Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 15:01

Amateurs d'histoire et de documentaires, au printemps 2015, c'était le soixante-dixième anniversaire de la libération, la télévision nous a gâtés, nous avons pu revoir le meilleur de ce qui a été produit sur le sujet.

Sans diminuer le mérite des spécialistes habituels et chevronnés, il y avait encore matière à publier. L'historien et documentariste Michaël Prazan rouvrit le vieux dossier d'Oradour-sur-Glane.

Rouvrit... "osa rouvrir", vaudrait-il mieux dire.

En effet, le massacre d'Oradour par la division Das Reich, n'est pas seulement un souvenir douloureux de la seconde guerre mondiale, il reste une écharde plantée dans la mémoire de ses acteurs et de leurs descendants, la présence d'Alsaciens parmi les auteurs du carnage.

Dès l'armistice, l'Alsace et la Lorraine que les Allemands considéraient comme terres allemandes furent intégrées au Reich nazi et ses habitants soumis aux obligations des Allemands. Ils furent mobilisés dans la Wehrmacht, contraints à se battre contre d'anciens concitoyens. L'histoire les connaît sous le nom de "Malgré nous".

Là où l'histoire se complique pour eux, c'est qu'on trouva de ces "Malgré nous" dans la division Das Reich, division SS, donc troupe d'élite formée de convaincus. Ils participèrent à ses exploits dont Oradour.

Dès que la chose fut connue, ils ont toujours suivi la même ligne de défense : il n'y avait qu'un tout petit nombre de "Malgré nous" dans la division Das Reich et ils ont agi sous la contrainte.

Dès qu'un historien présente un témoignage contraire, ils l'attaquent devant les tribunaux et c'est ce qui arrive aujourd'hui à Michaël Prazan.

On peut se demander quel intérêt ils trouvent à multiplier les procès.

L'emporter ? L'espoir est mince, alors quel but? Rien sinon ruiner par l'accumulation des procédures un auteur qui a moins de soutiens financiers que ses adversaires. Ce n'est pas joli-joli mais c'est une méthode qui a déjà été abondamment utilisée pour détruire des publications gênantes.

Quand la presse est libre, la ruiner est un moyen de la museler.

Pourquoi veulent-ils faire taire M. Prazan ?

Pour qu'il cesse de parler (merci La Palice !), pour que la honte soit oubliée.

Justice ou pas, il faut parler.

Michaël Prazan est un historien et un documentariste, ses œuvres sont disponibles en livres et DVD. Alors, on se prend par la main et on fait le tour des bibliothèques et médiathèques, chacun dans son coin, on s'assure que ses ouvrages y sont présents et correctement exposés.

Des malvenus ne veulent pas entendre Michaël Prazan...faisons en sorte qu'ils en soient débordés.

Personne n'a le droit de cacher la vérité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tipanda
commenter cet article

commentaires

Weinheber 27/07/2015 22:09

Jacqueline, soutenons Mickaë Prazan, la liberté d' expression.l

Tipanda 27/07/2015 22:49

Merci de ton soutien. Ce n'est pas seulement la liberté d'expression qui est en jeu. Il s'agit du droit à la vérité et à la mémoire.

Serge 27/07/2015 18:04

Merci Jacqueline. J'ignorais cela. Me voilà convaincu - mais presque désolé d'apprendre une nouvelle horreur !

Tipanda 27/07/2015 18:59

Heureusement, nombreux sont les passionnés de la vérité !
Il faut soutenir Michaël Prazan qui est un futur grand nom de l'histoire (de et en) France.
Merci de ta fidélité.

Recherche

Articles Récents

Liens