Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 23:26

    Après un détour vers La Fontaine toujours pertinent, on se rappelle "le dictateur", ce film où Charlot se déguise en Hinkel, dictateur d'opérette en tous points copié sur Hitler. Et tout de suite, un regret : dommage que Charlot ne soit plus là pour nous faire rire, il n'aurait aucun mal à trouver l'inspiration.
    A force de coups bas et de trahisons, Iznogoud a réalisé son rève : il est devenu calife à la place du calife.
Il s'est d'abord comporté en enfant capricieux, ravi de se vautrer dans les tapis, les meubles et les coussins du palais.

    Pour vivre en souverain, il s'est offert une favorite, mannequin sur le retour et chanteuse sans voix mais dotée d'une immense fortune. Autant de qualités ne permettent pas à la belle de jouer les back-street, il lui faut une situation : le mariage. Pour épouser, il faut d'abord divorcer de l'épouse précédente ; c'est juste une formalité, bouclée en un temps record qui laissera longtemps rêveurs les candidats ordinaires au divorce-de -tout-le-monde.

     Le couple voyage, s'amuse, reçoit ; on se croirait dans "Point de vue- Images du monde", sauf que notre ploutophile ne peut se contenter de jouer le prince-consort ; il doit gouverner, pour sa gloire et pour le retour sur investissement de ses commanditaires.

     Il se démène, il est partout, touche à tout, saccage tout. Chez ses amis, on commence à murmurer ; puis la fronde s'organise : on n'hésite plus à l'accuser de la perte des communes et des régions.     

    Ses collaborateurs prévoyant la chute se remplissent les poches en attendant de le trahir. Les modernes haruspices, dénommés sondages, sont régulièrement consultés. Ils affirment ce que le premier venu aurait trouvé : le peuple est mécontent. Trop de cadeaux faits aux riches et trop de désillusions pour des pauvres de plus en plus nombreux. L'ambiance est carrément morose ; les sages du pays et du continent ne suivent plus un chef aussi calamiteux.
    Tout à coup, grande merveille ! Il a trouvé l'idée géniale : s'appuyer sur l'opinion publique.

    Facile, en apparence, mais dangereux car difficile à maîtriser. 
    L'opinion publique, comme la fille du même nom, aime la facilité et déteste se fatiguer à chercher des explications compliquées.

     Qu'arrive une difficulté, elle adore penser qu'il existe un coupable et qu'il n'a rien à voir avec elle.
Pour la séduire, il ne sert à rien de construire un raisonnement, elle est à vendre à qui lui raconte ce qu'elle veut entendre : "Un étranger est votre ennemi, il veut votre perte. Heureusement, je ne suis pas comme les autres politiciens, tous vendus à vos ennemis, j'ai repéré qui vous veut du mal. Accordez-moi votre confiance et je le bouterai hors de France"
    Ce discours-là, jusqu'ici, était le monopole d'un certain borgne furieux ; les gens bien élevés, propres sur eux, sont horrifiés d'avance à l'idée de le fréquenter. Corrigeons : ils étaient horrifiés. Le tabou est brisé.
On nous a promis une république décomplexée... pour nous servir, en fin de compte, un remake de l'Etat Français.
Bon, si on retournait voir "Le dictateur" ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article

commentaires

Milla 09/08/2010 23:33



C'est purement une affaire de diversion, rapport a l'affaire Woerth. La LDH a organisé un mouvement le 04 septembre, mais je pense qu'il est inutile de prêcher pour la
paroisse d'un convaincu de la division, le but recherché  est de provoquer des mouvements de violences, le chaos pour légitimer le tout sécuritaire, mais espérons qu'il n'y aura pas de
dérapages, par ailleurs, les retraités seront aussi dans la rue le 08, bref, vaste programme comme dirait feu De Gaulle...  N'a t il pas dit lors de cette triste diatribe "même si çà doit
polémiquer"? pour une fois,  je pense sincèrement qu'Aubry lui a fait une réponse remarquable, pas de polémique ;-) 



Tipanda 10/08/2010 10:19



  Ce qui devrait parler aux citoyens égarés dans l'aventure sécuritaire, c'est que depuis qu'il est en charge de la sécurité, comme ministre de l'intérieur puis comme monarque élu, tout va
de mal en pis dans ce domaine. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir eu les mains libres, on doit en conclure que sa méthode ne marche pas, ni pour la sécurité ni pour le reste. Du rêve à la
réalité ... les illusions se fracassent.


 



Milla 09/08/2010 22:28



Bonjour jacqueline, j’espère que tu vas bien…


Il n’y a que le Figaro qui continue à faire son jeu, çà me rappelle le journal de mussolini, « Faisceau » ! En parcourant l’internet, tu pourras remarquer qu’une association du
même nom a été enregistrée sans que çà ne choque personne, elle a même son site internet, à vomir biensure.


