Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 08:54

Mercredi 16 Juillet. La journée commence dans la douleur.
On savait depuis plusieurs mois que Reguev et Goldwasser étaient morts ; mais la connaissance n'est pas un antidote au chagrin.
Pénible, ce retour des cercueils, en fait : des caisses noires, comme volontairement déshumanisées par l'ennemi.  Les  juifs religieux ont peut-être  connu une forme de consolation  : les  morts font partie des enfants d'Israël, ils sont rentrés et reposeront dans la terre de leur peuple. Pour les religieux, c'est important.
Les autres restent inconsolés et, plus grave, insultés par le carnaval indécent du Hezbollah.
Ils fêtent leur victoire. On a trop de chagrin pour leur démontrer que leur prétendue victoire n'est qu'un gros coup de bluff médiatique.

Samir Kuntar, au cours du rassemblement à Beyrouth Cette photo (merci Infolive TV), c'est Kuntar saluant ses partisans libanais...
Elle ne vous rappelle rien ?

Hier soir, Beyrouth ressemblait à Nuremberg en 1936. Samir Kuntar et Nasrallah ressemblaient à Goebbels et à Hitler lorsque des milliers et des milliers de sympathisants criaient mort à Israël, portaient des uniformes noirs et levaient le bras en signe de salut. Ceci ne peut qu’apporter la violence, la guerre et le chaos.



Ils n'ont pas gagné, ils ne sont que des supplétifs de l'Iran et ils cesseront d'exister quand leur protecteur n'aura plus besoin d'eux.  Leur sort ne sera pas plus enviable que celui des hiwis ou des harkis, jetés comme des kleenex.
Logiquement, il faudrait consacrer un peu de temps à cette démonstration, mais le temps n'en est pas encore venu. Il faut d'abord digérer notre peine.
Nous avons pris l'habitude de revendiquer notre droit à la mémoire ; il faut y ajouter notre droit au chagrin.

Mais il sera dit que la journée ne pouvait pas être complètement désespérée.
 Le courrier arrive. Comme tous les mercredis, j'ouvre Charlie hebdo.
Joie ! Laudate ! Siné ne fait plus partie de la rédaction.
Il y avait longtemps que ses débordements antisémites nous échauffaient ; on avait de plus en plus de mal à supporter l'indulgence de Philippe Val.
Comment un éditorialiste aussi correct, judicieux dans ses critiques, pouvait-il supporter un Siné dans sa rédaction ?
On avait fini par se dire que  le grand âge de Siné et sa qualité de "membre des pères fondateurs" du journal faisaient accepter de sa part des écarts qui n'auraient pas été tolérés autrement.
Mais c'était de plus en plus insupportable... et enfin !
 Il n'a plus été supporté. OUF !

La journée reprenait couleurs ; et ... l'apothéose !
Dieudonné a fait baptiser sa gamine par Laguérie, le catho intégriste ; et le parrain est ... Jean-Marie Le Pen !!!
Merci les gars ! Dans une journée si mal commencée, vous nous avez bien fait rire.
Surtout, ça nous fait des vacances.
D'habitude, on triture nos méninges, on attrape des crampes dans les doigts et on fait chauffer nos claviers pour démontrer que l'antisémitisme est le ciment de haine qui  fait des alliances improbables.  C'est du boulot ; par moments, on aimerait se reposer.
 Alors, la grosse farce pipole du comique pas drole et de l'apprenti fuhrer sur le retour, c'est du bonheur !
Ils ont fait tout le boulot.
Si on trouve un rayon de soleil, on peut sans remords profiter du farniente.


Quand je vous disais qu'une journée ne pouvait pas être entièrement pourrie.

 

A propos de Le Pen, chacun peut lui reconnaître un vrai talent : celui de faire parler.


La carrière de Le Pen ne repose que sur un réel talent de bateleur. D’un point de vue conceptuel, l’extrême-droite comporte des théoriciens beaucoup plus forts que lui. Il les a toujours surclassés auprès de foules parce qu’il est un homme de spectacle, avant tout. C’est un outil d’une valeur inestimable pour un démagogue.
A l’autre extrémité de l’éventail des opinions, Coluche a représenté le même phénomène. Il a été à deux doigts de réussir un coup politique ; il s’est arrêté en cours de route mais le succès de ses “restaurants du coeur” repose en grande partie sur ses talents d’homme de spectacle. La rançon de sa réussite c’est que toutes sortes de politiciens ont récupéré l’idée pour faire prendre en charge par les bénévoles des “restos” des fonctions qui revenaient normalement à l’aide sociale.
Choquant de rapprocher Coluche et Le Pen ?
Oui, si on regarde les intentions, non si on considère la méthode. Les foules sont comme les femmes qui s’ennuient, elles se laissent séduire par les hommes qui les font rire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Simon Tipanda - dans humeur
commenter cet article

commentaires

Recherche

Articles Récents

Liens