Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 22:56

                      Bonne fête aux Catherine que nous embrassons.

    Catherine est le prénom de plusieurs saintes, celle du 25 Novembre vécut au IVème siècle à Alexandrie, elle fut vierge et martyre  (encore une !).

 A quoi doit-elle son incroyable succès ? La question reste posée ; pour terrible qu'elle fut, son histoire est commune à beaucoup de chrétiennes des premiers siècles. Elle connut la chance posthume  d'être la patronne de populations aussi nombreuses que variées : les étudiants, les philosophes, les meuniers et les charrons.

La dévotion de ces derniers s'explique facilement par la mort de Catherine qui fut livrée au supplice de la roue. N'allons pas imaginer qu'elle fut rouée comme des bandits du XVIIème siècle français ;  on les attachait, couchés sur une roue ; méthodiquement, on leur brisait tous les os un par un et ils agonisaient pantelants dans des douleurs abominables, à moins que la famille du condamné n'ait pris la précaution de soudoyer le bourreau pour qu'il l'achevât subrepticement, abrégeant ses souffrances.

L'imagination des Alexandrins en matière de supplices n'était pas complètement nulle, ils  ne se contentaient pas d'assommer les gens par des vers de douze pieds avec hémistiche, ils faisaient de la roue un usage pour le moins différent. Ils en garnissaient le bandage de lames acérées et la faisaient rouler sur la victime rapidement apprêtée en émincé, mais les archives ne nous disent pas si un assaisonnement était prévu.

   Catherine ayant donc fini en Kebab, sa brillante carrière commençait, particulièrement en France où elle connut des variantes régionales.

    Dans les grandes villes et d'abord à Paris, Sainte Catherine est traditionnellement la fête des  jeunes filles qui travaillent dans les métiers de la mode. Autrefois, l'une d'entre elles était désignée pour changer, à l'occasion de sa fête, le bonnet qui coiffait la statue de la sainte. On pense que c'est de cet usage que vint l'habitude d'arborer, le soir de Sainte Catherine, de véritables chapeaux de carnaval confectionnés tout exprès. S'y rattache également l'expression "coiffer Sainte Catherine" qui désigne une célibataire de vingt-cinq ans, âge où il a été longtemps admis qu'il était grand temps de se trouver un mari.

   En Belgique et dans les pays du nord, on aime la fête et on se précipite sur toutes les occasions d'en célébrer. Une expression locale ne dit-elle pas "On est de tous les saints qu'on boit" ?

Une fête réservée aux couturières de vingt-cinq ans, voilà qui fait pauvre et étriqué. Toutes les jeunes filles sont des "catherinettes". Héritage des pays bas et germaniques, les enfants des deux sexes reçoivent des cadeaux à St Nicolas jusqu'à l'entrée au collège ; ensuite, les garçons continuent à le fêter, à moins qu'ils n'entrent en apprentissage, auquel cas ils adoptent le saint patron de leur métier. Les filles, de leur côté, célèbrent Sainte Catherine.

    Toutes les traditions se perdent ou s'affaiblissent, celles-là aussi, mais il n'est pas si lointain le temps où les "catherinettes" se livraient à une véritable compétition pour être celle qui recevrait le plus de cartes postales à l'occasion de la fête. Et, surtout, il y avait les cadeaux dont il était question avant, pendant, après ... Ils étaient le point d'orgue de la journée.

    Celles qui ont connu la distribution traditionnelle se rappellent à quel point il était difficile de "sortir des clous". La Ste Catherine faisait partie du conditionnement des filles à leurs futures activités ménagères ; elles recevaient de la vaisselle, du linge de maison, de l'électro-ménager, pour, selon l'expression consacrée, "monter leur ménage". Bien adaptées à entrer dans le moule, elles étaient souvent enchantées malgré les récriminations maternelles (le problème du stockage était réel pour les mères qui avait plusieurs filles !)

