Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 10:13
 ... et surtout de leurs familles.
J'entends déjà les cris d'orfraie : "comment peut-on s'en prendre à des victimes ?! Le malheur mérite empathie et commisération."
Rassurez-vous, le sort des victimes ne m'est pas indifférent et j'affirme que la justice doit s'en occuper.
... puisque nous sommes sensés vivre dans un état de droit.
L'état de droit commence précisément lorsqu'une justice codifiée remplace la loi du plus fort ou la vengeance.
Jusqu'à peu, nous étions assurés d'avoir atteint ce niveau de civilisation. Mais l'actualité s'acharne à nous en faire douter.
    Voici le tableau d'un procès tel que les medias en raffolent :
Un enfant, forcément adorable, a été enlevé puis assassiné, avec ou sans viol et actes de barbarie, par un individu forcément haïssable et, cerise sur le gâteau, récidiviste. Le procès a lieu devant une cour d'assise.
 La presse n'est pas autorisée à filmer les débats mais elle tourne autour du palais de justice comme une nuée de vautours se réserve une charogne, et fond sur les bons morceaux, c'est- à- dire les proches de la victime.
Les familiers du meurtrier pourraient tenir des propos différents du consensus. On les évitera donc consciencieusement, à moins qu'ils ne soient préposés au rôle d'imprécateurs, dans le registre : "il fera mourir sa mère de chagrin " ou "à le voir battre sa femme, les soirs de cuite, il fallait s'en douter". En revanche, les micros s'attardent complaisamment sur les parents de la victime et présentent le châtiment du meurtrier comme le seul moyen pour eux de "faire leur deuil"....(tiens, c'est curieux, j'ai toujours cru que seul le temps pouvait faciliter le travail du deuil ...)
Très vite, il apparaît que ces familles ne recherchent pas la justice, extérieure et réfléchie, mais la vengeance. Elles ont besoin de lyncher un coupable, elles regrettent de ne pas y être autorisées physiquement et compensent avec les mots, l'étalage du pathos et de la haine. Elles ne sont accessibles à aucune forme de doute ; plutôt risquer de punir un innocent qu'être privé de vengeance ; c'est une réaction qui fait froid dans le dos. Entre les lignes ou même ouvertement, certains envisagent le retour de la peine de mort, et même son exécution publique, une espèce de sommet dans la jouissance de leur vengeance. Navrant.
Que la presse de chiottes et de caniveaux y trouve de quoi augmenter son tirage, pas de quoi s'étonner.
Ce qui devrait, en revanche, nous inquiéter c'est la faveur que les vindicatifs rencontrent auprès du pouvoir politique. Le populisme joue à l'apprenti-sorcier.
Une garde des sceaux (dur de résister à la tentation d'écrire :" sots" .) trouve toutes les occasions de rabaisser la justice et de soutenir les victimes auto-proclamées, avant même le bouclage des enquêtes.
Elle veut être populaire.
 Mais ce n'est pas sa fonction d'être populaire.
Son ministère, c'est la justice, tâche ardue et sans "glamour". Si le côté rébarbatif lui déplaisait, nul ne l'a obligée d' accepter le job.
Elle sape le pouvoir judiciaire pour séduire la populace et complaire au pouvoir exécutif, son maître inconditionnel. Ceux qui ferment les yeux devant le processus en cours sont mûrs, selon les goûts, pour l'éclosion d'une forme de fascisme ou, au minimum, l'installation de big brother.
Une telle stratégie défait l'équilibre des pouvoirs, condition impérative de l'état de droit.
La refuser n'a rien à voir avec une complaisance envers le crime.
 Il s'agit de respecter un certain nombre de procédures qui sont la garantie du droit. Elles sont parfois lourdes, vécues comme frustrantes, mais c'est lorsqu'on ne les respecte plus que l'état se déshonore et augmente les risques. Plus les peines encourues sont féroces et impitoyables, plus la criminalité est violente, ce qui provoque un durcissement supplémentaire des sanctions. C'est un cercle vicieux de plus.
De temps en temps, il peut être salutaire de relire "l'Esprit des lois" et la théorie des climats de Montesquieu .
La répression des crimes ne regarde pas les victimes.
C'est assez facile à démontrer pour les affaires de droit commun, celles qui vont du banditisme au crime passionnel.
Mais il ne peut exister d'exception, de domaine protégé.
La répression du crime contre l'humanité doit se défaire également de l'intrusion des familles. A moins de s'en remettre à des médiations, leur règlement judiciaire doit passer par des tribunaux.
La justice doit dire et faire respecter la vérité. Pour ce faire, elle a besoin, en plus des preuves matérielles, de témoins qui aideront à établir les faits. Ces témoins peuvent être des survivants ; les victimes ont donc toute leur place mais les familles des victimes ne doivent pas s'immiscer dans les procès.
Il m'a fallu du temps pour faire ce chemin. Aujourd'hui, je suis persuadée qu'il existe une place pour les familles, en particulier les descendants, dans des fondations, des mouvements d'opinion, pour faire vivre la mémoire et lutter contre le négationnisme, pas comme demandeurs ni auxilliaires de justice.
Il ne faut pas confondre les genres et les fonctions.
En aucun cas, les familles n'ont de place dans les décisions de justice.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Simon Tipanda - dans humeur
commenter cet article

commentaires

Recherche

Articles Récents

Liens