Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 09:12
L'été pourri continue. Ceux qui n'ont pas connu le soleil des vacances espéraient profiter des fêtes de septembre. C'est fichu !
La braderie de Lille a été mouillée ; tant pis pour les moules-frites.
La fête de l'huma prend le même chemin.
Non, non, je ne postule pas à un emploi de madame-météo. Ces considérations vaguement climatiques sont une occasion de ramener quelques souvenirs à la surface.
Il fut une époque, lorsque j'étais encore capable d'effort  physique, où je n'aurais, pour rien au monde, manqué la fête de l'huma et son village du livre.
 C'était un peu comme les champignons ; tous les ans, à la même époque, j'étais certaine de rencontrer "mes" amis-écrivains. Chaque année, je faisais le plein de leurs nouveautés et je rentrais épuisée, dans un bus qui  faisait penser au car scolaire, avec le cartable surchargé de l'écolier qui se respecte.
Nous en avions profité pour échanger des nouvelles, ou plutôt, recueillir celles que les parisiens, toujours mieux informés, se faisaient une joie de nous délivrer, sur l'état des actions, le résultat des enquêtes et procès contre les négationnistes. On se tenait chaud et c'était bien. Il en reste un souvenir ému, même des sacs-poubelles dont nous nous équipions en  mode de cuissardes, les années où la pluie était contre nous et changeait les allées en flots de boue.
A l'époque, je pestais mais, en fin de compte, ne sont restés que les bons souvenirs. Laetitia et Sébastien, Didier, Valère, Patrick, Philippe, Roger, Serge, Hervé ... et tous les autres, si loin et si présents dans ma mémoire.
Aujourd'hui, j'en suis à regretter mes fêtes pluvieuses ... mais, trêve de sentimentalisme à deux balles, je souhaite une bienveillante éclaircie à ceux qui pourront en profiter.
Histoire de faire passer le coup de blues, réjouissons-nous.
Ceux qui feront le déplacement pour voir Benoît XVI, alias le panzer-cardinal , auront droit au même temps pourri.
Voyez, il y a parfois de l'égalité à défaut de justice.

Commentaire du lendemain :
... En fin de compte, le dimanche a été beau. Réjouissons-nous, je me suis trompée.
Si le beau temps a permis de faire quelque argent, ce n'est peut-être pas la der-des-der que nous craignions. L'espoir fait vivre.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article

commentaires

Recherche

Articles Récents

Liens