Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 22:26

La saison des prix Nobel est commencée.

Comme chaque année, le premier attribué est le Nobel de médecine. Cette année, il réserve une bonne surprise.

Les lauréats, l'irlandais William Campbell, le Japonais Satoshi Omura et la chinoise Youyou Tu sont des chercheurs spécialistes des affections parasitaires et du paludisme, autant dire des maladies de la misère.

De brillants cerveaux sont récompensés pour les services rendus à des pauvres.

C'est bien là que réside la bonne surprise.

Gloire aux brillants lauréats !

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 17:35

Normalement, les membres de la Cour des Comptes savent ... compter.
J'ai des doutes.
Leurs dernières têtes de turcs sont les kinés et les infirmières libérales. Ces gens-là coûteraient trop cher.
Suivent les habituelles déplorations sur le trou de la sécu...
Ce sont les mêmes censeurs qui trouvent trop coûteux les séjours hospitaliers.
Sur ce point, ils ont été entendus. Vous êtes à peine entrés à l'hosto qu'on vous éjecte en vous ordonnant de poursuivre le traitement à domicile, aux bons soins des auxiliaires de santé libéraux.
Il y aurait comme une contradiction ...
Le rêve de la Cour des Comptes : plus d'hôpital ni d'infirmières à domicile.
Croyez au miracle. C'est à peu-près le seul traitement qui aura l'heur de plaire à nos comptables.

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
13 septembre 2015 7 13 /09 /septembre /2015 08:06

Les vingt ans de qui ?

- Le Théâtre des 3 chênes au Quesnoy né en 1995 par la volonté et l'acharnement de Paul Raoult, maire du Quesnoy jusqu'en 2014.

Le projet ne manquait pas de panache et de foi en l'avenir.

Le Quesnoy était, certes, connu des amateurs d'histoire et d'architecture militaire pour avoir été fortifié par Vauban mais ce n'était qu'un modeste chef-lieu de canton de 5000 habitants. Il fallait une solide dose de culot pour y créer et faire fonctionner un tel équipement quand bien des villes plus importantes y avaient renoncé.

Du culot et de la foi en l'action culturelle. Une vraie politique de culture populaire consiste à vouloir le meilleur pour le peuple.

Et le succès fut au rendez-vous.

Le théâtre trouva son public et toute la vie culturelle en fut stimulée. Musique, danse, art dramatique, les associations naquirent, se multiplièrent et fleurirent. On venait de loin voir les spectacles au théâtre des Trois Chênes.

Chaque année, à la rentrée de septembre, l'habitude se prit de procéder au lancement de la saison culturelle avec ses découvertes.

La saison 2015/2016 fut présentée le 11 septembre 2015.

En cette date lourdement chargée, ...c'est la culture qui s'est écrasée.

Pour célébrer le vingtième anniversaire, le programme annonçait des étincelles et des fous- rires. Pour rire, le public a ri !... comme il est impossible de ne pas s'esclaffer aux blagues lourdingues qui fusent dans les bistrots.

A l'applaudimètre, les organisateurs de la soirée ont de quoi être contents.

Panem et circenses, le populo a ri, mission accomplie ! Mais il a ri à la manière du fameux cerveau qu'il fallait garder bien creux et disponible.

Pour un prix, jusqu'à présent modique, le spectateur consomme du rire à la louche, sans effort, sans réflexion et sans participation.

Quand le rieur aura compris qu'on se moque de lui, il rira jaune en attendant de ricaner.

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 11:03

Liberté, égalité, fraternité.

Les Français qui ont bien assimilé la devise républicaine réclament plus de solidarité.

Un grand nombre, sinon la majorité, gardent la mémoire familiale d'un exil.

Même les autochtones ont une grand-mère qui leur a parlé de 1940, l'exode et le bon ou mauvais accueil reçu dans les villages traversés. Ces réfugiés qui meurent sur les mers ou les routes ressemblent trop à leurs grands-parents pour qu'ils restent indifférents.

