Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 16:26

  ?

        Enorme point d'interrogation.

La question vous paraît dénuée de sens, elle réclame des éclaircissements. Puisqu'il en est ainsi, ne reculons devant aucun sacrifice, apportons des précisions.

   Périclès est un homme d'état grec, né à Athènes vers 495 av. J.-C. et mort dans cette même ville en 429 av. J.-C., connu pour ses qualités de stratège et d'orateur. Son nom reste associé aux heures les plus brillantes de la cité qui lui doit ses monuments les plus prestigieux. Il rassembla autour de lui artistes, philosophes et poètes. 

   De Madame Périclès il ne reste aucun souvenir, elle vécut discrète, confinée au gynécée. Les femmes honnêtes ne tenaient aucune place dans la vie publique. Les hommes célèbres s'exhibaient avec de beaux jeunes gens, c'était l'usage le plus répandu, ou des prostituées de haut niveau ; de nos jours, nous les appellerions "escort girls". Une de ces professionnelles, Aspasie, a laissé son nom associé à la carrière de Périclès. Elle fut presque son ministre de la culture, un peu comme la Pompadour au temps de Louis XV. Lors des cérémonies officielles, elle restait à l'arrière-plan, discrète, mais aucun citoyen d'Athènes n'ignorait sa place dans les décisions. Son nom resta dans les mémoires jusqu'au XXème siècle et Phi-Phi une opérette française sur une musique d'Henri Christiné. Créée à Paris, le 12 novembre 1918, c'est une mise en scène comique du sculpteur Phidias et d'Aspasie "C'est une gamine charmante ..."

    Résumons : Aspasie était une personnalité d'importance mais elle restait une prostituée. Tout Athènes le savait et personne n'y a trouvé malice pendant des siècles.

      Mais c'est bien fini. Périclès, aujourd'hui, se verrait condamné à payer l'amende.    

     En faisant la chasse aux usagers, les tartuffes ne voudraient que du bien aux prostituées. Inutile de leur démontrer que la menace crée la clandestinité qui favorise la violence. Les proxénètes peuvent dormir tranquilles, leur petite industrie va prospérer dans les bas-fonds et les recoins obscurs, ils auront une paix royale pour commettre leurs exactions.

      Aujourd'hui, la vertu est au pouvoir, ou plutôt, l'hypocrisie camouflée en vertu. Il règne une ambiance qui rappelle furieusement celle des Etats Unis au temps de la prohibition et des ligues de vertu.

       Une peine d'amende pour les clients ...l'état va donc tirer profit de la prostitution.

       Comment appelle-t'on celui qui participe aux revenus d'une prostituée ? Sans l'ombre d'un doute, c'est un proxénète. Notre état se croit vertueux mais c'est le plus grand proxénète.

        C'est Aspasie qui n'en reviendrait pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tipanda - dans humeur
commenter cet article

commentaires

Alice Damay-Gouin 14/12/2013 15:42


Merci! je ne comprends pas la logique de mettre à l'amende une personne sur les 2 en cause; ou l'acte est autorisé et les 2 personnes sont quittes ou il est interdit et les 2 sont en faute.

Tipanda 16/12/2013 00:08



Les censeurs sont illoggiques et hypocrites. Aux siècles passés, ils auraient mis la vertu en avant. Aujourd'hui, ce discours ne ferait plus recette, alors, ils essaient de nous "vendre" la
dignité de la femme.


Personne ne peut croire une minute que cette dignité sera mieux protégée par une clandestinité aggravée. Les auteurs de cette loi veulent seulement embêter les gens qui ne se conforment pas à
leur morale sexuelle. C'est navrant de mesquinerie.



unsoirbleu 09/12/2013 21:49


Oui, les proxénètes ont de beaux jours devant eux ... Les clients, sans disparaître complétement, se feront peut-être moins nombreux (la peur du gendarme et de son bâton) mais les prostituées
devront "rapporter" toujours autant, et cette fois-ci dans des conditions encore plus calamiteuses. L'état se trompe de cible, mais il est plus facile de s'attaquer au client qu'au proxénète ...
A moins qu'une nouvelle Aspasie ne fasse entendre raison, avec tous les moyens à sa concenance, au(x) législateur(s) ?

Tipanda 10/12/2013 21:50



Les législateurs en question connaissent probablement nombre de ces professionnelles, évidemment de haut niveau. Peut-être leur en veulent-ils pour l'argent dépensé ?


Pendant ce temps, les prostituées bas-de-gamme (albanaises, nigérianes etc.) subiront de plus en plus et ces messieurs s'en moquent. Ils ne sont pas du même monde.



Recherche

Articles Récents

Liens