Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 10:17

     Occupés, que nous étions supposés l'être, par les heurs et malheurs d'Obama, (...mais qui nous fera croire au hasard ?), il était prévu que nous laissions passer sans réagir une information très grave ; il s'agit de la santé mentale des gens qui nous gouvernent. Comme prévu, juste quelques lignes, un minimum au fil des petites nouvelles et encore moins de réactions.


    L'Assemblée-dite-Nationale (on se demande pourquoi) a décidé de restreindre l'accès des sans-papiers à l'Aide Médicale d'Etat.


    Il faut bien flatter le beauf par où ça le démange ; d'expulsions rebaptisées "reconduites à la frontière" en dénaturalisations non conformes au droit international, on rame comme on peut pour rattrapper l'extrême-droite. La méthode a déjà payé, il ne faut pas changer de vélo en cours de sprint.

C'est un raisonnement politique qui se tient si l'on accepte l'idée que la politique et la justice n'ont rien à faire ensemble.
     Toutefois, depuis que de grands penseurs écrivent des traités de science politique, nous étions plus ou moins persuadés qu'elle était l'apanage de cerveaux développés.

     Alors, qu'on m'explique.
Les sans-papiers viennent, en général, de régions pauvres ou troublées par la guerre. Ce sont des conditions très favorables aux maladies infectieuses. Ils arrivent souvent porteurs de quelques agents pathogènes tels que la tuberculose, le sida et autres joyeusetés.
Ces malheureux souffrent de leurs maladies, risquent même d'en mourir ; apparemment cela ne fait ni chaud ni froid à nos députés et aux pourfendeurs d'étrangers. Peut-être ont-ils oublié que ces maladies sont extrêmement contagieuses et le microbe qui prend son envol "comme un vol de gerfauts hors du charnier natal" ne demande pas de papiers d'identité à son receveur. Laisser à sa porte un malade contagieux non soigné est le moyen le plus sûr d'être contaminé.
     A défaut de générosité ou d'altruisme, on pourrait s'attendre, de la part des politiciens qui font nos lois, à un minimum de souci du bien commun de leurs électeurs. Où est passé le fameux principe de précaution dont on nous accabla si bien en d'autres temps ?


       Quand la bêtise s'allie à la méchanceté, le pire est à craindre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article

commentaires

Recherche

Articles Récents

Liens