Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 23:00

Les Irlandais ont répondu NON.
Les empressés de la construction européenne, ceux qui partagent mon désir de fédéralisme et d'abolition des frontières sont, en général désolés.
Surtout, c'est l'incompréhension.

Ils semblent bien ingrats, ces Irlandais.
Grâce à l'UE et ses fonds structurels, ils sont passés de la misère qui force à émigrer, à la prospérité qui fait des envieux.

 De "l'homme tranquille" à la net-économie, une transition peut-être difficile à assumer ...

La plus grande ville irlandaise est aux Etats Unis, New York. De l'autre côté de l'océan, les cousins d'Amérique ne veulent pas d'une Europe puissante ; auraient-ils convaincu les îliens de la force des solidarités identitaires ?

Et si l'explication n'était pas irlandaise, enfin, pas uniquement ?

Ils ont voté NON parce qu'ils en ont eu l'occasion. Ceux qui n'ont pas été consultés (tous les autres peuples), comment auraient-ils réagi ?
Il y a fort à croire qu'ils n'auraient pas répondu OUI.
Pourquoi cet inexplicable désamour ?

"Qui veut tuer son chien l'accuse d'être enragé" dit le proverbe. Chaque fois d'un gouvernement doit faire passer une mesure impopulaire dont il peine à expliquer le bien-fondé,  il se dédouane en prétextant une directive européenne.

A force de la rendre haïssable, les défenseurs autoproclamés de la construction européenne l'ont changée en épouvantail pour les peuples.

Vivre une grande passion d'artifice, filer le parfait amour avec un alibi, c'est le seul avenir proposé.

Il y avait pourtant d'autres arguments bien plus solides, et, en tout premier, la paix.

60 ans sans guerre, le miracle européen est là.

Il ne va pas se briser sur un récif en mer d'Irlande.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Simon Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article

commentaires

Recherche

Articles Récents

Liens