soyez pas rassurés pour autant, ils sont obsédés par la rentabilité et les économies.

Il faut couper dans les dépenses et tout politique un-tant-soit-peu raisonnable tranche d'abord là où il prévoit le moins de protestations.

La mémoire collective n'est pas riche en grandes causes pourvoyeuses de défilés. Les sabreurs vont commencer par la culture. Si, comme prévu, les foules ne protestent pas, ce sera déjà ça de gagné en attendant de s'attaquer à plus lourd.

Ainsi, des missions archéologiques (celle du Douaisis, par exemple) se voient réduites à la portion congrue ou même éliminées au motif que l'archéologie ne serait pas rentable.

Qui a prétendu le contraire ? Nous étions même persuadés que l'amour de la culture et de l'histoire était sa seule motivation et en faisait toute la noblesse.

Un comptable peut faire autant de dégâts qu'une barre à mine.

A méditer ...

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 14:16

Le vingtième siècle a connu deux conflits mondiaux seulement séparés d'une vingtaine d'années. Nés après la seconde, nous somme nombreux à exprimer un jugement très différent sur les deux guerres.

En bref, la seconde nous apparaît comme le combat du bien contre le mal alors que la première ne fut qu'une boucherie insensée, des foules sacrifiées aux intérêts de Krupp et De Wendel.

Le 11 novembre est un jour de tristesse et, Dies irae, de colère.

La fierté est réservée au 8 mai.

Comment montrer notre respect pour les victimes de 14-18 sans faire le jeu des va-t'en-guerre ?

La cérémonie qui se prépare pour le dernier dimanche d'Avril a des chances de concilier les oppositions.

C'est le dimanche des déportés et c'est aussi l'ANZAC day que nous célébrons tous les ans au Quesnoy pour nous rappeler que la ville, en novembre 1918, a été libérée par des Neo-Zélandais.

Il y aura donc une cérémonie de commémoration et notre chorale y interprétera, non pas un chant guerrier de la Grande Guerre, mais "Le chant des partisans". Bonne façon de nous souvenir de toutes les victimes et tous les héros sans tentation belliciste.

Plutôt .."brisons les barreaux pour nos frères" qu'..."un sang impur abreuve nos sillons" !

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 15:41

Ce mercredi 8 Avril 2015, Arte commémore à sa manière un épisode sanglant de la première guerre mondiale.

Pour une fois, nous sortons de la boue des tranchées, de Verdun et de la Somme pour la bataille de Gallipoli, pendant la campagne des Dardanelles.

C'est un film déjà ancien (1982) réalisé par Peter Weir avec ...(Mesdames, ne le ratez pas !) Mel Gibson jeune.

Gallipoli est resté dans l'histoire comme le cuisant échec d'un futur vainqueur : Winston Churchill.

Dans ce ratage, ceux qui ont payé le plus lourd tribut sont les troupes de l'ANZAC (Australiens et Néo-Zélandais).

Il paraît que c'est un bon film. Alors vous ne le manquerez pas, surtout si vous êtes du Quesnoy, ville libérée en 1918 par les Neo-Zélandais.

Film vu ...

En effet, c'est un bon film.

Il en ressort une grande question, toujours la même : pourquoi ?

Pourquoi ces Australiens bien tranquilles aux antipodes ont-ils quitté famille et troupeaux pour s'engager, venir se faire tuer pour un pays qui n'était rien pour eux ou, même, représentait une histoire familiale difficile (grands parents envoyés en Australie avec une colonie pénitentiaire) ?

Et encore ... le film n'abordait pas la question des aborigènes qui se sont engagés.

Pour eux, que représentaient ces pays d'Europe pour lesquels ils venaient se faire tuer ? Enorme point d'interrogation ... et pas de réponse

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 12:07

La peste brune, même repeinte en bleu-marine, ça pue !
Alors, un seul mot d'ordre : FRONT REPUBLICAIN !
Faisons la paix des braves avec nos adversaires contre l'ennemi
commun.