 


Mais pour revenir à la décadence annoncée par ce crétin et le retour au
pétainisme, vendredi 06 août dans le RER j’allais à l’anniversaire de ma nièce qui habite au Bourget Il y avait des contrôleurs armés de leur petite machine à verbaliser qui passaient parmi les
passagers.


Un ‎‎« Noir africain» n’avait pas de ticket de transport et biensure la
verbalisation s'ensuivit. 


Jusque là rien d'anormal, la sanction est, si on peut dire, "justifiée", comme
elle l’aurait été pour n’importe quel autre passager d’ailleurs.


Mais, en prenant la pièce d’identité
française du voyageur, on pouvait lire la surprise sur le visage du contrôleur qui avait du mal à digérer, et à l’idée de parfaire son travail, s’autorisait un petit interrogatoire afin
que l’autre décline son pays d’origine. Il fallait bien qu’il
trouve un prétexte à sa xénophobie, évidemment çà aurait été plus facile s’il avait eu a faire a un détenteur de carte de résidence ou même un Rom, voire un sans papier.


Le choc que j’ai reçu à ce moment en fixant le voyageur, j’en avais la nausée,
et pourquoi faire puisque la pièce d’identité mentionnait bien sa
ville de naissance. D’ailleurs, il n’y avait pas de raison puisqu’en insérant la pièce d’identité dans la petite machine (une vraie petite révolution d’ailleurs, je ne connaissais pas avant ce
jour), celle ci recueille toutes les données de la carte puis délivre un ticket avec les références de l’amande à payer, un peu comme une machine pour les cartes bleue en fait.


Heureusement le fraudeur s’est défendu d’abord en lui disant de lire ce qui
était écrit sur sa pièce d’identité et de passer son chemin puis en lui renvoyant la même question sur les origines de Sarkozy et enfin en lui demandant quel était le sien.
  


Et vlan, le visage du contrôleur avait blêmi et se crispait, déstabilisé parce
qu’en plus tous le monde entendait la conversation, il tentait d'une voix à peine audible de se justifier mais les silences des autres ajoutaient à son
angoisse, il avait paniqué et ne savait plus où se mettre, ni qui regarder, il parlait en bégayant mais les yeux rivés au sol. L’autre l’avait remis à sa place et il savait parfaitement que cet
interrogatoire était purement discriminatoire.  Mais j’ose à peine imaginer la même
scène dans un endroit isolé, il y aurait eu un dérapage plus conséquent c’est certain, voire violent. Après avoir évoqué la sécurité, on va donc solutionner en provoquant l’insécurité, pas mal
hein !


 


C’est la nouvelle configuration de la France
décomplexé ou l’aval de la‎
dérive pourrait laisser libre cours à l’esprit machiavélique. Voilà  une
scène qui pourrait bien s'étaler aux structures institutionnelles, et pourquoi aux entreprises dans lesquelles on trouve moult petits chefaillons déjà dans la toute puissance
d’ailleurs.  


 


Mais gardons espoir, on compte sur notre Président fort de son retour
de vacances et habitué au double discours pour intervenir cette fois sur la pratique la discrimination négative... s'il parvient à la maitriser !


Bon sur ce Jacqueline a très bientôt, continue à écrire ;-)


A bientôt et Bises


Milla ;-))



Tipanda 09/08/2010 22:55



En effet, cette aventure est un exemple du racisme ordinaire que les gens s'efforçaient de cacher jusqu'à présent.


Maintenant que "l'élite" donne l'exemple, on ne voit pas ce qui pousserait les gens du commun à se taire.


   Où sont les foules qui défilaient, il y  a quinze ans, en scandant "nous sommes tous des enfants d'immigrés"? Il faut croire que cen'était qu'une mode et qu'elle a
changé. Ce qui s'annonce sent très mauvais.


Merci de ton intervention, avec toute mon amitié.



Janine et Bruno 09/08/2010 08:00







Janine et Bruno 09/08/2010 07:59



http://motspourmaux.perso.sfr.fr/images/cdgdictat.jpg


Le hic ... C'est que lui, il ne nous fait pas rire ... Pire !


Bises à toutes et tous.


Bruno


 



Tipanda 09/08/2010 11:19



Le rire étant le propre de l'homme, rien à attendre d'un spécialiste des sales coups.


Bises à vous.



Weinheber 08/08/2010 10:38



Le Diitareur erst un film à voir et revoir,c' est ern rappott avec l'actualité.



Tipanda 08/08/2010 12:17



Hélas !


Jusqu'au déclenchement de la guerre mondiale, les démocraties qui avaient (comme disait Churchill) le choix entre le déshonneur et la guerre, ont choisi le déshonneur pour se trouver, au bout du
compte avec le déshonneur et la guerre.  Il est à craindre que l'expérience n'ait servi à rien.



Recherche

Articles Récents

Liens