   Quoi qu'il en soit, il n'était pas question de demander un autre cadeau. Les quincailliers et autres professionnels des "Arts de la table" regrettent certainement la déperdition de cet usage. Peut-être auraient-ils dû offrir un culte plus fidèle à Ste Catherine qui les couvrait de tant de bénédictions.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tipanda - dans C'est votre jour.
commenter cet article

commentaires

durdan 09/12/2011 06:30


encore une



Tipanda 09/12/2011 17:18



Une ?



durdan 09/12/2011 06:27


le facteur devait sonner plus de 2 fois....lui offraient-elles un "rafraîchissement" pour l'occasion


http://daniel.duranton.over-blog.com/article-sainte-catherine-laboure-bourgogne-90296404.html

Tipanda 09/12/2011 22:15



Plusieurs saints s'appellent Catherine ...comme plusieurs baudets s'appellent Martin.



cacao 27/11/2011 21:14


Bonsoir Jacqueline ! Je viens un peu en retard (mais comme tu l'écris plus haut, c'est l'intention qui compte...) te dire combien cet article sur la
Ste-Ctherine est agréable à lire. Très intéressantes infos, je ne connaissais que la coutume des chapeaux. Quant aux "Arts Ménagers", j'ignorais, ou n'avait pas intuité, que c'était le genre de
cadeaux qu'il cconvenait de faire à une jeune fille "bonne à marier". Je me souviens cependant que maman nous a préparé, petit à petit, suivant les moyens du jour, à toutes 4, un "trousseau", qui
nous a bien servi en temps utile, pour nous installer, pas forcément pour nous marier. Ah ! Ce "vieux monde" d'où l'on vient ! Il est bon de l'avoir connu, et d'avoir pareticipé à
l'évolution de la "condition féminine", comme s'appelait le ministère en ce temps. Les jeunes filles d'aujourd'hui sont parfois plutôt "nunuches" et "soumises. Je trouve qu'elles reproduisent
souvent des modèles "surranés". Je n'ai pas eu d'enfant, mais je frémis à l'idée que j'aurais pu avoir une fille qui "yoyote". Merci encore pour ton bel article. J'espère te lire avant la
St-Nicolas ! Tu ne nous feras pas l'apologie de Nicolas 1er, tsars de toutes les provinces de France et de Navarre, j'espère ? Excellente soirée et bonne semaine à venir. (Mercredi soir 30, je
finis mon travail ici, dans le Lot. Après, ce sera dans les Htes Pyr. M'élèverai-je spirituellement avec l'altitude, that's the question. ?Fin de commentaire très bête, mais suis si contente de
changer de crèmerie...) Amitiés sincères.

Tipanda 28/11/2011 00:11



Bon séjour avec toutes les satisfactions que tu peux en attendre.


Beaucoup d'occupations en prévision donc je ne suis pas certaine d'écrire grand'chose les jours prochains mais je vais tout faire pour ne rater ni St Eloi, ni St Nicolas.


Amitiés aux deux et quatre pattes. 



Mamoune.Marie 26/11/2011 22:41


merci pour toutes ces infos, tu en connais un rayon!


je savais  pour les catherinettes, mais pour les enfants du même sexe pour la saint Nicolas, tu me l'apprends...bonne fête à Delphine aujourd'hui...gros bisous à toi..Mamoune

Tipanda 27/11/2011 11:38



Oui, bonne fête aux Delphine.


Pour la Sainte Catherine, c'est du vécu ! J'ai connu ce temps et affronté le rite des arts ménagers - cadeaux. Je me rappelle avoir essayé de modifier le programme et provoqué l'incompréhension
et la déception d'un groupe d'élèves qui voulaient se cotiser pour m'offrir une cafetière ou un mixer. Ce jour-là, j'ai adopté l'habitude d'être toujours enchantée de tous les cadeaux. Après
tout, c'est l'intention qui compte. 


Pour Saint Nicolas, si les petits cochons ne me mangent pas, nous en reparlerons autour du 6 Décembre. Bises aux deux et quatre pattes.



Recherche

Articles Récents

Liens