Comme le 11 janvier, le peuple aspire à la solidarité et descend dans la rue pour le manifester.

Tout le peuple ? Non ! L'extrême-droite et ses suiveurs n'apprécient pas du tout les élans de fraternité.

Il leur faut un argument capable de retourner les cœurs. Le plus efficace est la peur.

Le mot d'ordre est lancé :

Parmi ces attendrissants réfugiés, se cachent des djihadistes. Dès qu'ils seront entrés chez vous, ils vont "égorger vos fils et vos compagnes" (dixit un air connu.)

Et là, pas de doute, les gens connaissent, il y a eu des attentats récemment, ils vont reculer.

La peur des attentats existe et elle est fondée, mais faut-il établir un lien entre terrorisme et réfugiés ?

Les attentats qui ont eu lieu en France et ont tant choqué l'opinion ont-ils été commis par des migrants ?

Les terroristes étaient français ou immigrés de longue date avec papiers, adresses, emploi ...

Le 11 septembre, resté le paradigme des attentats, a été commis par des voyageurs munis de visas et billets d'avion dûment enregistrés.

Rien à voir avec la misère jetée sur les routes...

Les oiseaux de mauvais augure trompent pour mieux démoraliser ... à leur profit.

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 08:28

Beaucoup sont horrifiés de voir les ex-pays de l'Est devenus européens manifester sans complexe un refus catégorique d'accueillir des réfugiés.

Comment ! Ces gens subissaient encore, il y a peu, le joug de l'URSS. Après l'effondrement du bloc de l'Est, ils ont bénéficié de procédures accélérées pour intégrer l'Union Européenne et ils ont déjà tout oublié.

" Morceau avalé n'a plus de goût", ils refusent à d'autres proscrits la solidarité dont ils ont, eux-mêmes, bénéficié.

Ils déçoivent leurs anciens partisans.

Faut-il s'en étonner ?

Quittons l'histoire trop immédiate et reculons de quelques décennies. L'Est de l'Europe n'était pas l'objet d'une pression migratoire, il y avait des compatriotes regardés comme des étrangers de l'intérieur, les juifs et les roms. Le traitement de ces populations ne fut pas un long fleuve tranquille, il n'est pas besoin de chercher longtemps pour retrouver les traces d'anciens pogroms dans les fins fonds de campagne.

D'ailleurs, un expert ne s'y était pas trompé, je veux parler d'Hitler.

Pourquoi a-t'il installé tous ses camps d'extermination à l'Est, plus particulièrement en Pologne ?

Parmi diverses raisons, une évidence : il n'y avait pas beaucoup de révolte à craindre des populations locales et même, leur aide était prévisible. Bien après la guerre, rappelons-nous les témoignages hallucinants de paysans polonais dans Shoah, il s'est installé une attitude de déni des responsabilités partagées et même de récupération du malheur. Ils ont essayé, contre toute évidence, de faire d'Auschwitz le lieu du martyre polonais, avec des tentatives répétées d'y établir un mémorial catholique.

La domination soviétique est devenue l'alpha et l'oméga du malheur. Ses victimes ont tous les droits et aucune obligation.

On ne refait pas l'histoire. Sans doute, aurait-il fallu que l'UE soit plus exigeante au moment de l'intégration des ex-pays de l'Est, qu'elle y mette un peu plus d'éthique. C'est fait, on ne peut rien y changer.

Mais des gens qui ont pris la solidarité européenne pour ce qu'elle leur apportait de bon doivent l'exercer à leur tour.

Il ne faut pas céder.

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 16:34

En cette fin de vacances, pour changer des habituels marronniers (coût de la rentrée des classes, utilité de la "prime Groseille" ...etc.), une nouvelle aussi horrible que prévisible : 71 réfugiés sont morts asphyxiés dans un camion hermétiquement fermé abandonné par son chauffeur sur une route de la vieille "OTRICHONGRIE".

Première réaction, l'horreur...

Ensuite, nous avons eu droit à un complément d'informations, nous avons même vu le fameux camion à la télé, un véhicule frigorifique pour le transport de viande.

