Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 22:22

  Aux dernières nouvelles :

Affaiblis par des mois de sécheresse qui ont répandu la famine dans leur pays, des réfugiés de Somalie ont entamé lundi le mois de jeûne du ramadan au milieu des tentes et des baraquements du plus vaste camp de réfugiés du monde.

Il faut relire plusieurs fois, se frotter les yeux, se pincer pour s'assurer qu'on ne rêve pas et, pour finir, laisser éclater une colère homérique.

Ils ont vraiment perdu la tête ou ils sont des criminels de masse ou les deux, les chefs religieux qui ne lèvent pas le précepte religieux pour leurs fidèles en danger.

Même une connaissance imparfaite de l'islam nous apprend que tous les croyants ne sont pas tenus de respecter le jeune de ramadan. Les malades, les enfants, tous ceux dont la vie est menacée ont même le devoir de s'en abstenir.

Alors, qui organise ce jeune criminel pour des gens sous-alimentés ? Probablement les mêmes qui interdisent aux ONG d'effectuer leurs distributions de nourriture. Ces victimes sont réellement des otages, de quoi donner à réfléchir à tous les usagers qui emploient ce terme sans pudeur et à contre-temps.

Vous les bonnes âmes qui aimez tant vous indigner, voilà une bonne occasion de le faire.

Quant-à ceux qui ont trouvé intelligent de se moquer de l'"ingérence humanitaire", c'est le moment qu'ils nous expliquent quelle autre solution ils proposent pour sauver les affamés.

Naguère, les mêmes adeptes du laisser-faire ont assisté sans broncher au génocide khmer. Cette épouvantable expérience n'a pas suffi, un autre génocide est en cours.

Quand les bonnes âmes se réveilleront, il leur restera à compter les morts, un peuple aura été exterminé par ses chefs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tipanda - dans humeur
commenter cet article

commentaires

cacao 03/08/2011 23:44



Oui, c'est incroyable cette histoire de ramadan, en plus de toutes les souffrances de ces populations. Bon, c'est quand même pas Allah qui a dit que la religion était l'opium du peuple. Peut-être
son frère ? En tout cas, l'opium qui nous intéresse ne va guère les soulager : ne pas manger calme rarement...la faim. A leurs dirigeants on peut dire : Qui veut la "faim" veut les moyens. Je
fais de l'humour noir et idiot, car ce qui se passe me désole et m'atteint profondément, comme tous les gens de bonne volonté qui forment l'essentiel de la population de la terre, et dont les
maîtres du monde se f... Excellent article ! A bientôt. 



Tipanda 04/08/2011 00:44



Merci de ton soutien. Un tel mépris de la souffrance humaine fait entrer dans une colère noire (sans jeu de mot !)



Tipanda 02/08/2011 15:14



Vous parlez d'or. Des propos comme les vôres réconfortent et, en même temps, accentuent la colère. Notre point de vue semble partagé du plus grand nombre ; alors pourquoi n'est-il pas mieux pris
en compte par des puissants qui nous abreuvent de discours sur la démocratie ?


Quand on ne fait rien pour empêcher le Fhaine de nuire, on nous explique que la démocratie interdit de prendre des mesures coercitives contre des idées mais quand rien ne va dans le sens des
aspirations du peuple, il n'est plus question d'idéal démocratique. Il faut être prêts à mourir pour elle mais quand vient le moment de la faire vivre, chacun regarde ailleurs.



Le Sot 02/08/2011 13:41



J'arrive de chez Le Chaton et votre article me révolte sans toutefois m'étonner. Religion : combien de crimes ont été commis en ton nom, alors que si les adeptes savaient lire elle ne
prône que l'amour du prochain ! Quant aux populations, l'Histoire nous oblige à constater qu'il n'est pas politiquement correct de faire preuve  d'ingérence dans les génocides ! Où va
l'humanité avec des dirigeants qui ont un portefeuille à la place du cerveau et du coeur ! Merci d'avoir soulevé ce problème non-mentionné par les médias ....ils en feront des gorges chaudes
APRES...



Le Chaton 02/08/2011 10:37



Attitude inhumaine s'il fallait vraiment commenter. Merci pour l'info, Bises, Le Chaton.



tipanda 02/08/2011 11:05



De telles situations rappellent que les démocraties ont toujours laissé les Hitler et disciples massacrer leurs peuples, "Vous pouvez faire ce que vous voulez, du moment que ce n'est pas chez
moi".


Ce qui rappelle immédiatement la sentence désabusée de Churchill : "Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre. Vous avez choisi le déshonneur. Vous aurez le déshonneur ET la guerre."


Il serait peut-être temps de redonner un sens au terme HUMAIN.



Recherche

Articles Récents

Liens