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 12:08

Enfin ! Une bonne nouvelle pour mon petit panda roux : il fait la couverture !
Bon, restons calmes, il ne s'agit que du catalogue été du WWF.
Pour aider le WWF, on peut lui faire un don, comme à toutes les œuvres d'utilité publique. On peut aussi acheter des articles écolo-éthico-solidaires par Internet (www.cataloguewwf.fr) ou, modèle plus tradi, par correspondance.
Pour ce faire, il diffuse un catalogue saisonner comme toutes les entreprises de VPC.
Qui a l'honneur de faire la couverture du catalogue été 2015 ?
La vedette, c'est mon petit panda roux.
Alors, procurons-nous le catalogue, feuilletons le, faisons peut-être quelques emplettes et, surtout, conservons la bouille du petit panda roux.
Trop craquant !


Vous avez le droit de me trouver gaga, j'assume.

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 10:40

8 Mars.Ce n'est pas ce que beaucoup appellent la "journée des femmes", comme s'il s'agissait d'une vague déclinaison des fêtes des mères, des grands-mères ou encore des secrétaires(!) Non !
Aujourd'hui c'est la journée de lutte pour les droits des femmes. Une autre gueule !
Face aux attaques des intégro-paternalistes, ne lâchons rien !

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 23:42

"Das Reich", c'est lundi à 20h50 sur Fr3.

Pas question de manquer ce documentaire, il sera forcément génial comme tout ce que fait Michaël Prazan.

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 15:20

Paul Valéry, quand il s'en donnait la peine, savait produire l'ennui, néanmoins il possédait, à l'occasion, le sens de la formule et nous a laissé quelques sentences si bien trouvées qu'elles ont été adoptées et leur inventeur oublié. A quoi tient la notoriété ?...

Au nombre des formules promises à durer, Valéry avait qualifié Daumier, peintre et dessinateur du XIXème siècle, de "Michel-Ange de la caricature". Eh bien, osons le dire, Daumier a été détrôné.

Un coup de crayon aussi élégant qu'efficace, créateur de personnages reconnaissables entre tous, au point qu'un homme politique n'aurait pas été digne de ce nom s'il avait échappé à sa verve graphique, un nom survole toute la production, celui de Cabu.

Il n'y aura plus de nouveau dessin de Cabu. Les anciens sont là, imprimés, ils sont vivants, comment faire son deuil quand le mort est encore si présent ?

Voilà un mois que la rédaction de Charlie et des juifs inconnus ont été assassinés, leur mort nous a horrifiés. Nous étions submergés par la peine, l'incompréhension et la colère.

Ce fut un mois de Janvier fantomatique, peuplé d'innocents massacrés, du souvenir des exterminés d'Auschwitz aux victimes des brutes d'aujourd'hui. Parmi nous, beaucoup en ont été littéralement dévastés mais la vie est là, n'est-ce pas, elle pousse et cicatrise.

Mais feuilleter un recueil de dessins de Cabu, c'est toujours l'expérience du chagrin même si, comme à des funérailles, on ne peut s'empêcher de rire. Ce n'est pas, comme un film célèbre, "Le chagrin et la pitié". C'est le chagrin et le parti d'en rire, puis le rire seul, en attendant le retour de la peine. En reprenant les unes que Cabu avaient produites pour Charlie, j'ai revu le portrait qu'il avait dessiné à la mort de Cavanna. Il l'avait croqué en académicien, lui rendant avec humour un hommage que le rital avait mérité plus sûrement que bien des académiciens aussi peu géniaux que doués pour les ronds de jambe.

La première fois que j'ai vu ce dessin, je me suis dit "C'est un magnifique portrait mais, à sa mort, qui sera capable de rendre le même hommage à Cabu ?"

C'était il y a juste un an et personne n'aurait imaginé que la supposition se réaliserait si vite ni avec une telle cruauté.

La place est vide pour le portrait de Cabu.

Un vieux dicton nous assure que "les cimetières sont remplis d'indispensables". D'autres dessinateurs remplaceront Cabu à la une des journaux satiriques, bien sûr, mais il faudra longtemps pour qu'ils supportent la comparaison.

