Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2008 4 14 /02 /février /2008 23:26

C'est un joli petit village propret, avec ses jardinets fleuris, ses maisons blanches aux toits rouges et son école. 
C'est la campagne.
Mais, en approchant, on voit que le toit de l'école est blindé. 
Sur le joli village il tombe rarement de la pluie. 
Il tombe des roquettes.
Le village est un kibboutz, à Sdérot. 
Pour ses habitants, ce qui tombe du ciel chaque jour dans leur désert, ce n'est pas la manne qui soutint la vie de leurs ancêtres, c'est la mitraille qui leur promet la mort. 
Ils ne veulent pas s'en aller . 
Ils ont enfin posé leurs valises après des siècles d'errance. Nul ne peut leur demander de partir encore. Ils ont trouvé leur terre promise, ils ne la quitteront plus.
Ils supportent l'insupportable, un danger de tous les instants ; mais le toit de l'école, c'est leur foi en l'avenir qui l'a blindé. 
Les enfants sont la promesse d'avenir. Les parents risquent leur vie mais il faut sauver les enfants.

Les voisins qui leur envoient des roquettes ont aussi des enfants. 
Parfois ce sont de jeunes porteurs de mort ; leur fin est tout ce qu'ils ont à offrir en partage.

Les grands de la terre discutent à perte de vue.
"Si je vous donne ceci, me donnerez-vous cela en échange ?" Ils papotent, ils ergotent ; cela dure à n'en plus finir. 
Et le péril n'a de fin, ni pour les enfants précieux de l'école, ni pour les petits martyrs, à peine nés, déjà condamnés.
Le massacre des innocents ne s'est pas arrêté aux temps bibliques, il se poursuit sur la terre où il avait commencé.
 Faut-il que le temps s'arrête pour qu'il prenne fin ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Simon Tipanda - dans l'air du temps
commenter cet article

commentaires

Recherche

Articles Récents

Liens