Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 09:55

    Après avoir fouillé des milliers de boîtes, ouvert autant de blisters, il a fallu se rendre à l'évidence : pas plus de somnifères dans les diurétiques TEVA que de cheveux sur un crane chauve. Par acquis de conscience, des prélèvements ont été effectués sur les morts dont le décès aurait pu sembler suspect. Ces investigations n'ont révélé aucune trace de somnifère.

     Au bout de l'enquête, après un remue-ménage dont il faudra bien chiffrer le coût, rien, nothing, nichevo... ne reste que l'alerte déclenchée par un pharmacien dont une préparatrice avait cru remarquer quelque-chose.

Les autorités de santé précisent qu'il ne faut pas s'en prendre à ce lanceur d'alerte. Dans le cas d'une tromperie réelle, la gaffe serait devenue précaution salutaire. Soit ...

     C'est l'occasion de rappeler l'histoire du jeune Guillou. Dès qu'il entendait une branche craquer, il criait "Au loup !" et tous les villageois armés de piques et de fourches venaient à son secours, jusqu'au jour où, lassés de se déranger pour rien, ils n'ont plus répondu à l'appel. Ce jour-là, pour une fois, le loup attaquait vraiment et Guillou fut dévoré.

    Voilà ce qu'il risque d'arriver à force d'alertes sans fondement.

    Et si le signalement avait été justifié ?

Certes, il n'est pas concevable de risquer la vie des gens mais la réaction pouvait être prudente et mesurée, essayer le seau d'eau avant d'appeler les pompiers. L'examen immédiat des boîtes suspectées par le pharmacien aurait sans doute permis de faire un sort aux émois de sa préparatrice et le psychodrame aurait été évité.

Le gâchis risque de laisser des traces, celles que chantait Figaro dans le grand air de la calomnie " Calomniez, calomniez toujours, il en restera quelque-chose ..." Avant de se moquer de prétendus paranoïaques, il faut mesurer le prix d'une réputation perdue.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article

commentaires

Mimi des Plaisirs 03/07/2013 16:07


Difficile de démêler les arcanes de cette affaire.
 peut-être simplement un excès de zèle?
 Amitiés .

Tipanda 04/07/2013 10:54



Un excès de zèle qui vise des habitués de la vindicte générale, les boucs émissaires tout trouvés ... Il reste un fond de doute qu'un vague communiqué de presse ne suffira pas à calmer. Un auteur
(dont j'ai oublié le nom ) a très justement souligné que, si la paranoïa existe, la persécution l'a précédée.


Amitiés à Fil de Soie et toi.



cacao 30/06/2013 12:34


Ce que tu dis est très vrai... Mais on vit dans un monde où les infos horribles et inquiétantes semblent être une nécessité pour les gens.  On peut quand même se dire qu'en matière
de santé, la vigilance est de rigueur. Passe un bon dimanche Jacqueline ! Amitiés Pyrénéennes. 

Tipanda 30/06/2013 15:45



J'espère que l'inondation et ta fracture ne seront bientôt plus qu'un vilain souvenir. Bon dimanche à toi et tes quatre pattes.



unsoirbleu 30/06/2013 12:10


Oh Oh, Jacqueline, tu vas t'attirer des foudres ! Pas les miennes, non, non, car je ne suis que trop d'accord. Principe de précaution poussé à l'extrême, ou syndrôme de la chauve-souris (d'après
le sketch de JM Bigard) : bref, beaucoup de bruit pour rien. De toute façon, aujourd'hui on parle trop. Si on réfléchissait un peu plus ?

Tipanda 30/06/2013 15:42



D'autant que le problème du choix des bouc-émissaires reste entier . On peut me traiter de parano, ce ne serait pas la première fois, mais je doute qu'une telle défiance aurait pu être orchestrée
autour d'un vieux labo tricolore (institut Pasteur etc.) La résolution du problème ne règle pas la question des intentions.



Recherche

Articles Récents

Liens