Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 10:46

Il y a déjà longtemps que je n'écoute plus les radios qui émettent de la variété.

Trop indigentes pour la musique et les textes, trop de publicité, je les ai toutes abandonnées pour France culture.

Les esprits chagrins diront que si l'on n'y est pas rasé par de mauvaises chansons, on y est assommé de bla-bla, chacun ses goûts...

Les rares intermèdes chantés y sont d'autant mieux choisis.

Et, justement, ce matin ... après des commentaire bien sentis sur les relations dangereuses entre une partie de la droite dite-classique et le Front National, réapparaît la chanson de Louis Chédid, "Anne ma sœur Anne".

Je lui cède la parole, il a trouvé mieux que beaucoup de grands auteurs pour tenter de ranimer les consciences.

Anne, ma sœur Anne,
Si j´ te disais c´ que j´ vois v´nir,
Anne, ma sœur Anne,
J´arrive pas à y croire, c´est comme un cauchemar...
Sale cafard!

Anne, ma sœur Anne,
En écrivant ton journal du fond d´ ton placard,
Anne, ma sœur Anne,
Tu pensais qu´on n´oublierait jamais, mais...
Mauvaise mémoire!

Elle ressort de sa tanière, la nazi-nostalgie:
Croix gammée, bottes à clous, et toute la panoplie.
Elle a pignon sur rue, des adeptes, un parti...
La voilà revenue, l´historique hystérie!

Anne, ma sœur Anne,
Si j´ te disais c´ que j´entends,
Anne, ma sœur Anne,
Les mêmes discours, les mêmes slogans,
Les mêmes aboiements!

Anne, ma sœur Anne,
J´aurais tant voulu te dire, p´tite fille martyre:
"Anne, ma sœur Anne,
Tu peux dormir tranquille, elle reviendra plus,
La vermine!"

Mais beaucoup d´indifférence, de patience malvenue
Pour ces anciens damnés, beaucoup de déjà-vu,
Beaucoup trop d´indulgence, trop de bonnes manières
Pour cette nazi-nostalgie qui ressort de sa tanière... co
mme hier!

Anne, ma sœur Anne,
Si j´ te disais c´ que j´ vois v´nir,
Anne, ma sœur Anne,
J´arrive pas à y croire, c´est comme un cauchemar...
Sale cafard!

.......

Quand nous aurons séché nos larmes, nous songerons à fourbir les armes.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Comme ce texte est vrai ! Bravo ! Bonne fin de dimanche. Bises.
Répondre
T
Oui, c'est une chanson qui a eu son heure de gloire dans les années 90, à l'époque des débats autour de la loi Gayssot, et puis, elle a été un peu oubliée.
La rappeler ne peut être que salutaire.
Merci de ton retour bien agréable.
S
J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement
Répondre
T
?
E
J'aime bien votre site internet , merci et bravo ! continuez comme ça !

Je me permet de mettre un lien vers mon site , n'hésitez pas à venir !

A trés bientot
Répondre
T
Merci.
Je n'ai pas trouvé de lien. S'il a été considéré comme publicitaire, il a été bloqué. Sinon ... voir s'il a été correctement transmis.
W
Jacqueline, c' est tout à fait l' actualité
Répondre
T
Inutile de dire que je préférerais avoir tort.
Merci de ton soutien.
F
Ah merci de ce beau rappel, hélas très approprié.(Je partage)
Et en plus de toute la famille bleu marine, il faut se retaper l'agité à toutes les infos...
Au secours !
Répondre
T
Eh oui, symboles des liaisons dangereuses, l'agité ne sait plus comment éliminer ses adversaires pour revenir et, ce qui n'est pas négligeable, échapper à la justice. Il est capable de nouer toutes les alliances, même les pires. Il néglige de se rappeler que, pour dîner avec le diable, il faut être certain d'avoir une très longue cuillère, sinon, on sait à qui le crime va profiter pour ... le plus grand malheur des boucs émissaires.
Merci de ton soutien.

Recherche

Articles Récents

Liens