Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 17:00

   Faisons retour vers une époque injustement méprisée : le haut moyen-âge, la  fusion de Rome et des "barbares", un temps qu'on dit sauvage mais qui fut une vraie pépinière de saints.

La dynastie de Clovis, ces pauvres rois mérovingiens, très obscurs et largement oubliés, on ne leur fait pas de cadeaux.

Leur image est celle de rois fainéants et c'est injuste. Ils ont joué de malchance ; de père en fils, ils mouraient jeunes, léguant la couronne à des rois enfants incapables de régner, dominés par leurs mères, elles-mêmes jouets des puissants ou des religieux.

Au plus fort de l'anarchie, un seul règne a surnagé, efficace et durable : celui de Dagobert. Hélas, lui non plus n'a pas eu de chance avec la mémoire et la tradition. La célébrité de ce grand inconnu est résumée dans une chanson

"Le bon roi Dagobert

avait mis sa culotte à l'envers.

Le grand St Eloi

Lui dit "Ô mon roi

Votre majesté

est mal culottée"

"Bah, bah, lui dit le roi,

Je vais la remettre à l'endroit."

Dagobert ne risquait pas de mettre à l'envers une culotte qui n'appartenait pas à la garde-robe de son temps et il ne parlait pas chiffons avec Eloi, ils avaient entre eux des conversations bien plus importantes. Saint Eloi était ce qu'à notre époque, nous appellerions un premier ministre, doublé d'un évêque et d'un super-intendant.

    Les rois mérovingiens avaient un faible pour les métaux précieux, surtout l'or et les pierres de couleur ; c'est la grande époque des émaux cloisonnés, on dore et sertit tous les emblèmes du pouvoir. La Légende Dorée nous raconte que Dagobert remit un sac d'or à son ministre pour lui fabriquer un trône. Eloi exécuta le travail et remit au roi l'objet de sa commande avec la moitié du métal confié, il n'avait pas utilisé la totalité.

     Le ministre en acquit une solide réputation de probité, un bon point en vue de sa canonisation future.  Parmi ses contemporains, il se trouva probablement des petits malins pour se moquer de lui : qu'avait-il besoin de rendre l'or ? Personne n'aurait été capable, en observant le trône, de chiffrer la quantité  réellement utilisée. Qu'importe, Eloi était honnête et fidèle au roi.

Fidèle ne veut pas dire complaisant. Le ministre intègre faisait remarquer au roi toutes les actions qui lui semblaient contraires à la morale et à un bon gouvernement, mais, à quoi tient la célébrité ? Sa carrière posthume de saint populaire repose, avant tout, sur l'épisode du trône d'or. Eloi devint le saint patron des orfèvres comme en témoigne la "chanson des trois orfèvres" qui n'est pas un cantique ; c'est une paillarde célèbre, elle n'aurait certainement pas choqué un évêque habitué aux moeurs polygames de Dagobert et sa cour.

     Un saint populaire draine des foules de fidèles, les orfèvres n'ont jamais été assez nombreux pour un effet de masse. Heureusement pour lui, ses adeptes passèrent de l'or aux modestes ferrailles, il fut adopté par tous les métiers de la métallurgie. Cela commence à faire du monde mais ce n'est pas fini ; c'est avec le métal qu'on laboure la terre et qu'on ferre les chevaux, voilà Saint Eloi invoqué par les agriculteurs qui ont longtemps formé la masse de la population.

     Et aujourd'hui ?

Le culte de Saint Eloi a beaucoup décliné, on n'est même plus vraiment sûr de sa sainteté. Le 1er décembre, jour de St Eloi depuis des temps immémoriaux, est devenu Ste Florence. C'est plus glamour, plus politiquement correct, mais le peuple amateur de traditions ne n'y retrouve pas.

Alors, n'en déplaise au Vatican et à l'entreprise moderne, le peuple des métiers, dans les pays du Nord, est toujours adepte de tous-les-saints-qu'on-boit. Il continue à banqueter en l'honneur de St Eloi et à chanter :

"Non, non, non, Saint Eloi il n'est pas mort !

Non, non, non, Saint Eloi il n'est pas mort !

Car il bande encore , car il bande encore!"

Depuis la culotte du roi Dagobert, nos centres d'intérêt n'ont pas vraiment changé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tipanda - dans C'est votre jour.
commenter cet article

commentaires

Alice Damay-Gouin 09/12/2011 10:46


Merci pour vos articles "vies de saints" bien documentés et écrits avec humour. J'attends mon tour, bien sûr, car si je connais la vie des saints correspondants aux prénoms de mes frères et
soeurs, autant je n'ai rien su pour ma sainte. Arrivée en retraite, me découvrant une passion pour le Moyen  Age, j'ai enfin fait sa connaissance, mais elle reste minime.Donc, je suis
impatiente d'en apprendre davantage sur cette reine.


En attendant, je reste sur le souvenir des fêtes, à la maison, pour la saint Eloi. Nous, la famille et les ouvriers de la ferme, commencions par une grande messe, suivi d'un repas de fête et
d'un après-midi jeux de cartes et soirée. Je savais qu'Eloi était le patron des orfèvres et des forgerons, aussi je ne comprenais pas pourquoi, dans ce coin de Picardie, les paysans en avaient
aussi fait leur fête. Chaque année, je m'empresse d'ailleurs pour envoyer un message à mes frères et soeurs, histoire de rappeler de bons moments ensemble.


 

Tipanda 09/12/2011 17:18



Alors, nous avons des souvenirs communs. J'habite dans le Hainaut français ; à quelques variantes-près, c'est la même culture. Ayant beaucoup de mal à me dégager des plages de temps assez longues
pour des travaux sérieux, je me suis mise à la recherche d'un sujet qui me permette de faire de brèves incursions, de ne pas abandonner ce blog trop longtemps. J'ai opté pour les jours et prénoms
évocateurs ; il s'agit souvent du saint du jour mais pas uniquement. Merci de vos compliments ; comme on dit chez nous, "C'est une bonne parole pour l'ouvrier(e)."


A bientôt.



durdan 09/12/2011 06:18


en somme,la version qui donne naissance à "cadetroussel" et "père Dupanloup" :je ne connais que ces 2-là

Tipanda 09/12/2011 15:12



Elles sont moins inconvenantes que la chanson des trois orfêvres.



cacao 02/12/2011 14:56


Merci Jacqueline pour cet excellent article plein d'infos et d'humour. "Pauvre" St-Eloi, remplacé^par Florence ! J'ai "souvent" entendu cette chanson
paillarde. Alors, je lève mon verre (fictif) à St-Eloi, l'un des saints qu'on boit ! Bonne fin de journée ! (Demain je pars dans les H.Pyr. pour mon nouveau travail et une vie que j'espère plus
douce, si ce n'est meilleure). Toutes mes amitiés.

Tipanda 02/12/2011 16:50



Tous mes voeux de bonheur dans cette nouvelle vie. Qu'elle te soit douce en s'inspirant du roi Dagobert. LA chanson disait : "Le bon roi Dagobert aimait mieux la paix que la guerre".


Amities sinceres.



Recherche

Articles Récents

Liens