Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 11:45

Xavier Darcos veut "repérer les leaders d'opinion"

Le ministère de l'Education nationale entend surveiller étroitement les blogs et les forums de discussion sur internet auxquels participent les enseignants français, au grand dam de syndicalistes du secteur. 

  LE MINISTÈRE DE L'EDUCATION NATIONALE VEUT SURVEILLER DAVANTAGE LES BLOGS DES ENSEIGNANTS 


Le ministère vient de lancer un appel d'offre ayant pour objet "la veille d'opinion" et son cahier des charges, paru au Journal officiel du 4 novembre dernier, est très précis.

Il prévoit que le prestataire retenu devra "identifier les thèmes stratégiques (...), décrypter les sources des débats et leur mode de propagation (...), repérer les leaders d'opinion, les lanceurs d'alerte et analyser leur potentiel d'influence et leur capacité à se constituer en réseau".

Jean-Marc Vinauger, du syndicat Sud-Education du Loiret, s'est insurgé contre la création de cet outil qui, selon lui, démontre que le gouvernement veut contrôler les opinions contestataires, des mouvements de grève ayant accueilli sa volonté de supprimer 13.500 suppressions de postes en 2009. A la rentrée 2008, 11.200 postes ont déjà été supprimés.

"Le ministre, qui affirme dans la presse que les enseignants adhèrent largement à ses réformes, est si sûr de lui qu'il lance un appel d'offre à des officines privées pour la modique somme de 220.000 euros par an afin de détecter les foyers d'agitation", déclare Jean-Marc Vinauger.

Au cabinet de Xavier Darcos, ministre de l'Éducation nationale, on dément ces accusations tout en reconnaissant une attention particulière portée à l'opinion des agents.

"Il s'agit d'un appel d'offre renouvelé chaque année depuis 2006", précise-t-on à la délégation communication du ministère.

"Ce qui est nouveau, c'est la place occupée aujourd'hui par les forums et les blogs sur internet. Il est très intéressant pour un ministre de connaître l'opinion de ses agents et en premier lieu des enseignants", explique-t-on au ministère.

"Il n'est pas question d'un esprit de fichage, mais d'une connaissance plus fine de la façon dont les enseignants perçoivent la politique de leur ministre."


Voilà, un de nos derniers espaces de liberté est "fliqué". ..

Peut-être XD en a-t'il assez de l'éducation ... ? Il ambitionnerait le ministère de l'intérieur que cela n'aurait rien d'étonnant. Pour un fils de Juste, ce n'est pas joli - joli.

Blague à part, s'en prendre aux libertés publiques quand on est ministre de l'éducation, c'est littéralement suicidaire.

Il faut être bien naïf ou sous influence pour croire à la réussite d'un projet aussi explosif.

Plus sérieusement, selon toute probabilité, c'est un coup tactique de plus.
On fait courir le bruit d'une énormité ; hurlements, protestations, manifs ; le projet honni est abandonné ; à sa place, un plus petit est lancé ; les gens sont contents, ils ont échappé à la catastrophe. Ils oublient qu'en douceur, ils viennent de se faire ...(Allez, je vous laisse le choix du terme aproprié.)

Partager cet article

Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article

commentaires

Recherche

Articles Récents

Liens