Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 22:08

Il y a 70 ans, la légion condor écrasait Guernica dans le silence indifférent des démocraties voisines.  Au secours de la république espagnole, sans pouvoir la sauver, vinrent les  volontaires des brigades internationales, des combattants mus par un idéal : faire échec à la dictature franquiste.

   Parmi eux se trouvaient  des Polonais. Il en reste une poignée de survivants, tous largement nonagénaires ; ils perçoivent une petite pension. Inutile de préciser qu'ils ne risquent pas de ruiner l'état polonais. Et pourtant ...Les jumeaux Kaczynski semblent ne rien craindre, et surtout pas le ridicule. Supprimées les pensions, décrochées les plaques commémoratives, au prétexte que ces anciens combattants auraient eu partie liée avec les communistes, même si les démocrates engagés pour l'Espagne républicaine n'étaient pas tous communistes et que la bien réelle oppression soviétique sur la Pologne est très postérieure. Entre-temps, il y a eu l'invasion nazie, le martyre de la Pologne, mais aussi, les compromissions, les complicités dans l'accomplissement de la solution finale. Il y a eu beaucoup de victimes polonaises mais aussi des Polonais bourreaux ; et la génération actuelle ne semble pas décidée à regarder son passé en face. L'accueil ( si on peut employer ce mot ) de l'ouvrage de Jan T. Gross "Les voisins" avait révélé la persistance d'un vieil antisémitisme rural, des Oradour accomplis par un voisinage haineux et profiteur. 

M. Giertych, un député européen de Pologne, commet une brochure antisémite ; le gouvernement polonais n'y trouve rien de répréhensible. En revanche, les foudres des frères Kaczynski se dirigent contre Bronislaw Geremek, soupçonné d'on-ne-sait-quelles compromissions avec les communistes. A nouveau, ils ne craignent pas le ridicule. .. Peut-être sont-ils seulement jaloux d'un talent et d'un prestige international qu'ils ne sont pas près d'atteindre.

Ces péripéties de la vie polonaise interrogent les Européens.

Lorsque l'Autriche connut avec Jorg Haider une tentative de relance de l'extrême-droite, les démocraties se sont indignées, il y a eu des cortèges, des déclarations, des articles, des essais sans indulgence. L'Autriche a connu le temps des sanctions.                                                                      Dans l'éventualité de leur adhésion à l'UE, les Turcs se voient sommés de présenter toutes  sortes de garanties de démocratie et une solide repentance pour le génocide des Arméniens. L'intention est excellente mais... pourquoi n'y a-t'il pas eu les mêmes précautions avant de laisser entrer la Pologne et les Etats Baltes ?

 La destruction des juifs d'Europe a eu lieu à l'Est parce que les nazis savaient qu'ils n'y rencontreraient pas d'oppostion importante. Les gardiens des centres d'extermination étaient polonais, baltes ou ukrainiens et ils n'ont rien regretté. C'est la conscience des démocrates qui regrette déjà l'indulgence dont ils ont bénéficié.

 Décidément, Il existe des bonnes manières qui ne sont que de mauvaises actions.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Recherche

Articles Récents

Liens