Cabu est bien NOTRE Michel-Ange de la caricature.

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 17:02

27 janvier 2015, France 2, soirée commémoration.

Il y a soixante-dix ans (septante pour nos voisins et amis ), l'Armée Rouge ouvrait le camp d'Auschwitz avec le bouleversement total des consciences, la certitude qu'il y aurait définitivement un Avant et un Après Auschwitz.

Le massacre des professionnels de la liberté à Charlie et l'attaque antisémite d'une épicerie casher viennent de sonner l'alarme, Auschwitz n'est pas un vaccin.

Nous avons répété mille fois "Plus jamais ça !" et l'incantation n'a pas suffi, l'humanité est toujours menacée dans sa liberté et sa vie, tous ceux qui ont des yeux et des oreilles ont pu en faire le sinistre constat.

En même temps, soixante-dix ans n'est pas un anniversaire parmi d'autres, c'est une dizaine remarquable, probablement la dernière que des survivants nonagénaires marquent de leur présence. Nous aimerions tant les garder parmi nous, mais ce sera bientôt une illusion.

France 2, pour marquer l'événement, avait mis les petits plats dans les grands avec une journée presque ininterrompue de reportage des cérémonies et, le soir, un grand documentaire, découpé en tranches à l'avance pour la diffusion auprès des scolaires.

William Karel a vu grand, convoquant le ban et l'arrière-ban des historiens compétents et spécialistes de la "destruction des juifs d'Europe". Un esprit chagrin comme le mien ne peut que regretter qu'il ne soit jamais fait référence à l'auteur de l'expression, Raul Hilberg dont la somme monumentale a longtemps constitué une bible sur le sujet, mais Hilberg, aujourd'hui est décédé et il faut bien admettre que la mort n'est pas télégénique. A défaut de l'inviter, un de ses éminents successeurs aurait pu le citer sans rien ôter à la gloire des vivants.

Il y avait un autre nom jamais cité qui écrasait la soirée de son absence, c'est Claude Lanzmann. Peut-on approcher les voies ferrées menant à Treblinka sans revoir l'image du cheminot polonais évoquant d'un geste de la main le sort promis à ses passagers ?

"Shoah" n'est plus au goût du jour, l'image a vieilli. Beaucoup le pensent même s'ils n'osent pas le dire d'un monstre sacré, d'un monument de sens. On peut et doit refuser le diktat des modes, Shoah n'est pas un vulgaire torchon à jeter à la poubelle.

Malgré l'infini respect dû à Claude Lanzmann et son refus de la fiction, il faut entrer dans une autre époque. Le temps des survivants et des témoins s'achève, place aux historiens et aux auteurs avec tous les risques à prévoir. Aujourd'hui, demain comme hier, les défenseurs de la vérité ont une tâche énorme à affronter. Restons vigilants.

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 18:25

Nous étions enfants.

Notre mère nous administrait consciencieusement des vitamines POUR être en forme, bien grandir, et du sirop CONTRE la toux. Normal, on est POUR le bon et CONTRE le mauvais, cela va de soi. Du moins, je le croyais.

Et le sens des mots a changé sans que nous en soyons prévenus.

Depuis quelques semaines, un laboratoire pharmaceutique nous abreuve régulièrement d'un spot publicitaire pour nous convaincre de l'excellence de ses produits. Ce petit film nous présente une malade, forcément heureuse, soignée POUR le diabète et l'hypertension.

Voilà un POUR de trop, il suffit de soigner le diabète et l'hypertension, on n'en demande pas plus, mais, si le publicitaire tient absolument à placer une préposition dans le discours, un médicament est logiquement prescrit CONTRE une maladie.

Au prix de la minute de publicité télévisée, ces gens-là ont dépensé une somme considérable pour écorcher la langue française.

Combien de téléspectateurs l'ont remarqué ? Hélas, il est à craindre qu'ils soient peu nombreux. Ce serait triste si ce n'était surtout ridicule.

Heureusement, le ridicule ne tue pas et c'est tant mieux, s'agissant du médicament.

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article

Recherche

Articles Récents

Liens