Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 15:29

    Une occasion, encore une (!) de faire référence à notre glorieux poète de l'impertinence : Georges Brassens : Au marché de Brive-la-Gaillarde, "Quand il s'agit de rosser les cognes tout le monde se réconcilie."
Hélas, les Cassandres des banlieues n'ont pas d'humour, ni le goût du sarcasme.

     Puisqu'ils ont l'air d'y tenir, essayons de poser avec sérieux la question qui les occupe : Comment faire de la police autre chose qu'une cible pour délinquants en bande ?
     Il s'est écrit assez de doctes articles sur les origines de la criminalité en banlieue.


Faut-il y voir une conséquence de la misère ?

La pauvreté n'est pas un monopole de la périphérie des villes ; à quand le retour des bandits de grand chemin dans les campagnes dévastées ? Certains allant jusqu'à prononcer le mot "ghettoïsation", la formule est une insulte pour ceux qui ont fait l'expérience du véritable ghetto. Essayons de rester lucides et de ne pas sombrer dans le ridicule des excès de langage.


    D'autres, comme d'habitude, incriminent l'école ou les parents en oubliant le troisième larron sans qui rien n'est possible : la confiance en l'avenir. On nous répète à l'envi que les enfants de l'immigration italienne et polonaise des années 50 ne posaient pas de problèmes parce qu'ils venaient de familles catholiques comme la majorité des Français. En fait de religion, dans nos souvenirs, il reste des parents qui travaillaient dur, maîtrisaient mal le français mais poussaient les enfants à l'école et les corrigeaient sévèrement en cas de mauvaises notes ou d'écarts de conduite. Ils étaient persuadés que la meilleure chance  de réussir dans la vie tient aux résultats scolaires. Qui peut rendre la foi en l'avenir à tous ces parents qui baissent les bras pour avoir perdu trop d'illusions ?


     En attendant le miracle ou la révolution (au choix, selon vos croyances), il faut traiter, au jour le jour, les petites incivilités, délits et crimes qui empoisonnent la vie de leurs voisins malchanceux.
C'est à ce moment qu'en général on demande : "Que fait la police ?"   N'est-elle pas là pour garder la paix ?
La réponse a de quoi inquiéter.


     On ne rencontre plus de policiers en ville, dans les endroits où vivent les gens, finis les gardiens de la paix.
    Ils traquent les ceintures et les téléphones portables au long des routes, histoire de faire du rendement.
Ah, le rendement sacré ! C'est lui qui justifie les nombreuses garde-à-vue qui font du commissariat l'endroit le moins rassurant de la ville. Qui parle encore de "Police Secours" ? Si vous avez besoin d'aide, il y a de grandes chances pour que vous la demandiez n'importe où sauf dans ce lieu prévu pour.
    Bonnes gens, dormez en paix ! On a tout prévu pour votre tranquillité ... à l'abri d'un cordon de CRS : un de leurs cars stationne à la limite de votre quartier.
    Vous n'êtes pas rassuré ? Vous êtes bien impressionnable ... vous êtes sans doute un vieux soixante-huitard ... Faudra vous rééduquer !
    Rééducation ou pas, ils ne peuvent rien contre les nuisances qui pourrissent la vie.
C'est agaçant et c'est parfois dramatique.


    Un exemple ?
L'affaire Ilan Halimi, ce jeune juif enlevé par une bande, torturé pendant plusieurs semaines pour finir assassiné dans un appartement d'une cité HLM.  Les habitants savaient ou, du moins, se doutaient qu'il s'y passait des choses bizarres, tout le monde savait, sauf la police qui avait déserté le quartier.
    La police de proximité n'avait plus la cote. Il était du dernier cri de se gausser des fonctionnaires de police transformés en moniteurs de sport pour jouer au foot avec les gamins des quartiers. On avait seulement oublié qu'à partager la vie de banlieue, ils pouvaient, à tout le moins, y recueillir des informations. Faire du renseignement est long, cher, peu spectaculaire ; on a décidé d'en faire l'économie.
On se passera de Sherlok Holmes ; on sélectionnera plutôt des Rambo.


