Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 17:18

        Courage ou masochisme, il semble que notre ministre de l'Education Nationale cherche vraiment des armes pour se faire battre. Après avoir imposé aux instituteurs (pardon "professeurs des écoles") de travailler le mercredi matin, il en repasse une couche en  proposant de raccourcir les sacro-saintes grandes vacances. Elles se limiteraient à six semaines, comme chez nos voisins. Vociférations et hurlements en vue

    Les enseignants, les parents, les professionnels du tourisme, auront tous une bonne raison d'être mécontents. Quelques uns se poseront clairement en victimes mais une majorité d'hypocrites s'abriteront derrière l'intérêt des élèves, intérêt dont ils se moquent éperdument... comme d'habitude.

     Depuis que l'école républicaine existe, les dates des vacances scolaires ont toujours été fixées par des adultes dans l'intérêt des adultes.

En bon politique, Jules Ferry avait compris qu'il aurait du mal à rendre obligatoire l'école publique s'il ne faisait pas quelques concessions aux familles. A la fin du XIXème siècle, les agriculteurs étaient encore la majorité de la population, la mécanisation n'était qu'à ses débuts, la terre demandait beaucoup de bras, surtout pour les gros travaux. De la fin juin, période des foins, à la fin septembre, saison des vendanges, en passant par la moisson et autres récoltes d'été, tout le monde était mobilisé. Il était hors de question que les enfants traînassent à l'école alors que leurs parents avaient un besoin crucial de leur aide. Depuis lors, les petits Français bénéficient encore de deux mois de vacances d'été ; c'est plus long que chez nos voisins. Il est extrêmement difficile de revenir sur un avantage acquis donc il perdure, alors que la population agricole est aujourd'hui minoritaire, que les récoltes sont mécanisées et qu'on n'ose plus faire travailler les enfants.

       Les médias, affectés de sondagite aigüe, interrogent régulièrement les uns et les autres : "Que pensez-vous de la durée des vacances d'été ?" La question est posée aux enseignants, aux parents, aux élus locaux, aux professionnels du tourisme, à tout le monde sauf ...aux principaux intéressés : les élèves. Faute d'enquête fiable, nous pouvons extrapoler à partir des réactions de notre entourage.

Sans surprise, le tableau est varié.

       Etudiants et lycéens veulent des vacances assez longues pour y caser des "jobs d'été", préoccupation étrangère aux élèves des petites classes primaires. Pour eux, deux mois sont une éternité ; ils oublient quelques acquis (qui reviendront) mais, plus gênant, ils perdent leur rythme. Chaque rentrée est comme une première rentrée, avec ou sans cahiers de vacances qui ne sont une affaire que pour leurs éditeurs.

Il ne serait donc pas ridicule d'envisager des vacances scolaires différentes suivant l'âge des élèves et le type de formation.

     Les réformes de l'éducation peuvent continuer à se succéder au rythme des changements de ministre,  elles seront sans effet tant que priorité ne sera pas donnée à l'intérêt de l'enfant. Tout le monde en affirme la nécessité mais tout prouve que c'est un vœux pieux sans le début d'un commencement de mise en pratique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article

commentaires

Alice Damay-Gouin 28/02/2013 10:14


Je ne sais pas si j'étais mis à contribution! J'aimais être dans les champs pour ce ramassage, je ne sais pas pourquoi et..., pour moi, ce sont d'agréables souvenirs. Mais je suis d'accord pour
dire que les petites pommes de terre sont, pour moi, les meilleures. Mon marchand n'est plus surpris et je n'ai plus besoin de lui préciser: "les petites"! Mon père n'était pas enthousiaste pour
acheter une machine, peur d'abimer ses pommes de terre mais il n'a pas été déçu. Il a été rapidement convaincu. Un jour, ayant posé ses lunettes sur une machine, elles ont disparu sous un gros
tas de pommes de terre. Elles ont réapparu, intactes, quelques semaines plus tard, au moment du triage. Il a alors dit que c'était la meilleure pub que l'on pouvait faire . C'était la meilleure
preuve que ses pommes de terre étaient manipulées avec douceur!

Tipanda 28/02/2013 16:22



Ton père a eu de la chance ! Sa machine faisait certainement partie d'une génération un peu plus perfectionnée que les plus anciennes. Plus probable encore, le fameux épisode s'est déroulé dans
de bonnes conditions climatiques, il fallait éviter le niveau d'humidité où la terre se met en boules de la consistance des pommes de terre. Et le climat ... personne ne le commande.



Alice Damay-Gouin 27/02/2013 11:30


Journée de souvenirs donc! Jeune, j'étais heureuse d'aller dans les champs pour ramasser les pommes de terre. Les jours précédents le début du ramassage, c'était le défilé à la maison pour savoir
quand cela allait commencer! C'était la joie! Les ramasseurs, ramasseuse se tassaient sur 2 chariots pour monter aux champs. La sécurité aurait sans doute trouver à redire!!! Un jour, les
enfants sont rentré(e)s plus vite à l'école et papa a dû acheter une machine!

Tipanda 27/02/2013 18:47



Et les premières arracheuses de pommes de terre n'étaient pas très pratiques. Elles étaient très exigeantes quant-à l'humidité de la terre. Si elle était trop dure ou  trop collante, le
gachis était certain.


Il en est qui ont apprécié l'arrachage mécanique, c'étaient les glaneuses. La machine ne ramassait pas les trop petites pommes de terre (alors que ce sont les meilleures). La récolte "officielle" terminée, des mères de famille plus travailleuses qu'argentées prenaient la suite de l'arracheuse
pour fouiller la terre retournée et récupérer les patates qui n'avaient pas été ramassées. Inutile de préciser que, si les enfants n'avaient pas été à l'école, ils auraient été mis à contribution
pour ce travail.



Recherche

Articles Récents

Liens