Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 22:52

Malala Yousafzaï : « Je veux l'éducation pour les enfants de tous les terroristes »
Voilà un prix Nobel qui a de l'allure !
Malala, celle que les talibans ont voulu tuer, vole littéralement au-dessus de la haine et rend confiance dans le genre humain.
Elle sait que l'école est l'avenir des filles.
En face de Malala, vous qui plaignez la fatigue scolaire de vos chers petits, vous n'avez pas honte ?

Vive l'école !

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 09:38

Aujourd'hui, c'est Kippour et ça vous est égal, comme moi, vous n'êtes ni juif ni même croyant. Et pourtant ... Kippour est le Grand Pardon, l'occasion de s'excuser auprès de tous ceux à qui nous pouvons avoir fait du mal.
Excellent exercice qu'il faudrait pratiquer plus souvent.
Alors, bonne fête, réconciliation générale ...à condition de réciprocité, faut quand même pas nous prendre pour des idiots.

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 23:13

Lu dans
Le Monde J
uif

"A la recherche du vin de l’époque du roi David…
Un chercheur de l’Université d’Ariel travaille à retrouver les cépages de l’Antiquité ainsi que les saveurs du pass
é."

Il est des nôtres ! Hips !
Pourquoi s'arrêter à David ?
Il devrait carrément remonter à Noé qui a de sacrées références.

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 16:41

Tout le monde peut trébucher, faire des fautes de grammaire ou d'orthographe. Il nous arrive aussi d'employer des termes inappropriés.
Nous serons allègrement pardonnés, errare humanum est.
La tolérance généralisée ne doit pas s'étendre à des contresens préjudiciables.

J'en ai assez de lire que les otages décapités auraient été "exécutés".
Aucun jugement n'a prononcé leur culpabilité, aucun tribunal reconnu ne les a condamnés à mort.
Ils n'ont pas été exécutés mais ASSASSINES. N'ayons pas peur des mots, la litote ne peut qu'adoucir l'horreur.

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 12:22

Bon, fini le vague à l'âme !
Il est dans l'affaire du référendum un côté admirable : le fonctionnement démocratique du Royaume Uni.
Cette monarchie sans constitution a plus d'audace pour donner la parole au peuple que notre république si monarchique.
Les Ecossais se sont exprimés ; comme dans toutes les circonstances analogues, le nombre des OUI n'était pas très éloigné de celui des NON.
Immédiatement, le premier-ministre britannique a tenu compte des résultats, non pour écraser triomphalement les perdants mais pour annoncer des aménagements destinés à mieux prendre en compte les aspirations écossaises.

So british !
Et on se demandera encore pourquoi, depuis la néfaste expérience cromwelienne, la Grande Bretagne n'a pas connu de révolution... Si jamais une certaine clique de fous furieux (suivez mon regard ...) arrivait au pouvoir, je sais qui nous pourrions encore appeler à l'aide pour sauver la démocratie.

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 17:30

Les Ecossais ont dit NON.
C'est probablement le plus raisonnable mais ...
Pourquoi ce petit-matin me laisse un arrière-goût de tristesse ?
Ce n'était qu'un débat de nantis, le monde n'aurait pas été changé par un OUI.

Mais ...
En Ecosse comme partout, ceux qui ont quelque-chose à perdre sont incapables de prendre des risques.

C'est la fin des utopies et des folies collectives.

Tout à coup, je me sens très vieille.

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 09:48

Comme prévu, ce matin, le journal de France culture était diffusé depuis Jérusalem. Comme prévu, des opinions multiples se sont exprimées, partisans et opposants du gouvernement israélien.
Rien que de très ordinaire, n'est-ce pas, tellement que, comme prévu encore, nul ne l'a fait remarquer, de la même manière que personne n'avait cru utile de signaler le caractère monolithique de l'"opinion" à Gaza.
En ce jour de rentrée scolaire, l'occasion était pourtant bonne de montrer aux enfants la différence fondamentale entre dictature et démocratie.

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 09:56

Ce matin, le journal de France culture était "délocalisé" à Gaza. Comme à son habitude, cette station, pourtant de meilleure qualité que la moyenne (ce n'est pas difficile ) montrait son parti-pris contre le grand méchant Israël, seul Brice Couturier eut l'audace d'émettre quelques remarques sur les écoles de l'ONU utilisées en caches d'armes et le dressage de l'opinion sur le territoire.
Demain, la rédaction déménage à Jérusalem, nous verrons bien si elle se livre à la même complaisance...
Qui aura le courage de faire remarquer une évidence?
Si des journalistes et des "humanitaires" peuvent aller à Gaza baver en chœur sur les méchants israéliens, c'est parce qu'Israël leur ouvre le passage, respectant le droit humain à l'information.
Des affreux, des méchants qui respectent les droits de l'homme, il y a de quoi relativiser.
Tiens, à propos, nous n'avons pas entendu, au micro de ces journalistes intraitables, le point de vue des gazaouis opposants au Hamas. Sans doute un oubli ...

Partager cet article

Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 09:37

Des allumés incendient le monde qui commence à en prendre l'habitude .
Heureusement, pour changer des massacres, voici ebola, une vraie maladie bien terrifiante, il n'existe aucun traitement susceptible de la guérir.
Des chercheurs étatsuniens et canadiens ont trouvé un médicament. Tous les essais réglementaires n'ont pas eu lieu mais dans l'urgence, en bonne logique, l'OMS recommande de l'administrer.
Immédiatement, des esprits sourcilleux évoquent le sacro-saint principe de précaution et contestent cet avis. En vertu de problèmes inconnus, il faudrait refuser une chance de guérison. La balance bénéfice-risque est déséquilibrée.
Les froussards et moralistes à la petite semaine feraient bien de se rappeler la fin de la deuxième guerre mondiale.
Les combats faisaient des morts et, aussi, beaucoup de blessés menacés par l'infection, la septicémie et la mort.
Face au danger inéluctable, les médecins militaires appliquèrent un nouveau médicament aux patients infectés.
Adieu la septicémie, les blessés survécurent, au prix de quelques effets secondaires sans importance en face de la mort qui les attendait.
Ils venaient d'expérimenter la pénicilline promise à un bel avenir.
Ils ont eu la chance de ne pas trouver sur leur chemin les maniaques d'un "principe de précaution" mal compris.

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 18:35

Partager cet article

Repost0

Recherche

Articles Récents

Liens