    Et on se crispe, l'humour n'est plus de saison.
Les plaintes s'accumulent contre les auteurs de chansons dites injurieuses à l'égard des policiers.
Imaginons que Brassens ne soit pas mort. Pourrait-il encore longtemps chanter son "Hécatombe", déclarer qu'il adore les pandores sous la forme de maccabées ?
Va-t'on employer la force pour contraindre les possesseurs d'albums de Brassens à les sacrifier dans un autodafé d'expiation ?
Résistons. La liberté d'expression, qui s'use lorsqu'on ne s'en sert pas, reprend vigueur dans les têtes et la mémoire.
     Affutons nos consciences plus solides que les chaussettes à clous. Chantons, parlons, écrivons.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tipanda - dans humeur
commenter cet article

commentaires

territory 02/04/2014 11:58

Des mots qui résonnent très juste malheureusement, et le pire c'est que la situation n'est pas prête de changer...

Tipanda 02/04/2014 17:25

Vous avez raison, hélas !
Nous sortons d'un gouvernement qui se disait de gauche.
Bien qu'ils nous aient affirmé le contraire, les policiers ont continué à faire du chiffre facile, soutenus par des ligues de vertu ...euh, non ! de prévention routière.
Un ministre de l'éducation nationale, pour une fois, semblait avoir compris qu'il fallait que les élèves se remettent au boulot ... Il vient de se faire virer.
La sortie du tunnel n'est pas en vue !

Françoise 25/08/2010 19:07



En effet, même si une volonté d'améliorer le climat se faisait jour chez nos gouvernants, il faudrait commencer par repenser l'école, mettre les moyens adéquats etc, car seule l'éducation compte.
Et ça prendrait plusieurs années pour renverser la vapeur !


Or non seulement je ne vois pas l'ombre d'une volonté de ce genre, mais au contraire seuls sont pris en compte les desiderata des possédants à savoir, le profit ; et le
profit à court terme, même si ça mène tout le monde à sa perte à long terme...


Terrible !



Tipanda 27/08/2010 10:08



Encore faut-il que les parents croient en l'école et ils sont rares les parents analphabètes qui aiment le savoir pour lui-même. En général, ce qu'il voient dans l'école, c'est un outil qui
donnera aux enfants les moyens d'un avenir meilleur par le métier. Or, le chômage des jeunes, même diplomés, ne les encourage pas dans la voie scolaire.


Comme beaucoup d'autres difficultés, à commencer par le trou de la sécu, c'est l'emploi qui reste le premier facteur de la paix sociale.



Janine Thombrau et Bruno 25/08/2010 15:17


Et aussi .... Quasiment plus d'éducateurs ... Qu'ils soient "de prévention" ou de la PJJ ... Remplacés par des personnes non formées .... Donc payées au SMOG.... Pardon au SMIG ! Etc ... Etc ...
Bises Bruno


Tipanda 27/08/2010 10:13



On manque surtout de justice ; pas la Justice-institution, mais une attitude juste de tous les intervenants. 


Bises à tous deux.



Françoise 25/08/2010 01:14



J'ai aussi encoyé ton article à des amis non facebookiens et en ai reçu des meilleurs retours : tous disent comme toi que l'on voudrait avoir tort...


Résistance !!! 



Tipanda 25/08/2010 09:06



Si nous continuons comme cela, nous allons finir avec le "partisan" de Leonard Cohen. Ma foi, on a connu pire.



Françoise 24/08/2010 19:37



Tu es parfaite... Je mets ton article sur Facebook !



Tipanda 24/08/2010 22:02



Trop gentille ! Merci, mais je préfèrerais avoir tort.



Recherche

Articles Récents

Liens