Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 07:57

La commission des lois de l'Assemblée Nationale vient d'accepter de présenter un projet légalisant l'usage des tests ADN pour lutter contre l'immigration clandestine. Résumons : l'immigrant bien accepté et même souhaité est un actif jeune, sans charges et formé. Celui-ci pourrait faire son trou n'importe où, on ne voit pas ce qui le pousserait à venir en France où il peut s'attendre à encaisser toutes sortes d'avanies ; donc le gros des candidats à l'entrée en France relèvent de ce qu'on a coutume d'appeler "le regroupement familial" qui est, pour adopter le vocabulaire des comptables, plus riche en charges qu'en produits. Nos brillants législateurs sont toujours à la recherche d'astuces permettant d'embêter les candidats pour les dissuader de faire venir leur famille et donc de s'installer dans la durée. 
Arguant de ce que le regroupement familial peut être un prétexte pour faire venir des gens qui ne sont pas réellement parents, Ils viennent de découvrir l'eau chaude, les tests ADN qui prouveraient une parenté mieux que l'état civil du pays d'origine soupçonné d'avance de falsification.
Hélas pour cette "brillante idée", les grincheux ont déjà leurs objections. 
La demande la plus fréquente de regroupement familial concerne l'épouse. Si l'on excepte quelques rares sociétés connaissant l'endogamie, la plupart des mariages ont été conclus entre individus qui ne sont pas parents, le test ADN ne dira rien sur la réalité de leurs liens familiaux. Plus probablement, est-il question d'empêcher l'immigré d'introduire frauduleusement des enfants qui ne sont pas les siens. Au lieu d'appeler la biologie au secours, il serait beaucoup plus satisfaisant pour tout le monde, et d'abord pour les enfants, d'enquêter sur les cas avérés, ce qui permettrait de sanctionner des formes  d'exploitation enfantine. A ce jour, la protection des victimes de ces trafics est bien insuffisante. 
On s'apprête à supprimer un bienfait sous le prétexte qu'il y a des abus. Au lieu de s'attaquer aux abus, comme d'habitude, on "jette le bébé avec l'eau du bain".
Surtout, ce serait une atteinte au respect de la vie privée, respect qui fait partie des droits fondamentaux reconnus par notre "belle patrie, mère des Droits de l'Homme". Les nationaux auraient donc des droits qui ne seraient pas reconnus aux autres. Insensé et inquiétant. 
Pour contourner par avance cette objection, il est prévu que les tests ne seront effectués que sur des volontaires. On ne précise pas ce qu'il adviendra de la demande de ceux qui auront refusé, mais on devine sans peine la réponse. De qui se moque t'on ?
Il serait temps d'arrêter de convoquer la science à des pratiques inhumaines. On a déjà connu et on ne veut pas revoir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Simon - dans l'air du temps
commenter cet article

commentaires

Jacqueline SIMON 07/10/2007 10:58

Enfin, c'est parti ! Les citoyens réagissent, pétitionnent ; c'est bien mais ce n'est pas gagné. Il faut rester d'autant plus vigilant qu'à présent, c'est l'usure qui menace la mobilisation.

Marie-Rose Coppieters 14/09/2007 12:56

C'est bien vrai  Jacqueline que de faire appel à la science pour des fins inhumaines est révoltant.Mais dans ce cas précis, heureusement, il semble que la mise en oeuvre du système sera très difficile.En tout cas il faut refuser/s'opposer  fermement (à) toute décision allant vers de telles pratiques.

Jacqueline 14/09/2007 22:42

Il n'y a pas vraiment de raison d'être rassurée, hélas. On aurait pu s'attendre à ce qu'une telle proposition déclenchât le scandale, et ... rien ou presque. Si le citoyen moyen est prêt à supporter le fichage génétique, on doit s'attendre au pires abus. L'avenir n'est pas reluisant.

Recherche

Articles Récents

Liens