Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2019 3 13 /11 /novembre /2019 14:02

    Dans ce bas monde, originales sont les femmes qui n'ont jamais été violées, tout le monde y est passé.

Des années après, la mémoire revient aux victimes qui n'avaient jamais rien dit. C'est un peu comme dans la maladie d'Alzheimer, elles oublient ce qui vient d'arriver et se rappellent les vieilles histoires...à condition que les dites histoires présentent un intérêt.

Celles qui ont été violées par leur voisin peuvent continuer à se taire, tout le monde s'en moque. En revanche, si vous pouvez accuser une célébrité, c'est de l'or en barre. A vous de touiller la sauce, elle ne demande qu'à prendre.

Roman Polanski vient de sortir son dernier film, "J'accuse" sur l'affaire Dreyfus. Comme à chaque nouveau film surgit une affaire de viol, une vielle affaire recuite mais suffisante pour exciter les ligues de vertu. On les appelle aujourd'hui "féministes", c'est plus moderne mais les harpies vociférantes sont les mêmes que dans les vieux films de John Ford. Elles voudraient lui faire la peau à ce vieux monsieur à tête de gamin surdoué.

Son talent fait des jaloux et il a un gros défaut.

Si, si, il faut le dire, il est juif.

Depuis le procureur américain qui s'était juré d'avoir la peau d'un juif, les antisémites n'ont pas laissé tomber, ils continuent à s'acharner, s'acharner contre Polanski et contre tous les juifs.

Au début du XXème siècle, ils étaient accusés de véhiculer des maladies. Aujourd'hui, ce n'est plus au goût du jour, les antisémites insistent sur les affaires de moeurs, comme si les juifs étaient les seuls à en connaître . 

    Ne nous laissons pas tomber dans ce piège grossier, allons au cinéma voir "J'accuse".

     L'affaire Dreyfus n'est pas finie. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Recherche

Articles Récents

Liens