Quelle viande !

Le premier haut-le-cœur a été aussitôt suivi d'une image vieille de soixante-quinze ans, celle des camions Saurer équipés par les nazis en camions à gaz. Ce "bricolage" avait précédé l'industrialisation de la mort dans les chambres à gaz plus "productives".

Eh bien, quand l'information est tombée, avant de connaître plus de détails, il m'est venu à l'esprit que des fous criminels avaient remis en marche un des ces vieux camions à gaz.

Pourquoi ai-je immédiatement fait ce rapprochement ?

Notre génération est définitivement marquée par ce que Raul Hilberg a nommé "la destruction des juifs d'Europe" et tous les crimes de masse se mesurent encore à l'aune de la Shoah.

L'horreur n'aura donc pas de fin ?

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 15:01

Amateurs d'histoire et de documentaires, au printemps 2015, c'était le soixante-dixième anniversaire de la libération, la télévision nous a gâtés, nous avons pu revoir le meilleur de ce qui a été produit sur le sujet.

Sans diminuer le mérite des spécialistes habituels et chevronnés, il y avait encore matière à publier. L'historien et documentariste Michaël Prazan rouvrit le vieux dossier d'Oradour-sur-Glane.

Rouvrit... "osa rouvrir", vaudrait-il mieux dire.

En effet, le massacre d'Oradour par la division Das Reich, n'est pas seulement un souvenir douloureux de la seconde guerre mondiale, il reste une écharde plantée dans la mémoire de ses acteurs et de leurs descendants, la présence d'Alsaciens parmi les auteurs du carnage.

Dès l'armistice, l'Alsace et la Lorraine que les Allemands considéraient comme terres allemandes furent intégrées au Reich nazi et ses habitants soumis aux obligations des Allemands. Ils furent mobilisés dans la Wehrmacht, contraints à se battre contre d'anciens concitoyens. L'histoire les connaît sous le nom de "Malgré nous".

Là où l'histoire se complique pour eux, c'est qu'on trouva de ces "Malgré nous" dans la division Das Reich, division SS, donc troupe d'élite formée de convaincus. Ils participèrent à ses exploits dont Oradour.

Dès que la chose fut connue, ils ont toujours suivi la même ligne de défense : il n'y avait qu'un tout petit nombre de "Malgré nous" dans la division Das Reich et ils ont agi sous la contrainte.

Dès qu'un historien présente un témoignage contraire, ils l'attaquent devant les tribunaux et c'est ce qui arrive aujourd'hui à Michaël Prazan.

On peut se demander quel intérêt ils trouvent à multiplier les procès.

L'emporter ? L'espoir est mince, alors quel but? Rien sinon ruiner par l'accumulation des procédures un auteur qui a moins de soutiens financiers que ses adversaires. Ce n'est pas joli-joli mais c'est une méthode qui a déjà été abondamment utilisée pour détruire des publications gênantes.

Quand la presse est libre, la ruiner est un moyen de la museler.

Pourquoi veulent-ils faire taire M. Prazan ?

Pour qu'il cesse de parler (merci La Palice !), pour que la honte soit oubliée.

Justice ou pas, il faut parler.

Michaël Prazan est un historien et un documentariste, ses œuvres sont disponibles en livres et DVD. Alors, on se prend par la main et on fait le tour des bibliothèques et médiathèques, chacun dans son coin, on s'assure que ses ouvrages y sont présents et correctement exposés.

Des malvenus ne veulent pas entendre Michaël Prazan...faisons en sorte qu'ils en soient débordés.

Personne n'a le droit de cacher la vérité.

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 15:20

Le 11 janvier, la France semblait toute entière unie contre la barbarie.

C'était une attitude contre-nature. Quand on est dans l'opposition, on doit s'opposer, à tort ou à raison.

Cette bonne vieille droite, celle qui a toujours si peur d'être devancée par le FN, le dernier attentat commis dans l'Isère l'a réveillée.

