Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 22:59
  

Telle que la situation paraît évoluer, la bataille de Gaza va se terminer mais, comme il fallait s'y attendre, les questions resteront patentes.
 La guerre continuera autrement.
Une accusation fait fureur, ces derniers temps : les israéliens utiliseraient contre Gaza des nouveautés meurtrières, des obus incendiaires au phosphore blanc.
 Les accusateurs viennent de découvrir l'eau tiède !
... Quelle arme a fait flamber Hambourg pendant les combats qui ont vaincu Hitler ? C'étaient des bombes au phosphore, et toutes les armées du monde en utilisent,, à partir du moment où elles disposent d'avions bombardiers.
 Selon le goût du jour, le succès médiatique attendu, on stigmatise plus ou moins une arme ou une autre.
En réalité, elles sont toutes barbares et meurtrières par définition, même un vulgaire coupe-coupe peut servir à exécuter des crimes de masse ...  demandez aux victimes du génocide rwandais. C'est tuer qui est hideux, peu importe l'outil.
Laissons les vieilles histoires au placard, essayons d'envisager l'avenir.
Malheureusement, il est prévisible que les islamo-fascistes du Hamas et autres fous de Dieu se remettent à nuire par tous les moyens qu'ils trouveront. Ils continueront à nous faire bénéficier de quelques joyeuses spécialités comme les attentats-suicides.
Des gens capables de se précipiter dans la mort, uniquement pour y entraîner leurs ennemis avec, en prime, ...un bon paquet d'inconnus, font peur, et c'est logique.
Ils sont capables de tout contre un monde qu'ils vont quitter.
Les moyens de provoquer des dégâts sont légions mais les terroristes ont un faible pour les armes peu coûteuses et meurtrières. On peut légitimement craindre les bombes sales.

A l'époque des enveloppes à la poudre d'anthrax, les médias s'étaient montrés un peu curieux. Nous avions eu droit à quelques descriptions d'armes plus originales les unes que les autres, utilisables dans la discrétion par des terroristes peu équipés.  Depuis, les foules ont changé de préoccupation, nous n'entendons plus parler des bricoleurs
Pourtant, le problème est toujours là et j'aimerais revenir sur les inquiétantes bombes sales.
Rappelons brièvement de quoi il s'agit.
On se souvient de la chanson de Boris Vian "La java des bombes atomiques" ; c'était un grand moment d'humour, cet oncle, un fameux bricoleur, qui fabriquait des bombes atomiques dans un atelier, au fond de son jardin. La bombe sale est beaucoup moins drôle, car réaliste.
Il ne s'agit pas d'une bombe atomique dont la technologie n'est à la portée que de quelques états ; elle utilise la nocivité du nucléaire banal. Partout où il existe des installations de radiologie, médicale ou industrielle, sont stockées et utilisées des matières radio-actives, en principe protégées par des installations sécurisées mais, de toute façon, plus accessibles que l'industrie d'armement. Il suffirait à un groupe terroriste de cambrioler des sites radiologiques et de s'emparer des produits radio-actifs pour les introduire dans des bombinettes bricolées.
Le poison serait dispersé là où la bombe exploserait.
La nocivité serait plus ou moins importante suivant la difficulté à décontaminer l'endroit visé.
Dans un lieu bien choisi, les dégâts pourraient condamner durablement la place.
C'est une arme à la portée de n'importe quel petit casseur.
Pas de risque tant que le malfaiteur se soucie de son avenir, mais, pour des candidats au suicide  ?... le nihilisme fait perdre tout instinct de conservation.
La perspective est bien plus inquiétante que le cataclysme atomique. Là où la raison est absente, la dissuasion n'a pas de sens.
Qui peut m'expliquer pourquoi personne ne paraît s'en soucier ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article

commentaires

Weinheber 17/01/2009 22:30

Jacqueline, souhaitons à Israel, d'être débarrassé du Hamas,J' apprécie vos commentaires sur juif.org,et d' autres intervenants comme Viviane.Amitiés.Serge

Tipanda 18/01/2009 11:16



Une grande interrogation demeure, celle du "comment ?"
- Faire des concessions ? Aucun intérêt, le Hamas prendra mais ne donnera rien.
- La solution militaire ? On vient de voir qu'elle ne peut qu'être limitée à des opérations ponctuelles. Trop longue, les propagandistes de l'islamo-fascisme l'utiliseraient à leur profit.
- Vitrifier Gaza ? Impossible, moralement, politiquement et même logiquement (Gaza, encastré dans Israël, ne pourrait être détruit sans dommage sur lui) seul un Dr Folamour pourrait s'y
risquer.
- Un contrôle international ? Connaissez-vous beaucoup de volontaires ?
Critiquer Israël, c'est facile ; ça ne coûte rien. Prendre sur soi la corvée de vivre avec le Hamas, c'est autre chose ... on s'y précipite à reculons.
L'ONU ? C'est normalement son boulot, mais les dernières déclarations, après la sinistre pitrerie de Durban et les compromissions de la guerre du Liban, montrent de quel côté penche le fléau de
la balance internationale. Une balance faussée ne sert plus à rien. On jette, ou on la met dans un coin, juste pour faire joli.
Conclusion : le problème reste entier.
(pour les amateurs d'histoire et d'archéologie biblique, on peut dire que la terre des philistins n'a pas fini d'être un caillou dans la chaussure des juifs.)



Recherche

Articles Récents

Liens