Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 10:51
Impossible de traverser un 22 septembre sans évoquer Brassens.
"Un 22 septembre, au diable vous partîtes,
 et depuis, chaque année, à la date susdite, je mouillais mon mouchoir, en souvenir de vous ...
... L'hirondelle, en partant, ne fera plus l'automne. Le 22 septembre, aujourd'hui je m'en fous.
 Et c'est triste de n'être plus triste sans vous."
Charme vénéneux de la nostalgie. On souffre mais on aime sa souffrance.
Ne souffrent que les vivants ... Nous voilà consolés.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Simon Tipanda - dans vous à moi et réciproquement
commenter cet article

commentaires

Michel Sender 22/09/2008 16:19

Alain-Fournier, l'auteur du Grand Meaulnes, a été porté disparu le 22 septembre 1914.

Jacqueline Simon Tipanda 23/09/2008 10:47



Ca tombe mal, pour lui, bien sûr, mais aussi pour la nostalgie.  Même avec beaucoup d'efforts, je ne peux ressentir aucune nostalgie au souvenir du Grand Meaulnes. C'était une
lecture obligatoire de l'adolescence lycéenne, mais quel ennui !
On aurait aimé qu'Alain-Fournier survécût dans l'espoir qu'il produisît d'autres romans capables de faire oublier celui-là. Il ne reste qu'une trace des ratages d'une époque.



Recherche

Articles Récents

Liens