Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 09:58
    Il y eut les aristocrates, puis les ploutocrates, les bureaucrates, les technocrates...
    Voici venir le temps des nullocrates.

Au nom de l'efficacité, il faudrait spécialiser les individus.
Ceux qui en sont persuadés feraient bien de réviser leur cours d'économie au chapitre de la division du travail. Un bref dépoussiérage, une remise en ordre des notions oubliées, leur rendra la conviction que, plus une tâche est parcellisée, plus elle abrutit son auteur, plus elle facilite son exploitation. Les allergiques à l'écrit peuvent revoir "Les Temps Modernes" de Charlie Chaplin. Ils en tireront la même conclusion :  confiner l'individu à des automatismes tue l'initiative et le raisonnement.
Plus les connaissances sont étendues et variées, plus le travailleur est libre et mieux il réussit dans sa tâche.

On avait cru la tentation tayloriste éliminée, jetée aux poubelles du mouvement ouvrier. Hélas, chaque jour nous apporte des exemples contraires. Non seulement elle n'est pas morte mais elle a contaminé toutes les professions jusqu'au sommet. Il faut apprendre utile, l'utilité étant comprise de la manière la plus étroite, réduite à des savoirs techniciens. On fait semblant de ne pas voir les lacunes béantes et les contradictions du système.

Si l'on prenait au mot les tenants de la spécialisation, on formerait des techniciens sans perdre de temps. La scolarité réduite à l'apprentissage d'un métier serait l'ambition suprême de beaucoup.
L'ennui, c'est que ça ne fonctionne pas.
Alors, on essaie de contourner l'obstacle.
La majorité des élèves voit augmenter la durée de ses études, pas la qualité de leurs débouchés ; ils seront précaires diplômés. C'est tellement prévisible qu'on leur en demande de moins en moins ; pour des exécutants, le niveau suffira.

Et les autres, les futures élites professionnelles et politiques ? On trie, on sélectionne sans le dire.
Les fonctions auxquelles ils seront appelés exigent une formation de haut niveau ; il est important que l'étudiant soit intelligent et qu'il ait acquis très tôt le goût et l'habitude du travail ardu.
 En conséquence, les Grandes Écoles et toutes les formations prestigieuses basent leur recrutement sur les disciplines réputées difficiles. La voie royale est toujours celle des mathématiques. L'élève qui a été capable, après un bac S, de digérer les classes préparatoires sans être découragé et d'obtenir un bon classement au concours de sortie peut espérer  commencer une carrière brillante.
C'est un moyen d'éliminer mais est-ce le bon choix ?
Qui peut m'expliquer par quel moyen les mathématiques dures peuvent faire une bonne médecine, des  fonctionnaires intègres et un bon gouvernement ?
Naguère, les politiques et la haute fonction publique venaient de Normale Sup - Lettres. Ils n'étaient pas moins bons que leurs homologues d'aujourd'hui, même dans les ministères dits "techniques" (Edgar Faure, homme du livre, a fait un ministre de l'agriculture plus efficace que certains syndicalistes  - lobbyistes de l'industrie agro-alimentaire).
Une fois pour toutes, c'est décidé : il est prévu de supprimer toute perte de temps, les futures élites de la nation seront matheuses à l'exclusion de toute autre inclination.
Pour ceux qui douteraient du grand nettoyage, les cours d'histoire en terminale, vont devenir optionnels, autant dire que, confrontés à la répartition des  horaires et des locaux, ils vont disparaître. C'est le sort de toutes les options au lycée, on commence pour un an ou deux puis on abandonne.

Ils ne vont pas s'arranger, les matheux.
Quand on sait qu'une bonne partie va faire l'ENA puis entrer dans un gouvernement, on a peur.
"En oubliant le passé, on se condamne à le revivre ..."
Il sera beau l'avenir dirigé par des amnésiques.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article

commentaires

Milla 21/12/2009 02:35


hum !! Taylo avait écrit que l'homme était un fénéant par nature, qu'il fallait le forcer a travailler... d'ou le travail rend libre... c'est l'auteur des méthodes de management modernes,
il n'y a donc pas photo, on y est toujours.

Quand aux maths, ils n'ont pas inventé le concept de la bosse des maths pour rien ! c'est de l'élitisme bien entendu, je ne vois pas trop l'intéret de supprimer  l'histoire géo, qui d'ailleurs
est en totale contradiction avec l'identité nationale qu'on nous ressasse depuis des mois.. bref, qu'ils forment des économistes pour nous éviter ces crises systémiques et ensuite on peut voir,
mais le hic, c'est qu'ils se complaisent à nous fourguer n'importe quoi du moment que le reste suive. J'ai mon neveu qui en 3ème a failli etre blackboolé en CAP de compta. Rien de bien méchant me
concernant puisque ma pensée es qu'il n'y a pas de sous métiers. J'ai du intervenir avec ma soeur, sa maman pour le faire passer en seconde puisqu'il veut faire police scientifique. Sans
mentir,  il a suivi cette filière et  a eu son Bac, il est a présent dans sa première année d'université. Oui il y a sélection, et les parents feraient bien d'être très attentifs car
somme toute, a mon époque, cette sélection se pratiquait dès la 5 ème.
a bientot Jacqueline


Tipanda 22/12/2009 23:40



L'ennui, c'est que le mot "sélection" est devenu tabou, imprononçable. Il serait pourtant utile de se demander "quelle sélection ?" au lieu de foncer dans une impasse uniquement parce qu'on
refuse de regarder en face une pratique niée mais généralisée.
A bientôt Milla.



Jazzman 14/12/2009 21:57



Je voulais justement dire que les mathématiques ne sont pas vraiment une science (au sens de Karl Popper par exemple), à moins de les confondre avec les mathématiques appliquées. Comme ce débat
n'intéresse que quelques mathématiciens et encore moins de poètes, je vous propose d'en rester là si vous le voulez bien.



Tipanda 14/12/2009 23:22


Mais bienvenue à nouveau quand vous le désirez.


Jazzman 14/12/2009 13:46


Le vrai mathématicien rêve toujours en secret d'être celui qui percera le mystère des nombres premiers, tout en sachant que cette quête n'a peut-être pas de solution. C'est plus proche de la poésie
que vous ne le croyez, et cela dure depuis Eratosthène.


Tipanda 14/12/2009 20:16



Certes, les mathématiques sont une grande affaire et je les respecte, comme toutes les sciences.
C'est les traiter bien mal que de les utiliser dans des aventures où elles n'ont rien à voir. Les plus grands hommes de sciences savent s'extraire des maths pour s'intéresser au monde qui les
entoure et le danger de cet enfermement de la série S dans un petit nombre de disciplines directement corrélées aux mathématiques, c'est justement de leur interdire de s'ouvrir sur le monde alors
qu'ils sont appelés à exercer des responsablites.



Recherche

Articles Récents

Liens