Sans rire, elle accuse le "laxisme" des socialistes, elle leur fait porter la responsabilité des actes terroristes.

Nous ignorions qu'il y avait tant de pays socialistes sur la planète ...

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 14:48

Juin, c'est la saison des examens. A chacun sa méthode pour réussir mais tout le monde s'accorde pour montrer au doigt les tricheurs, en attendant les contrôles anti-dopage du tour de France, point d'orgue de l'excitation.

La chose revient tous les ans comme les marronniers, la foule commence à se lasser. Il faut épicer le potage qui devient insipide. Après le smartphone tricheur, il convient, cette année, de dénoncer un super-écouteur, le chef des grandes oreilles, celui qui dispose de tous les outils pour écouter ses petits camarades, la NSA,... comme s'il elle avait un diplôme à présenter, alors qu'elle survole tout le monde de très haut. Passons ... Dans un simulacre de compétition, la règle du jeu impose de faire semblant. Les derniers doivent se croire à égalité avec les premiers.

Des "lanceurs d'alerte" autoproclamés dénoncent avec le plus grand sérieux ce qui fait rigoler tous les services, secrets ou non, depuis longtemps. Tout le monde écoute tout le monde.

Dès qu'il existe un petit vide à combler dans l'information, donc à peu-près tous les jours, de gentils techniciens expliquent à Monsieur et Madame Tout-le-monde qu'il ne faut confier aucun secret ni au téléphone ni à Internet, que tous les tuyaux sont percés et les conversations écoutées par tous.

La moins "geek" des mémés ne laisserait pas traîner son code bancaire et ...les grands hommes super-instruits qui nous gouvernent s'étonnent d'être écoutés.

A qui veut-on faire avaler de telles sornettes ?

Comme d'habitude, il convient d'accuser les Etats Unis dont nous ne supportons pas la domination même si nous sommes incapables de nous passer d'eux, nous les appelons comme un enfant appelle sa mère au moindre bruit de bottes ou de kalach.

En oubliant que tout le monde écoute tout le monde, il faudrait donc applaudir aux élucubrations de quelques feuilles en mal de copie et de leurs informateurs.

Que ces chevaliers blancs commencent par enquêter là où les droits de l'homme sont réellement en danger. Le travail ne manque pas du côté de Daech, de la Corée du Nord et autres démocraties repensées sur un mode exotique.

Dormez, braves gens ... la morale veille sur vous

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 12:54

Il fait beau comme on a du mal à y croire dans le Nord. Chacun aimerait en profiter.

Jusque-là ...très bien.

Attendons la suite.

Feriez-vous un footing un peu "trash" dans le parc de Versailles ? En profiteriez-vous pour sauter à pieds joints au-dessus des massifs?

Non, bien sûr.

On ne fait pas n'importe-quoi dans un monument historique.

Ce qui vaut pour Versailles s'applique à tous les autres.

Tous ?

On aimerait le croire... mais Le Quesnoy fait exception.

La dite "Frappadingue" a pris ses quartiers dans les remparts construits par Vauban.

Pour ceux qui l'ignoreraient, c'est une version édulcorée du "parcours du combattant" destinée aux nostalgiques du service militaire qu'ils n'ont pas connu.

Courir, grimper, crapahuter dans une enceinte fortifiée, la seule encore complète dans le Nord, ça a quand même plus d'allure que trotter dans un terrain de sport prévu à cet effet.

Pour les dégâts, nous verrons... Les temporisateurs disent qu'il ne faut pas dramatiser. Il se trouvera bien des volontaires locaux ou des employés communaux pour réparer.

N'empêche, qui a trouvé intelligent d'autoriser "ça" ?

Rappelons-nous seulement que les fortifications étaient construites pour être imprenables.

Les places fortes n'étaient prises qu'au prix d'un siège interminable ou ... d'une trahison.

Personne, aujourd'hui, n'a plus le temps de conduire un siège.

Qui a donc trahi et pour quelle récompense ?

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article

Recherche

Articles Récents

Liens